Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBad Religion › Into the unknown

Bad Religion › Into the unknown

  • 1983 • Epitaph EPI-BRLP2 • 1 LP 33 tours

lp • 8 titres

  • 1It's only over when...
  • 2Chasing the wild goose
  • 3Billy Gnosis
  • 4Time and disregard
  • 5The dichotomy
  • 6Million days
  • 7Losing generation
  • 8...you give up

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Perspective Sound, Sun Valley, Californie, USA.

line up

Greg Graffin (chant, piano, synthé, guitare sèche, claviers, choeurs), Mr Brett (guitare, choeurs, guitare sèche), Paul Dedona (basse), Davy Goldman (batterie)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
progressif fm

Bad Religion est un monument du punk rock, nul n’est en droit de le contester aujourd’hui, surtout pas après bientôt 40 ans de carrière et près de dix-sept albums studio. On a eu chaud pourtant et tout aurait pu se casser la gueule dès le départ. Un an après l’excellent ‘How could hell be any worse ?’, le combo revient avec un second disque baptisé ‘Into the unknown’…Effectivement, inconnu, incompréhension, yeux de merlans frits écarquillés des fans et il y a de quoi. Quelle lubie est donc passée par la tête de la bande à Graffin (enfin, la bande, il signe tout, à part un ou deux bidules de Mr Brett) pour vouloir sortir un skeud de hard progressif ?!? Car c’est bien ce qu’est ‘Into the unknown’, rien à voir avec le style habituel de Bad Religion (qui n’en a pas encore)…L’album parfait pour faire gagner son équipe au blind test. Riffs hard FM, synthés, gratte sèche, effets de choeurs pourris (‘Time and disregard’, ‘‘Million days’), on se pince tant on aimerait ne pas y croire. Naturellement, on pourrait faire abstraction et juger l’album à sa propre aune et non celle de la carrière de ses géniteurs mais là aussi le bât blesse. Il est clair que même si le timbre de Greg fait illusion sur certains passages, le combo n’est pas à l’aise dans ce genre dont il est peu coutumier. Quelques mélodies tiennent la route (‘The dichotomy’) mais la maladresse des arrangements et de certains effets cheap (de synthé notamment mais aussi de chant quand Greg cherche à jouer au hippie) les rendent gênantes. On a honte pour le groupe. Pas grand chose (pas même sa pochette) pour sauver du naufrage un opus renié par les fans et le groupe lui-même (qui splittera momentanément après sa sortie). S’il est aujourd’hui si cher, ce n’est pas en raison de sa qualité mais bien car il n’a jamais été réédité. 1,5/6

note       Publiée le mercredi 2 décembre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Into the unknown".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Into the unknown".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Into the unknown".

torquemada › mercredi 2 décembre 2020 - 23:32  message privé !

Est-ce possible ?

Raven › mercredi 2 décembre 2020 - 23:14  message privé !
avatar

Le son de synthé est aussi frais que Régine. Sur certains passages on se croirait dans le (la ?) Carouselambra du Led Zep... en plus moche !

Note donnée au disque :