Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNektar › Sunday night at the London Roundhouse

Nektar › Sunday night at the London Roundhouse

10 titres - 106:05 min

  • 1/ King of Twilight (12:10)
  • 2/ Desolation Valley (9:01)
  • 3/ A Day in the Life of A Preacher, featuring the birth of Oh Willie (19:49)
  • 4/ Summer Breeze (3:04)
  • 5/ Cast Your Fate (5:40)
  • 6/ Remember The Future part I (19:10)
  • 7/ Odyssey [Ron's On] (11:14)
  • 8/ 1-2-3-4 (14:36)
  • 9/ Remember The Future part II (5:13)
  • 10/ Woman Trouble (6:08)

enregistrement

The Roundhouse, Chalk Farm, Londres, Angleterre, 25 novembre 1973

line up

Roy Albrighton (guitare, chant), Allan "Taff" Freeman (claviers), Ron Howden (batterie, percussions), Derek "Mo" Moore (basse, chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité.

chronique

Styles
rock
Styles personnels
hard psychédélique

Disons le tout de suite ; en vis-à-vis d'une carrière relativement monotone, la simple idée de devoir s'envoyer un album live de Nektar - double qui plus est - n'est pas en soi des plus excitantes. Dire que cela s'apparente à un calvaire serait exagéré. Mais pour avoir déjà tenté l'expérience à de nombreuses reprises (pas trop quand même, je ne suis pas aussi masochiste qu'on le croit), je pense être suffisamment bien placé pour pouvoir en parler. C'est qu'on aimerait bien mettre le doigt sur ce petit quelque chose de spécial qui permettrait à Nektar de faire toute la différence. Alors, on se dit que c'est précisément en concert qu'on finira peut-être par s'en apercevoir le mieux, le groupe s'étant depuis toujours illustré par une capacité à improviser dans ses longues suites électriques. Hélas - et c'était à craindre - si Nektar flirtait dangereusement avec les lignes sur ses essais studios, en concert ils ne perdent pas un seul instant pour plonger tête la première dans les travers les plus inutilement verbeux. Je pense que les amateurs du Grateful Dead n'éprouveront pas trop de difficultés à apprécier à sa juste valeur la performance de nos quatre gaillards, mais plus que jamais, à l'écoute de "A Day in the Life of A Preacher" ou "Odyssey", on a le sentiment que le groupe tourne en rond. C'est laborieux, c'est confus, ça n'apporte rien. Ils se font plaisir, c'est sûr. Mais les auditeurs dans tout ça ? Et on dirait bien que je ne suis pas le seul à me poser la question ; même les personnes du public semblent se demander ce qu'ils foutent là, ne réagissant nullement à l'annonce de tel ou tel titre, pour ainsi dire quasiment désintéressés de ce qui peut bien se passer sur scène, voire absent (tiens, et si c'était ça ?). La version cd remastérisé n'a pourtant plus rien de commun avec le vinyl d'origine : playlist sensiblement différente, timing différents et cinq titres de plus. Ah, c'est sûr, les inconditionnels seront comblés. Mais ce ne sera clairement pas le cas pour tout le monde.

note       Publiée le jeudi 7 décembre 2006

partagez 'Sunday night at the London Roundhouse' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sunday night at the London Roundhouse"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sunday night at the London Roundhouse".

ajoutez une note sur : "Sunday night at the London Roundhouse"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sunday night at the London Roundhouse".

ajoutez un commentaire sur : "Sunday night at the London Roundhouse"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sunday night at the London Roundhouse".

snooky › dimanche 20 février 2011 - 09:10  message privé !

Sans flamme, sans étincelle, sans intérêt.Un double inutile et ennuyeux.