Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesABrian Auger's Oblivion Express › Live oblivion vol.2

Brian Auger's Oblivion Express › Live oblivion vol.2

  • 1976 • Victor IECP-10028 • 1 CD

cd • 6 titres

  • 1Maiden Voyage11:14
  • 2Second Wind7:42
  • 3Whenever You're Ready8:21
  • 4Inner City Blues [Make Me Wanna Holler]10:03
  • 5Straight Ahead6:05
  • 6Compared to What12:32

enregistrement

Whisky A Go Go, Sunset Strip, Hollywood, Californie, USA, 1974

line up

Brian Auger (orgue, piano électrique, chœurs), Barry Dean (basse), Steve Ferrone (batterie), Alex Ligertwood (chant, percussions), Jack Mills (guitare)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné à tirage limité.

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion > soul jazz

Pour des raisons de transfert au format cd, les deux titres qui ouvraient à l'origine ce deuxième volume ("Freedom Jazz Dance" et "Happiness Is Just Around The Bend") ont été inclus à la fin du premier volume. Ce qui fait six titres sur chaque disque, et presque une heure pour chacun d'eux. Mais dans l'ensemble, même constat que pour ce dernier ; malgré les possibilités qui leur sont offertes, le groupe reste beaucoup trop coincé dans ses structures et évite tout type de débordements. L'Oblivion Express oublie de s'oublier, ne se lâche pas et met un point d'honneur à ce que tout soit parfaitement maîtrisé. C'est là tout le paradoxe de ces musiques au potentiel dansant, de Donald Byrd à Bob James, qui finissent du coup par paraître trop statiques, trop froides. Même si Herbie Hancock avait lui aussi concédé du terrain au mainstream en développant peut-être de manière pas assez critique la grammaire des Headhunters, son témoignage public, l'incroyable "Flood", à l'origine uniquement destiné au marché japonais, nous donne une image de la scène telle qu'elle devrait toujours l'être : délirante. Ceci étant, l'aventure de l'Oblivion Express va malgré tout se poursuivre pour un ultime tour de piste ; ce sera "Reinforcements" en 1975, suite à quoi Ligertwood ira rejoindre Carlos Santana (ça alors, mais quelle coïncidence !) non sans avoir transité au préalable d'abord chez David Sancious. Brian Auger refera surface dans les années quatre-vingt avec des albums qui auront comme terrible handicap supplémentaire de devoir se débattre avec des sonorités et une production encore bien plus fade, vous voyez le tableau... À l'heure actuelle, il tourne encore avec son fils et sa fille, son album studio de 1999, "Voices of Other Times", tentant de créer une jonction entre les côtés les plus intéressants du Trinity et de l'Oblivion Express.

note       Publiée le vendredi 1 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live oblivion vol.2".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live oblivion vol.2".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live oblivion vol.2".