Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesABrian Auger's Oblivion Express › Straight ahead

Brian Auger's Oblivion Express › Straight ahead

  • 1974 • Victor IECP-10026 • 1 CD

cd • 5 titres

  • 1Beginning Again9:24
  • 2Bumpin' On Sunset10:53
  • 3Straight Ahead5:10
  • 4Change8:13
  • 5You'll Stay In My Heart3:47

enregistrement

CBS Studios, Londres, Angleterre et RCA's Music Center, Hollywood, Californie, USA, 1973

line up

Brian Auger (orgue, piano électrique, moog, piano, chant), Barry Dean (basse), Steve Ferrone (batterie), Lennox Laington (congas), Jack Mills (guitare), Mirza Al Sharif (percussions)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné à tirage limité. Il comprend en guise de bonus une version en concert de "Straight Ahead" (5:56) donnée en 1975 à Denver portant la durée du disque à 43:23

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion > soul jazz

Les neufs minutes de "Beginning Again" et son groove souterrain indéfectible semblent indiquer que "Straight Ahead" sera de toute évidence le digne successeur de "Closer to It". Et en effet, Brian Auger y assure toujours le chant. Jack Mills rempile pour la seconde fois au poste de guitariste. C'est sûr, le bonhomme a tout écouté James Brown, Isaac Hayes et Curtis Mayfield. Avec la meilleure volonté du monde, je ne peux rien faire d'autre que de comparer la musique contenue sur ce disque à la bande son d'un long épisode de "La Croisière S'Amuse". Les percus, les congas, la pédale wah-wah qui vous chatouille l'oreille gauche sans discontinuer, le piano électrique et le synthétiseur qui se disputent les avant-postes ; le tout évoluant dans un format qui a toutefois plus de points communs avec le jazz électrique que son prédécesseur - c'est déjà ça ! Attention, c'est pas non plus les Headhunters, ou alors c'est celui de "Straight From The Gate" ; autant dire que c'est franchement pas terrible. Pourtant, il y a des moments où ça joue, et ça joue même très bien : sur la plage titre par exemple ou sur la section instrumentale de "Change", tout en percussions, plus Santana que jamais. Mais perdu dans la masse, ces quelques instants de bravoure demeurent tout de même trop maigres que pour pouvoir espérer infléchir la tendance. Même la reprise du standard de Wes Montgomery, "Bumpin' On Sunset", peine à nous montrer une facette plus expressive de l'Oblivion Express, comme revenu à l'expression figée des exercices futiles du Trinity. Un malheur ne venant jamais seul, la guimauve mal placée de "You'll Stay In My Heart" finit d'enterrer pour de bon un album qui n'avait pas spécialement besoin qu'on l'aide à tomber dans le trou qu'il avait lui-même creusé...

note       Publiée le vendredi 1 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Straight ahead".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Straight ahead".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Straight ahead".