Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWBill Wells / Maher Shalal Hash Baz › Gok

Bill Wells / Maher Shalal Hash Baz › Gok

cd | 15 titres | 34:48 min

  • 1 Rye and guy [3:04]
  • 2 Tipsy cat [2:30]
  • 3 The dust of months [2:35]
  • 4 Duck [1:02]
  • 5 On the beach boys bus [2:04]
  • 6 Oddults [1:39]
  • 7 Liquorice tics [2:07]
  • 8 Poxy [5:34]
  • 9 Time takes me so back [3:46]
  • 10 Family sighs [1:40]
  • 11 Stabbed in Hamburg [1:48]
  • 12 The Williams sisters [0:34]
  • 13 Cowtail calypso [0:57]
  • 14 Banned announcement [2:11]
  • 15 Wiltz / Water bills anger wells up [3:17]

enregistrement

Gok Sound Studios, Tokyo, Japon, 23 août 2004

line up

Bill Wells (piano, basse), Tori Kudo (clarinette, percussions, voix, melodica), Reiko Kudo (chant), Makoto Hasegawa (cornet), Naoto Kawate (baryton), Shichiro Kobayashi (trompette), Nobuko Miyamoto (trompette), Naoko Otani (trompette), Natsumi Shibuya (trompette), Satoru Ono (guitare), Koji Shibuya (basse), Namio Kudo (batterie)

remarques

http://www.myspace.com/decablisty

chronique

"Gok", comme Gok Sound, le célèbre studio japonais où le bassiste et pianiste Bill Wells s’est plié à l'exercice toujours stimulante d'une rencontre, celle d'avec Tori Kudo, instigateur du groupe Maher Shalal Hash Baz, son épouse Reiko et sa bande de copains souffleurs. Entreprise louable que celle de Geographic qui nous permet de découvrir ce disque, paru à l'origine en 2006 sur Karaoke Kalk sous le titre "Osaka Bridge" ; un album délicat empli d’une touchante innocence, véritable signe distinctif de cette formation japonaise proprement étonnante. Ce grand orchestre dégingandé pas toujours au point qui prône l’amateurisme à travers une esthétique héritée de l’art naïf pratique cette discipline depuis quelques années déjà, donnant vie à des mélodies simples, d’une troublante fragilité. On pense au Big Band de Carla Bley. À Hermeto Pascoal (l'exotisme de "Liquorice Tics"). À Charles Mingus qui aurait ouvert son Workshop à de complets amateurs qui noient leur peine dans l’alcool. On pense aussi au décidement incontournable Robert Wyatt, non pas pour ses qualités de chanteur blessé, mais bien pour cette infaillible capacité à vous prendre aux tripes avec les sons les plus désuets, les plus désarmants qui soient. Le seul regret peut-être, c’est que les quinze courtes plages de "Gok" sonnent comme d’incroyables entrées en matière jamais abouties. Une belle collection de thèmes forts et poignants, au lyrisme à fleur de peau, balancés avec cette cruauté désinvolte que seuls les enfants peuvent avoir, et qui laissent des marques profondes. Cette fanfare, aussi grotesque soit-elle, interpelle, nous triture l’esprit et le cœur. Elle nous rappelle que la beauté se loge bien dans le regard de celui qui la contemple. Et le souvent poignant "Gok" a de quoi nous arracher les larmes des yeux. Bien qu'il s'agisse donc d'une réédition, il figure d'ores et déjà parmi les premiers prétendants au titre de chef-d'oeuvre pour ce millésime 2009.

note       Publiée le dimanche 8 mars 2009

partagez 'Gok' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Gok"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gok".

ajoutez une note sur : "Gok"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gok".

ajoutez un commentaire sur : "Gok"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gok".

Scissor Man › mercredi 30 août 2017 - 23:15  message privé !

Parfait pour entamer une dépression, nan, juste un drôle de croisement entre Mingus et Comelade, pas drôle du tout mais poignant, comme dit Hellman.

absinthe_frelatée › lundi 21 octobre 2013 - 23:25  message privé !

Un des meilleurs concerts de cette année..

Procrastin › lundi 21 octobre 2013 - 23:23  message privé !

Faut être d'humeur adéquate mais quand c'est le cas c'est très chouette!

karaboudjan › dimanche 26 mai 2013 - 14:13  message privé !

Encore une petite merveille dénichée grâce à Guts. Le côté bancal est plus qu'addictif. C'est vrai, quoi, toute cette musique parfaitement juste, de tous les côtés, ça devient lassant, à la longue...

Note donnée au disque :       
Khyber › mardi 12 février 2013 - 16:25  message privé !

Tiens, on dirait qu'ils passent à Lille ce vendredi, les Maher Shalal Hash Baz. Un coup d'oeil ici: http://www.facebook.com/events/210009159136436/