Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesABrian Auger's Oblivion Express › Second wind

Brian Auger's Oblivion Express › Second wind

  • 1972 • Victor IECP-10024 • 1 CD

cd • 6 titres

  • 1Truth7:46
  • 2Don't Look Away6:01
  • 3Somebody Help Us6:32
  • 4Freedom Jazz Dance5:25
  • 5Just Me, Just You6:15
  • 6Second Wind6:32

enregistrement

Advision Studios, Londres, Angleterre, 1971

line up

Brian Auger (orgue, piano électrique, piano), Barry Dean (basse), Alex Ligertwood (chant, percussions), Robbie Mcintosh (batterie), Jim Mullen (guitare)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné à tirage limité. Il comprend en guise de bonus une version en concert de "Freedom Jazz Dance" (5:27) donnée en 1971 à Paris portant la durée du disque à 44:05

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
fusion

Prendre en marche le train "Second Wind" pourrait vite engendrer la confusion. Mais si l'on s'en tient à la stricte chronologie des évènements, tout parait plus clair, plus évident. Le volte-face de "A Better Land" n'en était pas un. Cette ébauche singulière rappelait à notre mémoire à quel point il semble difficile pour Brian Auger de faire le deuil de ses inclinations pop. En réalité, il n'a jamais cherché à s'en défaire, le premier Oblivion Express, même s'il en contenait des traces de proportion plus modeste, semblant représenter en réalité, et avec le recul nécessaire, l'exception qui confirme la règle. "Second Wind", de façon finalement assez logique, reprend les caractéristiques les plus marquantes de leurs deux précédentes efforts pour créer une grammaire unique, puisant son audace dans la liberté du jazz, son immediateté dans l'excellence pop et sa force de propulsion dans le groove communicatif de la soul music. Une telle faculté à mêler les perspectives ne fait pas de l'Oblivion Express de Brian Auger une nouvelle machine progressive bien que sa démarche, sa couleur et le son ainsi développé soient autant d'éléments qui nous y ramènent d'une manière ou d'une autre. "Somebody Help Us" en est un bel exemple ; vous est-il déjà arrivé de tenter d'imaginer Derek Shulman en train de se taper un gros délire jazz funk ? Ce morceau le fera pour vous. D'ailleurs, la grosse nouveauté sur ce disque, c'est l'appartion du nouveau résident Alex Ligertwood, chanteur de son état. Fait amusant ; avec le batteur Robbie McIntosh, ici présent, et son futur remplaçant, Steve Ferrone, voilà trois musiciens qui vont, à plus ou moins longs termes, sceller leur destinée à celle du groupe écossais Average White Band, un signe qui en dit long sur la nature de la musique contenue. Au bout du compte, il est évident que "Second Wind", troisième disque de l'Oblivion Express mais premier à installer son style inimitable, déchaînera passion ou mépris selon que l'on se montre ouvert ou non à l'optique déployée.

note       Publiée le vendredi 1 décembre 2006

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Second wind".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Second wind".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Second wind".