Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoundgarden › Louder Than Love

Soundgarden › Louder Than Love

  • 1989 • A&M 395 252-2 • 1 CD

cd • 12 titres • 53:17 min

  • 1Ugly truth
  • 2Hands all over
  • 3Gun
  • 4Power trip
  • 5Get on the snake
  • 6Full on Kevin's Mom
  • 7Loud love
  • 8I awake
  • 9No wrong no right
  • 10Uncovered
  • 11Big dumb sex
  • 12Full on (reprise)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Décembre 1988-janvier 1989, London Bridge, Seattle

line up

Matt Cameron (batterie), Chris Cornell (chant et guitare), Kim Tahyil (guitare), Hiro Yamamoto (basse)

remarques

chronique

Styles
rock
grunge
hard rock
heavy metal
stoner
doom metal
Styles personnels
hard'n'heavy crossover

Cet album est adorable. Juvénile, sous influences pas encore complètement digérées, mais adorable. C'est un Soundgarden qui se cherche encore, assurément, comme sur le vilain Ultramega OK, mais il est deux bons crans au-dessus de ce brouillon : on cerne déjà plus le groove, les résidus post-punk ont été écrasés par un putain de feeling heavy/hard totalement décomplexé genre fusion de tout ce que les 70's ont eu de meilleur en la matière. Le son est nettement plus limpide, et le vil Thayil a déjà cette signature unorthodoxe, l'enrobage mélodique indispensable au moteur à riffs terne qu'est Cornell. Un Soundgarden bien plus huilé donc, même ce n'est pas encore ce Soundgarden lourdement motorisé de Badmotorfinger ni celui archi-rôdé de Superunknown, même si ce n'est pas encore un Soundgarden qui se prend au sérieux. Et c'est peut-être ça qui le rend finalement à peu près aussi cool que Badmotorfinger. Cool, et pourtant... slow-endien en diable, diantre ! - si j'ose ainsi invoquer nos cousins psychopompes c'est pas pour rien : un Soundgarden plombé et noir, quand il te lâche son doom sexuel, son swamp de mécanicien hirsute, son heavy rock grise-mine et canaille. Grunge ? Ahahahah : cet album pourrait surtout être réédité par Rise Above avec un nom inconnu collé dessus, que personne ne capterait le subterfuge, j'en mets ma main à couper ! Le Soundgarden qui sortira "4th Of July" est ici, assurément, mal embouché et sauvage. Comme un Black Zeppelin qui en jette, cheveux mouillés par la pluie et en jeans déchirés en plein trou du cul de Seattle. Comme qui dirait comme des coqs en pâte. Chris Cornell est le meilleur reflet de cette absence de gêne dans cette parade hard rock / heavy metal bien voyoue : il y donne, encore mal dégrossi, quelques-unes de ses évocations les plus odieuses. Singer Robert Plant évidemment, ça il sait faire il est né pour ça, mais il peut faire encore mieux, singer Glenn Danzig, et pourquoi pas - oh non, pitié, empêchez-le par tous les saints ! - Ronnie James Dio, sur le titre qui se termine comme du Therapy? de surcroît. Que chacun découvre les passages en question par lui-même ; osé, mais adorable. Cornell y va à fond, pas encore concerné par le fait d'être ou non crooner de générique pour un James Bond. "Big Dumb Sex" est de cette trempe, con et bon, comme un bon gros tube de hard rock digne de ce nom. Et les camarades déroulent, oscillant entre ambiances franchement éclesiatiques et bas-fonds junkies, pub rock de générique de fin et gros riffs purement doom. Pour sûr, il y avait guère de rapport entre ce groupe-là et les sacoches en guenilles de Nirvana ; Soundgarden n'étaient pas punks pour un sou sur cet album : ils étaient juste des putains de hard rockeurs bien doomsters sur les bords, véloces et voyous, moins morbides qu'Alice mais à leur façon tout aussi noirs. Au regard des notes collées par mon collègue Progmonster, Louder Than Love mériterait un 4/6, mais putain, je kiffe trop cet album pour ça, "Loud Love" est incroyablement bandante (ces gémissements de guitare sur l'intro... sublime !) et "Hands All Over" est simplement un des tubes absolus de Soundgarden, une de mes favorites du groupe ! Et "Big Dumb Sex" aussi, ça va sans dire ! Enfin quasiment toutes en fait... Ce putain de petit album sabbathe et zeppeline méchamment dans l'huile de vidange, et il réclame chez moi deux-trois tours de platine à chaque passage. Hey-I-iiiiii-iiiii - know what todooooo - I'm gonna FUCK FUCK FUCK FUCK YOU !!! Classique !

note       Publiée le samedi 10 mai 2014

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Louder Than Love".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Louder Than Love".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Louder Than Love".

Raven › mercredi 14 mai 2014 - 23:59  message privé !
avatar

Téfal donc fatal, le chrichri !

edenbeast › mercredi 14 mai 2014 - 17:02  message privé !

La voix de casserole du jeune Cornell est rédhibitoire...

Eliphas › mardi 13 mai 2014 - 23:12  message privé !

Moi qui ne connait que Superunknown, voilà qui réveille en moi une envie!

Dun23 › dimanche 11 mai 2014 - 11:59  message privé !

Ayé, y'a la chro! Merci maitre corbeau!

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 11 mai 2014 - 09:14  message privé !

Après le Raven thrash old school et le Raven hip pop, c'est le WE du Raven grunge : c'est la fête !

Note donnée au disque :