Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBolt Thrower › ...for Victory

Bolt Thrower › ...for Victory

cd | 10 titres | 39:35 min

  • 1 War [01:16]
  • 2 Remembrance [03:43]
  • 3 When Glory Beckons [03:59]
  • 4 ...for Victory [04:50]
  • 5 Graven Image [04:00]
  • 6 Lest We Forget [04:37]
  • 7 Silent Demise [03:55]
  • 8 Forever Fallen [03:47]
  • 9 Tank (Mk.I) [04:15]
  • 10 Armageddon Bound [05:13]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Bolt Thrower et Colin Richardson. Enregistré par John Cornfield

line up

Andy Whale (batterie), Karl Willetts (voix), Gavin Ward (guitare), Baz Thomson (guitare), Jo Bench (basse)

remarques

Sorti en cd, vinyle, cassette. Réédité en 2007 en cd, en 2014 en vinyle. Disponible depuis sur bandcamp également. Illustration : photographie représentant des soldats de l'infanterie britannique pendant la guerre des Malouines entre le Royaume-Uni et l'Argentine (1982). Cf. wikipédia : "Le conflit est causé par la volonté de la dictature argentine de faire valoir par la force ses positions sur la souveraineté de ces archipels (îles Malouines, Géorgie du Sud et Sandwich du Sud), placés par les Nations unies sur la liste des territoires contestés. (...) Au plan humain, le bilan de cette guerre est de 907 tués soit 649 militaires argentins, 255 militaires britanniques et trois insulaires. Politiquement, la déroute argentine a de lourdes conséquences puisqu'elle précipite la chute de la junte militaire qui gouvernait jusqu'alors le pays et qui est remplacée par un gouvernement démocratiquement élu. De son côté, le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher sort renforcé de cette victoire et est réélu en 1983."

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
headbangons un peu avant la mort

L'écoute de cet album va être le moment où l'on se dit : "ils enchainent les perles, ça va être un peu délicat de différencier tout cela". Oui ? Quelles différences alors ? La pochette, un peu plus... convenue que d'habitude, moins colorée, moins loin de nous aussi. Le propos de Bolt Thrower est ici ancré visuellement et au niveau sonore dans le contemporain, celle de guerres engagées par des puissances écrasantes, plutôt occidentales, sur des points stratégiques inaliénables parce qu'elles l'ont décidé ainsi. Car ensuite, quand on écoute ce monstre, ça déboule comme d'hab' : tapis de bombes, voix à la fois puissante, exaspérée et désespérée de Karl Willetts, cette répétivité mimant les machines de guerre dans le désert, le suspens, ce silence quand on regarde tranquilou les frappes "chirurgicales" éviter les "dommages collatéraux" assis sur son canapé à bouffer des céréales au chocolat. Cet ancrage dans le réel et le présent après une jolie ballade chez Games Workshop et dans les guerres médiévales nous ramène donc à la maison, ici, maintenant, quand les grands termes de "liberté" ou dignités diverses sont martelés sur les écrans. Les idées rebondissent ensuite dans la tête des civils qui s'engraissent les artères au sein des puissances envahissantes, pour enfin se heurter à la réalité de la mort et traumatismes subis par les troupes sur place et les gens pris au milieu de tout cela, estropiés, exploités déjà, à qui on en remet une couche histoire de, pour de bêtes débouchés géopoliticotruc. Dans la caboche du bidasse ça peut faire bling blang, quand les doubles contraintes, les doubles discours et la manière dont on l'accommode avec son environnement et ses affects ne font plus que, réellement, foutre le boxon dans l'univers de chacun. Bolt Thrower, fidèle à ses racines punk et métal nous en met donc plein la tronche encore une fois en nous titillant là-dessus, par des riffs simples mais d'une efficacité encore sans pareil ; je n'ai jamais vraiment retrouvé d'équivalent à cette apparente banalité de l'excellence dans l'alliage entre les couplets, les petites lignes de guitare, et les gros gros riffs qui ramènent sans cesse leur fraise sur le devant de la scène, pendant que Willetts tel un Dan de Street Fighter bien plus viril lève le poing au ciel les yeux remplis de larmes, bavant devant un public de yétis que la destruction est en cours, qu'elle ne s'arrêtera jamais, et tout ça pour quoi donc ? EH ben, for victoryyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, bien sûr.

note       Publiée le samedi 14 avril 2018

partagez '...for Victory' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "...for Victory"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "...for Victory".

ajoutez une note sur : "...for Victory"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "...for Victory".

ajoutez un commentaire sur : "...for Victory"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "...for Victory".

Demonaz Vikernes › aujourd'hui - 11:43  message privé !

HVP est excellent, les vocaux death plus classiques sont regrettables, mais les compos font mouches.

Note donnée au disque :       
Potters field › aujourd'hui - 09:35  message privé !

Honor valor n'apporte pas grand chose, mais il contient mon morceau favori de BT, donc rien que pour ça je peux pas en dire du mal.

vargounet › aujourd'hui - 06:26  message privé !

Mon préféré avec le cultissime Realm of Chaos. IVth crusade est vraiment bien ficelé mais les riffs m'accrochent moins l'oreille que Warmaster et Mercenary même si le dernier est inégal. Honor valor pride est le plus faible avec une prod qui manque de relief et une inspiration quasi à zéro même si ça reste sympa. Et those once loyal est un des meilleurs BT. Une façon judicieuse de partir pour le groupe.

Note donnée au disque :       
taliesin › jeudi 19 avril 2018 - 07:48  message privé !

Perso jusque 'Warmaster' ça va... Après ils m'emmerdent tous :-p

Potters field › mercredi 18 avril 2018 - 18:18  message privé !

et ben crusade moi, rien à faire, il m'emmerde. mercenary par contre est très bien !