Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBolt Thrower › The IVth Crusade

Bolt Thrower › The IVth Crusade

cd | 11 titres | 53:28 min

  • 1 The IVth Crusade [04:59]
  • 2 Icon [04:10]
  • 3 Embers [05:18]
  • 4 Where Next to Conquer [03:50]
  • 5 As the World Burns [05:25]
  • 6 This Time It's War [05:50]
  • 7 Ritual [04:30]
  • 8 Spearhead [06:47]
  • 9 Celestial Sanctuary [04:37]
  • 10 Dying Creed [04:17]
  • 11 Through the Ages (Outro) [03:45]

enregistrement

Enregistré et produit par Colin Richardson, John Cornfield et Bolt Thrower, Sawmills Studio, Cornouailles, Angleterre, aout 1992. Mixé par Alan Fisch et Steve Harris, Fon Studios, Sheffield, septembre 1992.

line up

Andy Whale (batterie), Karl Willetts (voix), Gavin Ward (guitare), Barry Thomson (guitare), Jo Bench (basse)

remarques

Sorti en cd, vinyle, cassette. Réédité une petite dizaine de fois en divers formats.
Illustration : détail de "Entrée des Croisés à Constantinople" par Eugène Delacroix (1840).

chronique

Histoire de mourir un peu chaque matin, chaque soir, il est bien de s’enfiler des Bolt Thrower comme un jour sans pain s’avale des armées en déroute pillant, violant, bouffant les vaches, tuant les enfants. Et vice versa. Histoire de ne pas mourir quand même avec des regrets, il vous faut aussi, si ce n’est déjà fait, écouter « The IVth Crusade » et son morceau introductif qui laissera j’imagine son empreinte dans un paquet de têtes méritant que la chevelure soit en effet « désépaissie » chez le premier coiffeur disponible. Parce que ça ne manque pas d’hair, ça c’est sûr, et cette intro d'un album aussi massif, triste et enragé que ça rentre donc dans le panthéon des hits du métal avec un é minuscule, tout petit devant la toute puissance de l’arme ultime, de la destruction totale, de l’annihilation de tout espoir couplée avec l’industrie portée à son comble. Bien sûr, les gens aux manettes simulent tout cela, ils miment la guerre et tout ce qui va avec, le pouvoir, la branlette des chefs, la peur de tous les autres, la veulerie de certains, la bêtise de beaucoup, mais aussi pour montrer, quelque part, toute la bête humanité de tout cela, merde, c'est tellement con qu'on se met à croire que c'est inhumain, ahah ! Néanmoins, ces anglais-là ne semblent pas sentimentalement attachés à la baston de l’homme contre l’homme, mais plutôt à « chanter » ce que fut donc cette quatrième croisade, entre autres considérations sur ce besoin de tout pulvériser qui réside en chacun de nous, grâce à la guitare, à la batterie, à la basse, à la voix, qui se feront explosions, tapis de bombes, accélération des détonations, pauses entre les coups de fouets, les coups de feu, ça repart, ça ne finira jamais. La quatrième croisade ? Indice chez vous : le sac de Constantinople, peint par Delacroix qui, ho surprise se retrouve sur la pochette. Pas si bêtassou que ça le métalleux hein ? Interdisciplinaire. Warhammer dans la besace, comme l’histoire médiévale des guerres dites de « religion », toujours aussi death metal oui, mais, à la différence des gros blaireaux d’Arghoslent saura vous balancer ça à la gueule et vous laisser cogiter là dessus, au lieu de hurler avec les loups super malins « au milieu des moutons ». Non non, ils nous laissent plutôt comme des cons les Bolt Thrower, ils nous laissent en plan et les histoires passent, trépassent, le death metal vit et crève, et Bolt Thrower nous hurle la désintégration, singe l’insistance jusqu'à oblitération, l’obsession des processus jusqu'à destruction de la cible tel un marteau qui sans fin s’abat sur la même victime car sa seule fonction restera celle de taper comme un couillon sur ce qu’on lui dit de taper. Et, histoire de vivre heureux : écoutez donc du death metal top notch de qualité haut du panier, et histoire de pas se casser trop les pieds à réfléchir, à chercher l'hybride parfait et à tergiverser pour savoir qui, quoi, et où ce qui doit être doit exister, et sur ce qui est hype, ce qui ne l’est pas, ce qui est original, frais, et ce qui est le canon et ce qui ne l’est pas… bouffez donc plutôt votre pastille Vichy, chevauchez moi donc ce tronc d’arbre, regardez la plaine se dérouler devant votre regard, se perdant vers l’eau intranquille de la Méditerranée ou de l'Atlantique, inspirez un grand coup, serrez les poings et écoutez-moi du Bolt Thrower ! Bon dieu de pute de crosse à morgenstern à clous ! Borgne !

note       Publiée le mercredi 12 juillet 2017

partagez 'The IVth Crusade' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The IVth Crusade"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The IVth Crusade".

ajoutez une note sur : "The IVth Crusade"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The IVth Crusade".

ajoutez un commentaire sur : "The IVth Crusade"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The IVth Crusade".

Demonaz Vikernes › jeudi 13 juillet 2017 - 15:47  message privé !

Warmaster relevait déjà le niveau du loupé "Realm of Chaos", mais ce IV Crusade écrase tout sur son passage. La patte Bolt Thrower est trouvée. 5,5/6

Note donnée au disque :       
p2h › mercredi 12 juillet 2017 - 15:10  message privé !

putain d'album !

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mercredi 12 juillet 2017 - 14:22  message privé !  Klarinetthor est en ligne !

c'est du death qui a enfilé sa robe à capuche pour infiltrer la ville du doom (et massacrer tout le monde à l'intérieur)

Note donnée au disque :       
Potters field › mercredi 12 juillet 2017 - 12:04  message privé !

j'ai jamais bien compris l'engouement pour cet album, que je trouve carrément chiant. et dieu sait pourtant que j'adore Bolt thrower. je dois pas être assez doomiste j'imagine... mais je le place loin derrière warmaster perso.

taliesin › mercredi 12 juillet 2017 - 08:34  message privé !

Il faut absolument que je le réécoute ! À l'époque je l'avais trouvé soporifique (alors que je vénère 'Realm of Chaos'), mais les goûts changent ;-)