Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWScott Walker › Tilt

Scott Walker › Tilt

9 titres - 56:55 min

  • 1/ Farmer in the city (6:38)
  • 2/ The cockfighter (6:01)
  • 3/ Bouncer see bouncer (8:50)
  • 4/ Manhattan (6:05)
  • 5/ Face on breast (5:15)
  • 6/ Bolivia'95 (7:44)
  • 7/ Patriot (8:28)
  • 8/ Tilt (5:13)
  • 9/ Rosary (2:41)

enregistrement

RAK Recording Studios

line up

John Giblin (basse), David Rhodes (guitares), Scott Walker (chant), Ian Thomas (batterie), Brian Gascoigne (claviers), Roy Carter (haut bois), Hugh Burns (guitare), Alasdair Malloy (percussions), Louis Jardim (percussions), Andrew Cronshaw (trompette), Johnathan Snowden (piccolo), Andy Findon (flûte), Jim Gregory (flûte), Roy Jowitt (clarinette), Colin Pulbrook (orgue hammond)

chronique

Styles
ovni inclassable
pop
Styles personnels
pop atmosphérique

Illustre inconnu pour la plupart d'entre nous, Noel Scott Engel, sous l'alias Scott Walker, est pourtant un doyen de la scène musicale internationale. Et s'il a connu le succès dans les années soixante avec "The Sun Ain't Gonna Shine Anymore" au sein des Walker Brothers, cet album du retour, après onze ans d'absence risque d'en effrayer plus d'un. "Climate of Hunter" avait déjà fait tomber le masque ; le chanteur n'a que faire de la variété. Son goût prononcé pour les orchestrations soyeuses ne se dément toujours pas, même si on se dirige de plus en plus vers un langage post moderne, abstrait, qui prend un malin plaisir à se faire déplaisant. A l'image de la pochette, "Tilt" est un objet discographique que l'on a du mal à identifier. Et bien des années après sa publication - et pour bien des années encore - on se retournera sur ce disque comme l'on peut encore le faire sur des œuvres majeures telles que "Trout Mask Replica" ou "Disco Volante" ; dans leurs genres respectifs, des albums qui dépassent tout cadre référentiel pour devenir la référence absolue, celle du point utopique que l'on aimerait approcher mais qui semble irrémédiablement hors d'atteinte pour le commun des mortels. Sur des arrangements minimalistes où percussions, flûtes et dissonances en tout genre viennent se percuter dans une ambiance quasi liturgique, et qu'il serait peut-être même plus approprié de qualifier d'outre-tombe, planne, magnifique, la voix de Scott Walker, à vous glacer le sang. L'étrangeté et le malaise règnent en maître ici à un point jusqu'ici inégalé. Un traitement unique qui, on l'espère, n'attendra pas dix ans avant sa suite (quoi qu'on en est pas loin déjà...).

note       Publiée le mercredi 24 octobre 2001

partagez 'Tilt' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tilt"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tilt".

ajoutez une note sur : "Tilt"

Note moyenne :        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tilt".

ajoutez un commentaire sur : "Tilt"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tilt".

Raven › dimanche 1 janvier 2017 - 14:22  message privé !
avatar

Toujours aussi mortifiant.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 15 juillet 2015 - 21:51  message privé !
avatar

hahaha le lapsus progmonsteresque !! le fan de Magma qui revient au galop ! En fait c'est Noel Scott Engel , et non pas claude ! Cela dit Claude Engel a vraiment joué avec et produit tout le monde, c'est incroyable (comme tous les membres de magma, mais x10), et ses premiers albums solos sont oufs, on dirait tout simplement un groupe qui joue, un putain de groupe de prog hyper barré.

Alfred le Pingouin › mercredi 15 juillet 2015 - 21:47  message privé !

Ah oui, c'est celui qui a joué et composé avec Gotainer!!

nicola › mercredi 15 juillet 2015 - 21:36  message privé !

Heu… LE Claude Engel, qui a joué dans Magma et qui a sorti un tube en 1983 sur l’album Guitarisme ?

nowyouknow › lundi 28 mai 2012 - 12:19  message privé !

j'ai bcp bcp bcp de mal avec la voix, ca fait chier de bloquer sur un truc comme ca...