Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHangman's Chair › Banlieue Triste

Hangman's Chair › Banlieue Triste

cd | 10 titres | 67:18 min

  • 1 Banlieue Triste
  • 2 Naïve
  • 3 Sleep Juice
  • 4 Touch The Razor
  • 5 Tara
  • 6 04/09/16
  • 7 Tired Eyes
  • 8 Negative Male Child
  • 9 Sidi Bel Abbes
  • 10 Full Ashtray

line up

Cédric Toufouti (chant), Julien Rour Chanut (guitare), Clément Hanvic (basse), Mehdi Birouk Thépegnier (batterie)

Musiciens additionnels : Perturbator (synthétiseurs sur "Tired Eyes"), Mongolito (guitare sur "Sidi Bel Abbes")

remarques

"Sidi Bel Abbes" est à la mémoire de Sid-Ahmed Azzouni, ancien guitariste du groupe.

chronique

Styles
doom metal
cold wave
grunge
Styles personnels
texas, paris

Ça se passe dans un terrain vague. Ça se passe dans un sous-sol prolétaire, avec de la peinture au plomb qui s'écaille. Ça se passe dans une cathédrale à la nef sans fin... Celle de nos souvenirs, ces aquarelles en nous qui bavent sans cesse... On est avec ce groupe crosnois au nom très sympa, Chaise de Pendu, qui intitule ses morceaux "Jus de Sommeil", "Yeux Fatigués", ou chante des choses comme "Touche le Rasoir (Je devrais essayer)". Qui semble-t-il aime beaucoup Type O Negative et The Cure. L'écho, et les chansons qui commencent pendant très longtemps. Le chant andro-gin / andro-geignard qui colle au cerveau. Temporisent à mort comme dans un Sergio Leone (ou un John Carpenter), avec des montées en impuissance chaque fois plus dramatiques, lancinantes, pénétrantes... Irréelles... Baignées dans une ambiance d'un noir tellement profond et laqué qu'elle semble, par reflet, blanche, aussi lumineuse que des néons. Grésillant comme eux, quand ils sont trop vieux. Pour qui est du genre à s'écouter en boucle des slows comme "When the smoke is going down" ou pour qui considère "Bleed The Freak" comme le morceau suprême d'Alice In Chains - présent ! - cette musique sera indiquée, tant elle en est parfois comme une version encore plus tragique, gracieuse et ultra-fondante, diffusée à trois heures du matin dans une station-service lugubre. Une hantise fort familière domine sur le très prosaïquement (et très justement) intitulé Banlieue Triste. Un grunge versant Tchao Pantin, miséreux, blafard et chassieux, comme un western solitaire tragique dans la nuit noire. Une gigantesque piscine de cordes et d'écho dans laquelle on se laisse tomber (sans petit pull marine - plutôt en perfecto similicuir), happé par des volontés de tubes qui auraient l'envergure de l'albatros baudelairien, ici mazouté ; des tubes trop longs et trop larges, comme distendus, qui démarrent très lentement, dans une longue et sadique autosatisfaction... S'étirent et nous mangent, lunes rouge sang de plus en plus géantes sur le poster noir de notre déprime ; nous engluent, liqueurs ou encres de plus en plus visqueuses. Nous rappelant sans cesse des musiques qu'on a connues, extrêmes ou FM, des ambiances qu'on a maintes fois vécues... des madeleines au parfum d'éther, le menthol de notre solitude, ce sentiment de fraîcheur-nuit qu'on a eu quand on découvrait nos premiers groupes grunge ou gothiques... La musique de Hangman's Chair sur Banlieue Triste est outre-nocturne. Obstinée, répétitive, masturbatoire. Envoûtante, voire dresseuse de voûtes. Elle passe dans la chambre de cet ado au regard absent, qui contemple un vinyle de Daniel Balavoine allongé entre un sticker Thin Lizzy et une affiche de Belmondo. Elle se passe dans cette caravane de la pochette, paumée entre les tours de béton (la même que dans Tenue de Soirée ? Si Michel Blanc et sa go y étaient restés condamnés, ne croisant jamais le chemin du gros Gégé). La musique de Hangman's Chair résonne pour la génération X-Y, qui a bouffé américain et s'est fait chier français depuis sa naissance, qui a rêvé de ces routes sans fin qu'elle ne verra jamais, mais qu'elle a vu dans des films. Bloquée dans cette réalité moins bien que celle de de là-bas ; trop proche, trop moche, trop sale, en simple, hexagonale : cette réalité qui sent la VHS... Avec sa musique d'ado vieux. À trente, quarante ans, à cinquante, puis à soixante, voire plus loin... Et de plus en plus résigné, mais de plus en plus soi-même, ce banal enfant qui ne voulait pas que les années 80 s'arrêtent, qui est "resté adolescent", comme le chantait le morbide Barbelivien. Les vieux jeunes éternels qui se réfugient encore (toujours) dans le passé, quand ils achetaient des disques et que c'était pas encore pathétique... Déjà condamnés par la passion du spleen et l'envie d'un ailleurs, petit à petit emprisonnés entre leurs piles de cercles en plastoc, qu'ils aient le noir du cambouis peigné ou l'envers iridescent d'un arc-en-ciel toxique ; ces rangées désuètes qui finiront... Dieu sait où. Au moins on aura connu les riffs, et la réverb. Avant que ne poigne l'obscurité au bout du tunnel.

note       Publiée le vendredi 13 avril 2018

partagez 'Banlieue Triste' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Banlieue Triste"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Banlieue Triste".

ajoutez une note sur : "Banlieue Triste"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Banlieue Triste".

ajoutez un commentaire sur : "Banlieue Triste"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Banlieue Triste".

Demonaz Vikernes › aujourd'hui - 13:47  message privé !

Bon, vu en live il y a peu, ça a bien perdu depuis l'époque Hope/Dope/Rope (toujours aussi bon cet album). Du coup ça ne me donne pas du tout envie de me pencher sur ce que le groupe a fait depuis.

Dale › lundi 4 février 2019 - 00:06  message privé !

Depuis le temps que j'en entends parler, et pas en mal, j'ai enfin osé affronter la bête. Cet avis est un avis à chaud et il est possible que j'y revienne. La 1ere moitié du disque est excellente et surprenante tant j'ai eu l'impression qu'un JJ Goldman dépressif avait remplacé Nick Holmes au micro des premiers Paradise Lost. Cela parait fou voire improbable mais ça saute aux oreilles et surtout c'est incroyablement prenant et efficace. La seconde moitié monte d'un voire plusieurs braquets, ils empruntent cette fois une voie (voix?) qui n'appartient qu'à eux et c'est tout bonnement MAGISTRAL. Le dernier titre avec le long sample parlé à la fin laisse KO. Album vinyle commandé dans la foulée. Merci et bonsoir.

dimegoat › mercredi 19 décembre 2018 - 16:12  message privé !

J'aimerais l'aimer ce disque mais il me déprime, comme s'il mettait le doigt sur une mauvaise vibe dans mon hippocampe.

boumbastik › mardi 18 décembre 2018 - 22:26  message privé !

Non, j'accroche pas. C'était pas que le froid et mon dos en compote.

Raven › vendredi 14 décembre 2018 - 14:41  message privé !
avatar

Il est totalement fondu dans l'organique, oui.

Note donnée au disque :