Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMoğollar › Moğollar

Moğollar › Moğollar

cd • 11 titres • 28:03 min

  • 1Kâtip Arzuhalim Yaz Yare Böyle4:31 [reprise de Aşık Veysel]
  • 2Bahçelere Geldi Bahar1:59
  • 3Hicaz Mandıra3:37
  • 4Üsküdara Giderken1:51
  • 5Karşıkı Yayla2:23
  • 6Yine Bir Gülnihal2:07
  • 7Şehnaz Longa2:27
  • 8Drama Köprüsü - Bolu Beyi2:45
  • 9Çanakkale İçinde (Aynalı Çarşı)2:29
  • 10Misket1:50
  • 11Özüm Kaldı2:02

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

chronique

Styles
folk
rock
psychédélique
world music
Styles personnels
folk-rock pastoral

La dernière chevauchée de Moğollar, alors réduit au duo Cahit Berkay / Engin Yörükoglu, après l’échec commercial de leur précédent album enregistré en France. Sans titre, pochette sobre et pastorale, ce qui reste du groupe fondateur de l’anadolu pop se recentre sur ses bases, à savoir un folk-rock inspiré d’airs traditionnels et classiques, avec encore quelques petites touches psychédéliques. D’un côté Berkay et tous ses instruments à cordes, de l’autre les percussions de Yörükoglu, rien de superflu, pas de gras, disparu l’orientation vaguement jazz-prog exotique du précédent, jamais Moğollar n’aura sonné aussi folk. Totalement instrumental, en décalage avec les tendances de la scène du moment portée sur le prog à claviers notamment à travers le nouveau groupe de Cem Karaca, Dervişan, où se retrouvent justement les deux anciens membres de Moğollar les plus influents à leur âge d’or, Murat Ses et Taner Öngur. Cahit et Engin vont alors leur bonhomme de chemin, poursuivant leur idée d’une musique turque moderne, juste à la croisée des chemins entre Orient et Occident, comme l’ont fait avant eux les Anglais ou le font encore les Bretons. C’est de l’instrumental ciselé, sans l’ambition démente du premier album mais simplement avec deux musiciens de très grande classe revisitant à leur sauce des mélodies d’autres temps, retransmises à l’aune de leur goût pour la modernité. Si la dominante reste acoustique, Berkay ressort parfois quelques soli électriques juste assez envoutants pour évoquer encore des fumerolles évaporées il y a encore peu, se montre un guitariste particulièrement tranchant sur « Karşıkı Yayla ». Il règne cependant une atmosphère avant tout pastorale, comme sur la photo qui pourrait tout autant évoquer une chaumière de la Grande Brière qu’une maison de berger du find fond des plaines d’Anatolie. Du folk transhumant à travers de grands espaces plus que des odyssées cosmiques grandioses, voilà ce qu’évoque alors la musique de Moğollar. De la Grèce à l’Azerbaïdjan, les Mongols vont en nomades avec leurs instruments sur le dos, réchauffant feux de camps et tavernes de leurs mélodies entrainantes comme on fait tourner les verres de rakı, aussi bien gitans à faire virevolter les mariages que musiciens de la cour Ottomane, voire cowboys anatoliens cheminant vers le couchant. Album décidément élégant dans toutes ses variations mais qui se termine trop vite, impression de fin de parcours renforcée par la présence de deux titres de leur répertoire revisités. En ouverture le fameux « Kâtip Arzuhalim Yaz Yare Böyle » mis en musique par Aşık Veysel sur lequel ils avaient jadis accompagné Barış Manço, avec une intro à la guitare sèche semblant rendre hommage à la version de Selda, la plus belle, avant une interprétation folk magnifique où le yaylı tanbur fait office de « chant ». En conclusion, « Özüm Kaldı », déjà enregistrée avec Cem Karaca en 1973, guitare bien acide pour une dernière lampée de folk-rock oriental psychédélique avant de tirer le rideau une bonne fois. Ce n’est que près de vingt ans plus tard, alors que l’anatolian pop trouvera un regain d’intérêt dans l’underground que Moğollar se reformera, mais leur période la plus riche, qui aura irriguée une décennie glorieuse de son influence, est définitivement refermée.

note       Publiée le vendredi 27 octobre 2017

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Moğollar".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Moğollar".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Moğollar".

Tallis › vendredi 4 octobre 2019 - 13:28  message privé !

Un album à l'atmosphère envoûtante mais bien trop court. D'où l'impression frustrante d'avoir parfois une ébauche d'album avec des morceaux qui s'arrêtent au moment où ils devraient réellement démarrer. J'en aurais bien pris le double en terme de durée...

Note donnée au disque :       
(N°6) › dimanche 29 octobre 2017 - 10:15  message privé !
avatar

Pas demain la veille. Pour le reste, le meilleur de Mogollar, premier album à part bien entendu, c'est clairement dans les collaborations, avec Karaca en tête.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › dimanche 29 octobre 2017 - 00:30  message privé !

ouep (pas mon préféré, mais il se tient quand meme)...bon et ce problème d'accent dans la recherche, sera-t-il résolu un jour? C'est vraiment pas glop.

Note donnée au disque :