Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSPatti Smith › Easter

Patti Smith › Easter

  • 1978 • Arista AB4171, AB 4171 • 1 LP 33 tours
  • 1996 • Arista 07822 18826-2 • 1 CD

cd • 12 titres • 39:44 min

  • 1Till Victory
  • 2Space Monkey
  • 3Because The Night
  • 4Ghost Dance
  • 5Babelogue
  • 6Rock N Roll Nigger
  • 7Privilege (Set Me Free)
  • 8We Three
  • 925th Floor
  • 10High On Rebellion
  • 11Easter
  • 12Godspedbonus réédition

line up

Patti Smith (chant, guitare), Lenny Kaye (guitare, basse, chant), Richard Sohl (claviers, synthétiseur) Ivan Kral (basse, guitare, chant), Jay Dee Daugherty (batterie, percussions)

remarques

chronique

Styles
rock

Easter sonne plus calibré que Horses ou Radio Ethiopia, tendance rock FM en devenir. Mais toujours rock au sens cru : l'aisselle est offerte, ça sent la femme au réveil. La bouche pâteuse, l'humeur café-clope. La mélancolie de femme, aussi, qui ne mégotte pas sur l'émotion. "Because The Night", si cliché, pas vrai ? Ouais ; et si bon... Un son de rock pour pub ou bar à néons de fin des années 70, bluesy crari Rolling Stones sans la laideur, sacrément plus classe que la moyenne tout de même... On parle quand même de Patti Smith, pas de Pat Benatar ou Stevie Nicks (contre qui je n'ai rien, hein, mais qui ne sont pas assez Patti, ou pas assez Blondie pour espérer me fasciner). Easter sonne un peu plus daté que les deux albums d'avant, assez ironiquement - pas de manoeuvres à la Philippe entre nous genre panthéon du rock, juste la vérité - et pourtant, je le préfère à Horses, alors qu'il ne contient aucun titre aussi intense que "Free Money", et à Wave aussi. Patti a selon moi passé l'essentiel de sa carrière à créer dans l'ombre de ce morceau, même si Radio Ethiopia... Même si Easter, à peu de choses près aussi grand, sur lequel bien des chansons ne sont pas loin de "Free Money", ce qui veut beaucoup dire. Les moments de magie sont même nombreux, malgré quelques impressions comparables à celles qu'on ressent sur les Bruce Springsteen qui n'ont pas passé le cap de leur époque. Comme une poussière des seventies. Mais aucun titre à jeter ici. Le musc des mélodies, déjà, c'est ça, Patti Smith, autant que ses mots et ses inspirations qui ne me causent finalement pas plus que cet esprit désabusé post-mai 68, pour tout dire. Cette façon de vous poser une intro religieusement prolétaire, aussi. Patti fabriquait des intros pour briquets. Surtout ses intros à piano : un vrai truc à levage de zippo. Des chansons de fin de bal tragique (pas à Colombey, mais avec la colombe sur la main, comme sur la pochette de Wave), ça aussi... "Rock'n'Roll Nigger" (entendre "white nigger"), oui, aussi, un grip rugueux, une hargne qui part pas au lavage... Patti sera relayée vingt piges plus tard par Mos Def, qui causera encore plus gras... Même si pour moi Easter restera plus l'album de "Because the Night", "Set Me Free" et "Easter". Un peu moins de "25th Floor", Patti n'ayant pas la religion rock aussi viscérale que Lemmy ou AC/DC, trop intellectuelle pour être aussi pure, trop cérébrale, mais elle a compris la même chose. Voilà... Easter est un très bon album, écoutez-le si c'est pas déjà fait, vous pourriez en devenir accro, et je signale que la version longue avec l'indispensable "Godspeed" en bonus scelle un 5/6 incontestable. Ceux qui craignent le côté théâtral-spoken word de Patti seront sûrement plus à même de commencer par cet album, plus direct, moins littéraire-poétique, avec arrangements classieux et mystique de hippie possédée, comme sur "Ghost Dance". Ceux qui ne se sépareront jamais des deux précédents l'ont déjà depuis un bail. Les autres, on les emmerde.

note       Publiée le mercredi 13 mai 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Easter".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Easter".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Easter".

Rastignac › mercredi 13 mai 2015 - 13:35  message privé !
avatar

Oui, on dirait du Springsteen cet album. Et comme j'ai du mal avec Springsteen... j'aurais tellement voulu aimer Patti Smith, mais comme Horses, celui-là, malgré le mégatube passant toujours aujourd'hui sur Radio Nostalgie et RFM, ben s'évapore dès pose sur la platine malheureusement. C'est vrai que c'est pas du Benatar non plus (grands dieux, Pat Benatar, arf.)

Note donnée au disque :