Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEsham › DMT Sessions

Esham › DMT Sessions

cd | 20 titres | 67:56 min

  • 1 oooooooooooohhhhhwwwwwwweeeeeeeeeee!!!
  • 2 DMT Sessions
  • 3 Valhalla Rising
  • 4 China White
  • 5 Lysergic Acid Diethylamide
  • 6 Oxycontin
  • 7 Clonazepam
  • 8 Sildenafil Citrate
  • 9 Skrewberry Kush
  • 10 Codeine Phosphate Promethazine
  • 11 Scante
  • 12 Psilocybin
  • 13 A-thujone
  • 14 Phencyclidine
  • 15 Yellow Jackets
  • 16 Methylenedioxymethamphetamine
  • 17 Lophophora Williams II
  • 18 Dimethyltryptamine
  • 19 Jack3d
  • 20 Coma

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Esham

Musiciens additionnels : Danny Brown (MC)

chronique

Styles
hip-hop
ovni inclassable
Styles personnels
underground > d e t r o i t

Il n'existe pas de cas désespérés. Esham a tenté de faire un grand album à treize reprises et peut-être plus ; tout dépend comment on compte. Il a fondé son label Reel Life avec son grand frère. Son grand frère a été diagnostiqué schizophrène. Des gens que Esham connaît sont venus et ont emmené big bro' avec eux. Peu de temps après, le label a coulé. Seul le logo en a été laissé à Esham, penaud comme un enfant rescapé d'un incendie qui n'a plus que son yoyo. Mais survivant. Un documentaire amateur-nauséeux a été filmé là-dessus, si ça vous intéresse. Tous ces échecs n'ont pas calmé Esham. Il a descendu la spirale. Et au centre, c'était Lui. Esham a suivi l'évolution de sa ville Detroit, suivi la courbe de sa faillite, observé sa dépopulation massive : mais il y est resté, arpentant les zones désertées en solitaire, ectoplasme-MC au flow oublié, miasme des squats, vétéran-clodo. Son état n'a jamais été aussi critique qu'en 2011, cette année où il a voulu rendre enfin un hommage digne de ce nom à la drogue (="aux drogues" - singulier vaut pluriel), cet allié de toujours qui l'a aidé à survivre dans la misère, malgré la lente propagation mondiale de la wicket shit qui a pu se faire grâce à internet. DMT Sessions est peut-être mon préféré avec Closed Casket. Derrière sa tracklist qui indique un album-concept foireux (les intitulés sont d'ailleurs un beau foutage de gueule : vous seriez naïfs de croire que chaque titre correspond à un morceau créé sous l'effet de la molécule en question), il s'agit sans doute de sa plus fascinante série de comptines acid rap. C'est du Esham dans le costume des années 2010 avec quantité non-négligeable de sons pop-techno jetables de l'ère internet (cloud rap...PWAK!), bref ça reste de la saloperie de seconde main et en aucun cas du grand rap bien fait et groovy et tout, le flow montre un Esham plus feignant que jamais (ne cherchant surtout rien à prouver) et escroc de la reverb notoire, mais il y a le FLUIDE eshamien, qui est indubitablement ici à son climax acide, après l'exuvie Suspended Animation. Ici nous sommes dans les Eshaltered States. Fake / pas fake ? La barre oblique entre les deux, en réalité. Esham = le slash entre pure escroquerie et aura imparable. Tous ceux qui vous glorifieront son classic KKKill the Fetus comme son skeud le plus trouble n'ont probablement jamais écouté DMT Sessions, tout au plus entendu expéditivement, car personne n'oserait comparer en termes de toxicité ce Esham cronenbergien avec celui de l'adolescence : Esham en décor synthétique, on fait pas plus chimique association en rap. Pour vous situer la typicité : un album de rap qui démarre sur du r'n'b-witchhouse-cloudrap shooté et s'achève sur un viol du style Tricky. Et entre les deux ? Aucun déchet, pour la première fois. Enfin... façon de parler... Même la clarinette sonne toxique chez Esham. DMT, fascinant et collant plus que tout autre album de Rashaam Attica Smith, est gavé d'electro et de future pop de contrebande. Son premier skeud 100% gutsien. Même si c'est ma sensibilité darkwave qui parle... voire new wave (car il y en a, aussi - y a de l'artefact de Michael Jackson - et des reprises de Marilyn Manson et de Run DMC - que Esham recrache comme des pilules mal digérées). Esham était jusqu'ici mutant. Sur DMT, il a définitivement viré alien. Inutile de réutiliser les éternels termes "cheap", "cheesy", "lo-fi". Inutile de rabaisser ce qui a atteint le fond. Déstructuration. Restructuration. Cellules du emcee reconstituées sur plates-bandes electro-psychédélico-fluorescentes à la Mentallo & the Horrorist. Pur son underground de Detroit. Mix amateur WTF total. Arrivé à "Clonazepam" et englué dans ce downbeat toxique transformant le corbeau en mouche, je savais déjà que j'étais ameureux. Arrivé à "Codeine...", mon cerveau est devenu liquide et couleur grenadine. Arrivé au reggesham "Phencyclidine", j'ai pleuré, des larmes acides... Snif, ssssshhhhiiit, Esham, respect, où que tu sois mec, Detroit ou wherever...pourquoi autant que Closed Casket ? merde, ouais, pas pour tes qualités techniques, ici quasi-nulles : pour ta vision, bordel de petit con de raté qui a confit dans son ratage, toi le loser sublime ! Arrivé à "Jack3d" j'ai définitivement fusionné avec le fluide eshamien.... chicha et sachet de seiches dans la teûté, je l'ai compris. Eminem ? Eminem est un génie comparé à Esham. Kubrick comparé à William Lustig. Le blondin est trop humain, trop techniquement efficace comme une machine hollywoodienne, même lui n'existe pas dans cette dimension ; il n'est qu'une excroissance branlatoire et blockbuster d'Esham. Qui préfère inviter Danny Brown, un de ces neveux respectueux (pour un tube du niveau des meilleurs qui émaillaient XXX) - au début du skeud, tant que l'ambiance reste à peu près stable, avant que ça ne vrille définitivement mauvais trip, que la capuche du k-way ne s'abaisse et que la Lune vire à l'hostie teint cartilage. Eshaltered States ? Cookies cookies cookieeeeeees... Esham n'est plus :o) ni même ;o>. Il passe en mode ;`< (avec un petit ;o) sous la main à la A-1 Yola)... MC à mic microbien qui rappe avec de l'écume (quantique?) aux babines. Jeu vidéo sans scénario où tout n'est qu'éternel babil de médiocre, où les homies sont tous morts puis ressuscités en petits pixels, où le flow n'est plus que cette molécule fantôme entre des beats-bonbons... game over, bulleboy. Projet (esha)MK-Ultra : achevé. Tu ricanes, homie....mais tu ne connais pas la beauté pleinement déployée de l'acid rap, et ton ironie va fondre. Comme sucre sous langue de xénomorphe.

note       Publiée le dimanche 30 mars 2014

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'DMT Sessions' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "DMT Sessions"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "DMT Sessions".

ajoutez une note sur : "DMT Sessions"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "DMT Sessions".

ajoutez un commentaire sur : "DMT Sessions"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "DMT Sessions".

Raven › mardi 26 août 2014 - 02:10  message privé !
avatar

Mon plaisir. Teste tous ceux à 5/6 si t'as vraiment que ça à foutre, soit le Natas et Closed Casket, mais dans la même veine, la suite comprenant d'autres skeuds avec 30 et quelques pistes à intitulés moléculaires balancés en random viendra bientôt (et oui en effet, la rame de nuit d'hiver doit mieux s'y prêter, enfin j'imagine, autant qu'une cuisine éclairée au néon).

Note donnée au disque :       
Consultant en informatique › lundi 25 août 2014 - 09:25  message privé !
avatar

Super découverte. Y'a plus qu'à attendre l'horaire d'hiver pour voir s'il a un double effet dans les trajets en RER nocturnes de 7h du mat, mais je me le sens bien. Merci mec !

Raven › dimanche 18 mai 2014 - 01:26  message privé !
avatar

Le dernier étant à peine mieux que du Limp Bizkit routinier (ai fait la connerie de l'acheter à l'aveugle), je suis pas pressé du tout d'entendre le prochain, mais pourquoi pas y croire... On veut du solo, Esham, du solo !

Note donnée au disque :       
Rendez-Moi › samedi 17 mai 2014 - 02:04  message privé !

Nouveau Natas en juin, il devait taffer dessus ! FUQERRBDY ça s'appelle.

Raven › vendredi 16 mai 2014 - 23:55  message privé !
avatar

Il s'est bloqué sur les tracklists chimiques/biologiques avec Venus Flytrap (DMT volume II). Plus de nouvel album solo depuis un an et demi... peut-être a-t-il décidé de prendre une longue pause, mais c'est inquiétant...

Note donnée au disque :