Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMare › Mare

Mare › Mare

cd | 5 titres

  • 1 Anisette
  • 2 They sent you
  • 3 Tropics
  • 4 Palaces
  • 5 Sun For Miles

line up

Tyler Palmateer-Semrick (chant, guitare ), Caleb Collins (Batterie), Rob Shortil (Basse), Neil Spalding (cor d'harmonie)

remarques

Sur le disque, le cinquième titre n'est pas indiqué

chronique

Il y a douze ans de ça (putain, 12) - une époque où les mp3 étaient réservés aux nantis – une pochette absurde dénichée au hasard chez mon disquaire (une race que les moins de vingt ans blablabla) m'avait fait forte impression, d'un album donnant classiquement dans le style à la mode du moment – HxC chaotique étou - mais sur un versant particulièrement obscur et tortueux ; je parle bien sûr du premier EP de The End. Peu après cette sortie, le chanteur désertera le groupe (qui s'enlisera dans le pire puis splittera tout aussi logiquement) et s'en ira fonder Mare, groupe lui aussi à l'existence plus qu'éphémère, petite comète traversant le paysage de l'époque (à la mode, du post-hardcore) avec une luminosité certaine, et auteur d'un unique EP, celui dont je souhaite vous parler aujourd'hui. Dix ans après sa sortie, l'album est devenu une sorte de classique, et déjà à l'époque on sentait que quelque chose allait se passer ; pas la disparition pure et simple de la « tête pensante » (le batteur ira, lui, s'amuser avec succès auprès de Circle Takes the Square), mais bien l'avènement d'une nouvelle forme de « metal » lourd et positif, romantique en quelque sorte – et dont Thou est en quelque sorte le relais dans sa forme la plus austère. Mare est, à rebours, bien plus ambitieux, voir baroque – style New York quand l'autre est plutôt Bayou. Assez proche de ce qu'offrait Kayo Dot sur son premier album, voir des premiers albums de S.U.P. (influence probablement inconsciente mais évidente à l'écoute du second titre), à grand renfort de cuivres tristes (que d'aucuns qualifieraient de bourgeois), de vocalises Buckleyienne un rien chouchou, on voit tout de suite que Mare vise haut, loin, et propre. Le son, énorme, donne de l'épaisseur aux arpèges titanesques, tout comme les hurlement surmixés donnent une coloration screamo-souffrance-authentique à un ensemble légèrement trop clinquant. Malgré ça, je ne peux pas lui attribuer moins que la note maximale, tout simplement parce qu'il entrecroise les trajectoires de mes groupes fétiches, avec une préciosité obscène qui me touche, qui me donne l'impression d'être un homme de meilleur goût, un homme plus beau, un homme séduisant – et que si je découvrais ce disque aujourd'hui, probablement que je tomberais aussi fatalement amoureux de lui que je le fus à l'époque. Miroir, mon beau miroir, as-tu peur du noir ?

note       Publiée le jeudi 10 décembre 2015

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

partagez 'Mare' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mare"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mare".

ajoutez une note sur : "Mare"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mare".

ajoutez un commentaire sur : "Mare"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mare".

Powaviolenza › samedi 12 décembre 2015 - 17:50  message privé !
avatar

Beaux souvenirs..

Note donnée au disque :       
blub › samedi 12 décembre 2015 - 13:30  message privé !

Acheté et vénéré dés sa sortie, je le réécoute toujours avec plaisir même si la durée est vraiment frustrante! Les gueulantes du gars y sont quand-même pour beaucoup dans ma notation, excellent!

Note donnée au disque :       
saïmone › jeudi 10 décembre 2015 - 21:40  message privé !
avatar

Ce disque n'est objectivement pas inoubliable, clairement - à moins de partager avec lui une histoire qu'on aimerait oublier (bisous inziz !)

Note donnée au disque :       
Chris › jeudi 10 décembre 2015 - 21:04  message privé !
avatar

M'a pas laissé un souvenir impérissable celui-là, je vais peut-être essayer de lui redonner une petite chance ce week-end....

Intheseblackdays › jeudi 10 décembre 2015 - 20:38  message privé !

Ca me rappelle une sacrée époque tout ça. Je n'ai toujours pas jeté une oreille sur SUP malgré tes conseils déjà à la suite de ta chronique sur Slow End.