Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEsham › Dead Flowerz

Esham › Dead Flowerz

cd • 18 titres • 60:04 min

  • 1What
  • 2You Betta Ask Somebody
  • 3Tony Montana
  • 4Kill Or Be Killed
  • 5What Did I Do Wrong
  • 6Foodstamp
  • 7Any Style You Want
  • 8Killagram
  • 9Fried Chicken
  • 10Because
  • 11Black Orchid
  • 12Trick Wit Me
  • 13If I Can't Have U
  • 14Hold U Up
  • 15U Ain't Fresh
  • 16Charlie Manson
  • 17Wit Yo Punk Azz
  • 18Where All My Nigz At

line up

Esham (MC, production)

Musiciens additionnels : Lord Maji (production), Razzaq, Bugz, Dice, Drunken Master (MC's), Zelah Williams (voix)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
underground > hoeriented acid rap

À quoi bon faire plusieurs fois la même chronique au sujet de Esham, si ce n'est pas pour vous décrire les subtilités sales à chaque album et ainsi orienter votre choix ? Qu'est-ce qui différencie Dead Flowerz des autres Esham ? Le titre déjà, et son double-sens savoureux. Mais plus encore peut-être, ses couleurs. Servons-nous de la pochette, donc, pour une fois : une fleur. Et plus précisément : une rose rouge. Que symbolise la rose rouge ? Le romantisme, en effet. L'amour, la passion : tout à fait ! Et Dead Flowerz parle des femmes, vous avez vu juste ! Permettez-moi en guise de félicitations de vous planter une aiguille infectée par le V.I.H. dans l'oeil (ça c'est juste pour vous situer le genre de transitions lyricales que fait Esham - dont la logique n'est connue que de lui seul). Esham veloute la recette des précédents, clairement. Esham est dans un mood très "g-funk" et "hoes" sur ce skeud, nous gavant d'une quantité non-négligeable de titres happy-mous et de beats très communs pour l'époque - et trop communs pour lui. Esham veut pécho, ouais. Et pour se faire il a recruté / séquestré de la choriste r'n'b ("Foodstamp"). Il faut reconnaître que "Black Orchid" (hommage typiquement eshamien à un club strip tease culte de Detroit - avec une petite accroche 'en français dans le texte' très émoustillante), dans le genre, ça le fait quand même pas mal. Dead Flowerz nous ouvre ses lèvres avec une intro qui reste peut être la meilleure possible en rap et nous promet un Esham mortel, mais faudra hélas se préparer à du coupage de la came au filler. Dead Flowers est typique du jeune Esham a ce niveau : moitié d'acid rap et moitié de gangsta basique, à vue de bec. Faut zapper quasiment la moitié des pistes, d'où ma note vis-à-vis de Closed Casket qui contient assurément son lot de déchets aussi. Mais moins. Mais qui a dit qu'il fallait être juste avec Esham de toute façon, vu sa manie vicieuse de nous couper sa came ? Pour les flips mentaux notables on retiendra "What" (sec et crade), "Foodstomp" (déjà citée), "Killagram" (une tuerie - du niveau de Cypress période Temples of Boom), "What Did I Do Wrong", "Charlie Manson" ou "Silicone". Six titres incontestablement dégueulasses et collants et donc incontournables pour tout amateur d'Esham, au panthéon de ses morceaux les plus malsains. Toujours aussi bien lotti dans le mauvais goût : "One Day", ou Esham qui nous dédicace une chanson à sa môman, tradition hip-hop (donc tradition-victime - puisqu'il n'est de clichés hip-hop pouvant échapper à ce pédophile de la rime.) Esham dit à sa maman de ne pas s'inquiéter, parce qu'il va mourir,et que le paradis n'existe pas. Quatre notes de piano + un beat grésillant achèvent de passer le truc au rang des merveilles eshamiennes. Alors... oui, trop de remplissage, trop de g-funk smoothy, Esham tablant clairement sur un ratissage du public nouvellement aquis par Snoop, et même s'il est tout sauf mauvais dans l'exercice et certainement bien plus gaulé niveau lyrics (Dead Flowers est de la crème d'Esham à ce niveau : "Suicide contemplated, everything's drug related...", une auto-définition parmi d'autres mais une de ses plus justes), rien ne vaut le Esham acid rap... Mais tout ça reste subjectif évidemment. Quand il balançe un son 'plus-detroit-tu meurs' sur "Wit Your Punk Azz" (avec son poulain Dice, et Bugz, un membre originel de D-12 qui se fera shooter en '99), le smiley fend la face. Car ce Esham est peut-être aussi son album le plus cool et girlie avec le suivant. Cool/Cold. Parce que l'amour est un croco haribo, et que, comme mézigue, Esham c'est celui qui mange la partie blanche en premier - vous savez, le petit coussin crémeux et aguicheur qui sert de ventre au croco - pour mieux savourer après la gélatine rouge.

note       Publiée le dimanche 30 mars 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dead Flowerz".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dead Flowerz".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dead Flowerz".

merci pour le fusil... › jeudi 5 novembre 2015 - 23:04  message privé !

Black Orchid, ce slow de caveau.