Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHell Militia › Jacob's Ladder

Hell Militia › Jacob's Ladder

cd • 8 titres

  • 1Jacob's Ladder
  • 2Jonah
  • 3Sternenfall
  • 4Death Worship
  • 5The Black Projector
  • 6The Second Coming of the Pig
  • 7Deus Irae
  • 8Jericho

line up

Arkdaemon (guitare), Lsk (basse), Meyhna'ch (chant), T. Persecutor (guitare), Dave Terror (batterie), S. (Guitare),- (Chant sur Sternenfall)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
béton goudron campagne

Vous le savez depuis longtemps, je suis loin d'être un grand connaisseur de black metal. Tout au plus les plus connus, et souvent les moins orthodoxes. Si je vous parle du dernier Hell Militia (comme je vous ai parlé du dernier BAN), c'est parce qu'il ressemble bien plus à ce que j'écoute que la majorité des « sorties » dans les styles que j'écoute, justement. J'ignore si c'est un syndrome français ou quoi, mais je trouve que ces derniers temps, tout les (meilleurs) albums de death, de black, de hardcore semblent sortir du même moule. Un vieux moule crade et rouillé chopé sur les quais de St Nazaire ou du port du Havre, dans des caves à répèt' au milieu des briques rouges du Nord de la France. Hell Militia, pour moi ça résonne comme du Kickback, du Svart Crown, du Arkhon Infaustus (oui, bon là c'est un peu normal), du Deathspell Omega qui aurait foiré ses derniers contrôles de maths (Jericho !) ; c'est à dire que, comme tout ces derniers, Hell Militia joue dans les tranchées de la dissonances, du rythme vicieux, de l'industriel au sens propre, c'est à dire pas de l'indus, mais de la tôle et du bruit. La distorsion sur les voix, par exemple. Les grattes plus proches de la noise que de Mayhem. Les blasts et les roulements de routiers perdus sur les départementales de Bourgogne. Les transitions parfois un peu trop précipitée. Même sur le son, on ne s'y trompe pas. C'est massif, ça résonne comme un couloir sous la Manche. Et en même temps ça tranche avec une baïonnette comme en 14. Je ne sais pas si on peut parler de nouvelle scène, en tout cas on se vautre dans les charniers et dans cette espèce de hargne chauvine et insidieuse qui surpasse « The last station », qui tenait déjà du viol en réunion dans la boue des Charentes. Mortel.

note       Publiée le mercredi 28 novembre 2012

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
malsain et crade

Je dois vous avouer, cette chronique, j'aurais vraiment aimé ne pas l'écrire. Saïmone s'en était chargé avant moi et mon avis dessus est au moins aussi élogieux. Oui, mais voilà, l'actualité récente en a décidé autrement. En effet, la bassiste du groupe, LSK, nous a quittés il y a quelques jours et elle méritait bien au minimum cet hommage. En effet, avant de parler de ce disque, j'aimerais revenir un peu sur cette artiste. Ils sont rares ceux qui ont réussi à se faire autant respecter en tant que musicien dans le monde du metal extrême et à s'être exporté avec autant de succès. Son CV est tout bonnement impressionnant, elle a participé à nombre de groupes cultes de la scène européenne (Vorkreist, Antaeus, Secrets Of The Moon, Love Lies Bleeding, Hell Militia) sans compter des sessions pour d'autres (Ascension, Merrimack, Corpus Christii et j'en oublie). Elle restera une grande femme de la scène, sincère, discrète, efficace, entièrement dédiée et totalement impliquée dans son art. Quand on voit la qualité des productions auxquelles elle a participé, ce n'est pas un hasard. Outre sa musique, je retiendrai d'elle une image qui résumerait bien, je pense, ce qu'elle était. A l'occasion du Deathkult cette année, nous nous sommes retrouvés côte à côte pendant le set de Ruins Of The Beverast. Elle a passé tout le set complètement immergée dans la musique jouée. Ce n'était pas simplement qu'elle appréciait le set, elle vivait totalement la musique, cela faisait partie d'elle, en se mouvant les yeux fermés au gré des changements de rythmes des morceaux interprétés. Elle était totalement dans son élément. Pour revenir à l'album en question, on peut dire qu'elle l'était aussi complètement lors de l'enregistrement de ce troisième album d'Hell Militia tant il s'agit de leur meilleur. Et pourtant, on ne peut pas dire que les deux précédents soient mauvais, loin de là. Avec "Jacob's ladder", Hell Militia dépasse encore une fois les limites. Cet album pue le souffre à 100 mètres. Il se dégage une atmosphère noire et poisseuse avec notamment un Meyna'ch vraiment en forme. Tout dans cet album est malsain. Les rythmes ne sont pas spécialement rapides dans l'ensemble, on navigue plutôt sur du mid-tempo bien lourd et gras, rempli de dissonances, cependant les parties de blasts sont bien là et possèdent une véritable profondeur. La production est à ce titre totalement adaptée et surtout ample. On ressent ce malaise, cette puissance et cette ambiance crade, urbaine comme rarement. On savait depuis sa création que Hell Militia jouait dans la catégorie du black metal bien crade (euphémisme ?) et là, c'est comme s'ils avaient atteint leur but. Les changements de rythme sont judicieux et apportent toute la diversité et le rythme au disque pour en faire un tout compact, lancinant et incisif. A l'origine, beaucoup considéraient à tort Hell Militia comme une sorte de side-project de membres d'autres formations hexagonales (Arkhon Infaustus, Mütiilation, Temple Of Baal, Vorkreist). Leurs trois albums montrent qu'ils sont bien plus que ce qu'on peut atteindre d'un side-project. Ce "Jacob's ladder" est une totale réussite et se présente comme une des meilleures sorties de l'année 2012. Pour l'une de ses dernières productions, LSK nous aura peut-être sorti le meilleur. Merci pour tout ! So long Marianne...

note       Publiée le dimanche 27 octobre 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Jacob's Ladder".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jacob's Ladder".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jacob's Ladder".

Demonaz Vikernes › lundi 11 novembre 2013 - 18:25  message privé !

Assez différent du précédent, beaucoup moins poisseux je trouve, mais tout aussi bon en fait.

Note donnée au disque :       
Aeon › mardi 29 octobre 2013 - 22:20  message privé !

Pouah ce passage à 1min sur le titre Jonah, ça m'a rendu fou

Klarinetthor › vendredi 15 février 2013 - 23:01  message privé !

Les pseudos recidivistes finissent tous par etre condamnés. Et puis là c'est du teasing, c'est un peu différent.

Note donnée au disque :       
saïmone › vendredi 15 février 2013 - 06:08  message privé !
avatar

Tu me fais plaiz, mon garçon. (pourquoi un 3e pseudo ? Des trucs que tu as du mal à assumer ?)

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › vendredi 15 février 2013 - 01:06  message privé !

@Thrwdrtz: meme la version CD est supposée être limitée, donc oui c'est ce qu'ils devraient vendre environ

Note donnée au disque :