Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSvart Crown › Ages Of Decay

Svart Crown › Ages Of Decay

10 titres - 45:33 min

  • 01/ Open The Graves Of Time
  • 02/ Tribes Of The Forgotten Ages
  • 03/ Crystalize Your Idol
  • 04/ Caligula
  • 05/ Deadly March
  • 06/ Burning Messiah
  • 07/ Pestilential Rising
  • 08/ Orgy And Sodomy
  • 09/ Onward To The Slaughter
  • 10/ Apocalyptic Triumph

enregistrement

Enregistré au studio Cox In Hell. Produit et mixé par Sebastien Bernard au Solstice Studio. Masterisé au Jailhouse Studio par Tommy Hansen.

line up

JB (chant, guitare), Jean-Marc (guitare), Ludo (basse), Kenny (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
death metal
Styles personnels
death/black metal

On le répète sans arrêt et de partout: pour percer, faut bosser. Svart Crown, la nouvelle bombe niçoise, en est un exemple édifiant.
Alors qu'il y a à peine deux ans, leur démo "Bloody Crown", pas franchement renversante, les laissait barboter dans le petit bain des innombrables groupes locaux sans prétention, la marge de progression réalisée est tout simplement hallucinante avec le changement de line-up qui va bien. Compromis habile et audacieux d'un d'un death occulte qui joue avec le thrash et d'un black brutal ne reniant pas les mélodies, "Ages Of Decay" frappe à la porte des ténors de l'hexagone. Par delà l'homogénéité exemplaire de l'ambiance bestiale qui nimbe le disque, chaque titre possède son feeling. Les riffs évoluent au moyen de montées en puissance, d'amorces claquantes, de breaks martials et de trompeux sursis. Les structures rythmiques sont plutôt soudées, il est fréquent de voir la batterie suivre trait pour trait la guitare, insufflant une dynamique perverse qui peut nous faire basculer de l'abysse d'Immolation à la fougue d'Immortal en quelques mesures. De plus, les morceaux s'articulent d'une manière générale autour d'une trame mid-tempo aux pêches précises et flanquée d'un duo vocal black/death, repère voulu au potentiel scénique certain. Si ces compos aux refrains mordants constituent l'essentiel de "Ages Of Decay", quelques titres plus typiquement black metal valent également le détour ("Pestilential Rising", "Orgy and Sodomy"), avec leur lot d'accélérations et leur leads qui n'ont pas grand chose à envier à Dark Funeral. Pour finir, le son est sensiblement puissant, tranchant sur les guitares, et rond sur la batterie (même si les disparités de la caisse claire lors des changements de tempo font ressentir un relatif manque de puissance du batteur). Voilà tout ce qu'est devenu Svart Crown en deux pauvres années. Une formation qui marie réellement le death/thrash au black, au style affirmé, aux rythmes bien trouvés, aux mélodies bien composées, et à l'énergie débordante. Impressionnant.

note       Publiée le lundi 15 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ages Of Decay".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ages Of Decay".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ages Of Decay".

Nokturnus › dimanche 2 novembre 2008 - 23:49  message privé !
avatar

En tout cas ce soir c'était vraiment pas mal.

kama › mercredi 17 septembre 2008 - 13:00  message privé !

Oais, ultra banal, t'as l'imprssion de connaitre alors que t'as jamais écouté. Inutile, de mon coté.

Powaviolenza › mercredi 17 septembre 2008 - 11:58  message privé !
avatar

Aux frontières du légal = 5/6? :op Honnêtement j'ai "écouté" leur myspace et je suis pas, mais pas du tout emballé.

Aym › mercredi 17 septembre 2008 - 02:36  message privé !
avatar

Ok je vais être honnête: y a deux ans Svart Crown, c'était minable, un des pires groupes que j'aie vu jouer live. Mais là, ça n'a plus rien à voir. En à peine deux ans, c'est aux frontières du légal

dariev stands › mardi 16 septembre 2008 - 22:28  message privé !
avatar

jles avait vu à un classrock y'a quoi, deux ans de ça à peine... ils avaient gagnés par disqualification de tous les autres concurrents... mouarf ! bon le plus drôle ça restait leurs paroles, vraiment à se poiler... mais là ils ont l'air d'avoir pris du galon !