Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaviour Machine › 20th anniversary 1990 demo

Saviour Machine › 20th anniversary 1990 demo

cd • 11 titres

  • 1Carnival of souls
  • 2Ludicrous smiles
  • 3Streams
  • 4The wall of life
  • 5Transcendence
  • 6Silent vision
  • 7Retribution
  • 8When the cat came home
  • 9A world alone
  • 10Church of the Vatican slaves
  • 11The Revelation: 1/The blood of the lamb 2/ The plague 3/ The veil of Armageddon 4/ The wrath 5/ The resurrection

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré en 1990, à l'exception de 'Ludicrous smiles', 'A world alone' et 'Church of the Vatican slaves' enregistrés en 1991. Remixé et remasterisé par Eric Clayton et Brian Kehew d'après les masters originaux entre septembre et octobre 2010 à Hollywood, Californie, USA.

remarques

Existe en édition 'Vinyl + cd' signée.

chronique

Plutôt originale comme idée ; pour célébrer la naissance 'officielle' de Saviour Machine soit la sortie de sa première démo (professionnellement enregistrée et financée de manière indépendante) en 1990, le groupe la ressort en édition limitée sous forme de version remixée d'après les masters originaux. Outre le fait qu'on y voit une photo du jeune Eric Clayton sans le fameux 'masque' qui deviendra sa marque de reconnaissance, voilà qui constitue un beau retour aux sources permettant de réaliser à quel point Saviour Machine a oeuvré à tisser des ponts entre gothic rock traditionnel, heavy metal sombre et influences progressives, mélange qui paraît des plus banals à notre époque mais pas si évident à la fin des 80's. Des compostions telles que 'Streams', 'The wall of life', 'Transcendence' en sont les meilleurs témoins, démontrant au travers des riffs de guitare un goût marqué pour un metal old school influencé parfois par la NWOBHM, voir Black Sabbath ('The wall of life'). D'un autre côté, la version originale de 'Carnival souls' sonne nettement plus gothique que celle finalement enregistrée sur le premier opus. Hasard ? Pas uniquement, le ton désespéré, l'imagerie, certaines sonorités et passages ('Retribution') confirment que le groupe puise également ses influences dans cette scène-là, en remontant au glam de David Bowie (le nom du groupe étant tiré d'un de ses morceaux) comme le prouve 'Silent vision', véritable hommage (involontaire ou non) au génial Anglais, jusque dans le timbre de Eric. La démo originale était composée de huit morceaux auxquels s'ajoutent aujourd'hui en bonus, les premières (rares) versions de 'Ludicrous smiles' (chanson probablement finalisée à partir des structures de 'When the cat came home'), 'A world alone' et un inédit instrumental, 'Church of the Vatican slaves'. C'est par 'The revelation' que s'affirme le goût pour les structures longues et progressives puisque le titre est divisé en cinq parties. Rien de si surprenant, techniquement, nous n'avons pas affaire à des amateurs mais à des musiciens pros qui aiment à complexifier leurs lignes, alterner calme et tempête, riffs lourd et pont mélancoliques, sans pour autant, et c'est une de leurs qualités, sombrer dans la branlette stérile. Bien plus qu'un fond de tiroir, cette démo sonne quasiment comme un véritable album et je dois bien avouer que si je ne suis pas très fan de l'étiquette 'gothic metal', force est de constater que s'il est bien une formation à laquelle elle siérait pourtant pas mal, c'est Saviour Machine...

note       Publiée le lundi 22 août 2011

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "20th anniversary 1990 demo" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "20th anniversary 1990 demo".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "20th anniversary 1990 demo".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "20th anniversary 1990 demo".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Je viens de me payer les 'Collective Journals' de Eric Clayton...En voilà un qui n'a pas eu la vie simple...Père mort quand il avait 15 ans, sa femme qui manque d'être tuée dans un accident de voiture qui lui laissera des séquelles, oesophage de Barett aggravé, arrestation par la police pour soupçon de secte apocalyptique en raison des shows de Saviour Machine, frère alcoolique, séjour en taule à la place de sa femme soupçonnée d'avoir fraudé l''assurance invalidité' (en réalité, une erreur de paperasse mais aux USA, on ne plaisante pas avec ça...), label qui l'entube...Et j'en suis pas encore à la moitié du livre...