Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaviour Machine › Legend I

Saviour Machine › Legend I

cd | 17 titres

  • 1 Overture
  • 2 A prophecy
  • 3 I am
  • 4 Legend I:I
  • 5 The lamb
  • 6 The eyes of the storm
  • 7 The birth pangs
  • 8 The woman
  • 9 The night
  • 10 The sword of Islam
  • 11 Gog: kings of the north
  • 12 The invasion of Israel
  • 13 World war III : the final conflict I
  • 14 Ten-the empire
  • 15 Legend I:II
  • 16 The beast
  • 17 Antichrist I

enregistrement

Moonsong Studio, Riverside, Californie, USA, du 1er juin au 11 septembre 1996.

line up

Eric Clayton (chant), Jeff Clayton (guitares, effets), Charles Cooper (basse), Nathan Van Hala (claviers, piano, programmation), Jayson Heart (batterie, percussions), Ensemble Cantabile (chorale)

remarques

Ce disque est le 1er volet d'une suite consacrée au thème de l'Apocalypse

chronique

Après ses deux premiers opus et un live en Allemagne, Saviour Machine s'engage dans son projet le plus ambitieux, une trilogie (qui pourrait bien s'étendre encore, aux dernières nouvelles) consacrée à l'Apocalypse et rien qu'à voir le beau boìtier noir, on sent que le groupe a bien l'intention de se donner les moyens de produire son chef-d'oeuvre absolu. Eric s'est plongé dans les livres et s'est énormément documenté pour écrire la trame de ce véritable 'opéra' gothique à prendre comme un voyage au travers des écrits de St-jean à Pathmos; 'Legend I' se doit d'être écouté comme un tout,c'est pourquoi, il démarre lentement, prend le temps de se mettre en place, par un instrumental symphonique tout en percussions lourdes, nappes angoissantes et sonorités épiques tout d'abord, puis sur fond de synthés glauques et de cloches funèbres,la voix chuchote la promesse d'une prophécie avant que n'éclate un choeur angélique ('I am'). Le groupe s'est en effet adjoint les services d'une chorale pour contribuer aux atmosphères grandiloquentes qu'il affectionne tant.'Legend I:I' amorce le début de la narration sur fond de piano avant d'éclater en guitares. Saviour machine pousse son style au paroxisme, mêlant avec brio influences gothiques, métal épique, voir heavy 80's,le tout enrobé dans une atmosphère profondément mystique et poignante. En celà, le chant splendide de Eric fait merveille, profond, triste, passionné et émouvant. Avec 'Eyes of the storm', l'effet de joie de la prophécie s'estompe, les climats oscillent entre noirceur inquiète et l'espoir que la venue du Messie pourra apporter. Musicalement, celà se traduit par des roulements de batterie lents secondés de synthés mélancoliques et de quelques touches de guitare aux relents orientaux qui finissent par s'alourdir à la fin du morceau pour ouvrir le superbe et gothique 'Birth pangs' construit sur une ryhtmique roulante, des claviers arabisants entrecoupés d'attaques de guitare et de carillons pesants. Après cette tornade noire, le poignant 'The woman' principalement basé sur le chant et le piano prend toute sa dimension. Les membres de Saviour Machine sont d'excellents musiciens et n'ont pas leur pareil pour tisser des atmosphères prenantes et profondes, lesquelles ont été décuplées sur cet opus comme le prouve le final accompagné du choeur et des grosses caisses. Avec 'The night', c'est l'obscurité qui s'abat sur terre, de manière tranquille et épique à coup de clavier et de piano mais l'inquiétude se précise...Sentiment confirmé sur 'Sword of Islam' où les guitares se mettent à prendre une place plus importante dans les mélodies, à siffler de manière troublante sur fond de batterie lourde, le chant de Eric se fait plus tranchant, un sentiment de malaise s'installe. Que dire de 'Gog: kings of the north' sinon qu'il est superbe avec sa rythmique rituelle, son maelstorm hypnotique de sons et son chant quasi incantatoire. Il annonce néanmoins des temps durs pour les croyants, élément materialisé par 'World war III' et ses riffs glauques, sa batterie roulante et la voix un brin étoufée qui scande 'Apocalypse, behold apocalypse'. 'Ten-the empire' est de ce point de vue encore plus sombre, plus lourd et plus angoissant, et peut rappeler l'atmosphère du titre éponyme de Black Sabbath. 'Legend I:II', pièce pour voix et piano, apparaît comme un rayon de lumière dans cet océan d'obscurité et donne une touche poignante qui implique l'auditeur dans le combat qui va suivre...Car débute le règne de l'Antéchrist sur 'The Beast' sur des climats incantatoires qui se changent en véritable marche militaire, d'où l'inquiétude que l'on ressent sur le chant de'Antichrist I': Il sera accordé à Satan de gouverner et des périodes de troubles et de deuil se préparent...Suite au prochain épisode, serais-je tenté de dire, tant on se laisse entraîner dans ce véritable 'feuilleton' apocalyptique, mystique, presque cinématographique. Saviour Machine a voulu frapper un grand coup et c'est une réussite, les arrangements, la production et les orchestrations sont à la hauteur des espérances. Certes, ceux qui n'apprécient pas les ambiances épiques risquent de ne pas apprécier et il est vrai que le risque du kitsch plane sans cesse mais le groupe l'évite aisément de par la force du chant de Eric tout d'abord, puis de par l'efficacité des mélodies et des ambiances ensuite. Ce premier volet est donc une merveille, peut-être même le meilleur album de Saviour machine à ce jour.

note       Publiée le vendredi 4 février 2005

partagez 'Legend I' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Legend I"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Legend I".

ajoutez une note sur : "Legend I"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Legend I".

ajoutez un commentaire sur : "Legend I"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Legend I".

warrior of light › vendredi 7 septembre 2007 - 10:44  message privé !
très bon album, très abouti.
Note donnée au disque :