Vous êtes ici › Les groupes / artistesMPeter Murphy › Deep

Peter Murphy › Deep

cd • 10 titres

  • 1Deep ocean vast sea
  • 2Shy
  • 3Crystal wrists
  • 4Marlene Dietrich's favourite poem
  • 5Seven veils
  • 6The line between the devil's teeth (and that which cannot be repeat)
  • 7Cuts you up
  • 8A strange kind of love
  • 9Roll call
  • 10Roll call (reprise)

enregistrement

Wood Hall Studios, Rockfield Studios, Master Rock Studios, Abbey Road Studios, Grande-Bretagne.

line up

Peter Murphy

Musiciens additionnels : Eddie Branch (basse), Simon Rogers (guitare sèche), Paul Statham (claviers, guitare), Peter Bonas (guitare), Terl Bryant (batterie, percussions), Gill Tinguey (harpe)

remarques

chronique

Styles
pop

Peter Murphy est un chanteur charismatique, personne n'a de doute là-dessus (si vous en avez, faites-vous soigner): il suffit de plonger un instant dans son regard mystérieux, d'écouter sa voix si particulière, à la fois sensuelle et vénéneuse, pour s'en rendre compte aussitôt. Cela a d'ailleurs joué bien des tours à Bauhaus...Ca ne vous a jamais titillé, le fait que Daniel Ash et les frères 'de La Rythmique' soient toujours restés unis comme les doigts de la main, même après le split, l'ex-chanteur étant le seul mis à part ? Peter a toujours incarné la figure de proue de Bauhaus à tel point que lors de l'apparition du groupe dans 'Les Prédateurs' on ne verra que lui; quand une marque de K7 voudra faire une pub, c'est lui et lui seul qu'elle engagera...En réalité, la donne était toute autre. Inutile de tergiverser sur le rôle incontournable de Daniel Ash, l'autre entité visible, le jumeau démoniaque, mais pas du chanteur, du bassiste ! Le discret et immobile David J. qui ne payait pas de mine était en effet l'autre tête pensante de Bauhaus, lui qui a écrit une grande partie des musiques et même quelques paroles. Si bien que quand le split arriva, Peter Murphy se trouva fort dépourvu. Bien évidemment Beggars Banquet lui proposa aussitôt un contrat solo persuadés de tenir la poule aux oeufs d'or mais comment faire lorsque l'on se trouve privé de ses compositeurs ? Le chanteur n'a aucune compétence musicale, ne connaît que quelques accords de guitare, peut utiliser un synthé mais guère plus...La bonne fée du show-business qui n'en avait pas fini avec son cas plaça sur sa route l'ex-bassiste de Japan, Mick Karn, lui aussi bien dérouté mais pour des raisons opposées: aucune maison de disque ne s'intéressait à lui malgré son talent musical reconnu. Il apportera la musique et Peter la crédibilité, d'où le projet Dali's Car, considéré à l'époque comme un échec. Le salut viendra de Howard Hughes rencontré quand celui-ci travaillait avec les Associates. Flanqué de Ivo, boss de 4AD, comme producteur, Peter met en marche son premier disque solo 'Should the world fail to fall apart' qui le dévoile nettement plus pop qu'on eût pu le penser. Un demi-succès mais suffisant pour lancer la carrière de l'ex-chanteur de Bauhaus. J'ai eu du mal à apprécier son travail sans ses groupes, justement car sa musique restait à mes yeux trop fade et banale mais Peter Murphy reste Peter Murphy et même un grognon comme moi trouve toujours quelque chose à sauver dans son répertoire. Il y a par exemple ce disque, le troisième, qui me plaît grâce à une poignée de chansons...'Deep ocean vast sea', assez banal, mais suffisamment rythmé, sombre pour rester crédible mais surtout le mélancolique et délicat 'Marlène Dietrich's favourite poem' évocateur à souhait avec ses draperies de clavier et de harpe flottant dans la brise. Signalons aussi 'Cuts you up' plus appuyé avec le chant de Peter dégageant la magie dont il est capable, des guitares marquées, des orchestrations intéressantes et un sample de violon conférant un charme oriental lointain. Du violon, on en trouve également sur 'Seven veils', plus dépouillé, titre sympathique de rock new wave sans originalité mais plaisant. Là où Peter reste le plus poignant ce sont sur les ballades puisque outre 'Marlène Dietrich's favourite poem', la pièce maîtresse de 'Deep' demeure, selon moi, 'A strange kind of love' où notre homme démontre à quel point son chant peut encore faire frissonner, comme à l'époque de 'The three shadows'. Plus sombre que 'Love hysteria', plus mature peut-être que 'Should the world fail to fall apart', 'Deep' constitue l'un des essais solo dignes d'achat en premier. Mais je laisse chacun juge...

note       Publiée le mercredi 17 novembre 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Deep" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Deep".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Deep".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Deep".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

55 ans aujourd'hui le bonhomme !

AlainTernet Envoyez un message privé àAlainTernet

Il est vrai que les albums solos du grand Peter sont assez minces et inégaux malgré sa voix de crooner d'outre-tombe écorché vif. Outre Dust, je préfère toutefois Love Hysteria à Deep, mais je vais le réécouter, juste au cas. Je n'ai pas un très grand souvenir de Marlene...

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

outrageusement non, c'était un peu du n'importe quoi surtout, pour pas dire que le seul morceau du disque dont je me souvienne malgré le nombre d'écoutes c'est Marlene

Note donnée au disque :       
dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

c'était pour celui là que t'avais fait une chronique magnifique mais outrageusement mensongère sur ton propre avis (un concept immonde de fourberie, mais j'adore) ??

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

l'album peut paraître fade ou transparent, mais Marlene Dietrich's favourite poem est une pure merveille

Note donnée au disque :