Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAgoria › The green armchair

Agoria › The green armchair

cd • 11 titres

  • 1Baboul Hair Cuttin Feat. Scalde3:27
  • 2Code 10265:50
  • 3Million Miles Feat. Neneh Cherry4:54
  • 4Europa6:46
  • 5Cecile5:22
  • 6Your Inner Kiss Feat. Scalde4:40
  • 7Edenbridge Feat. Peter Murphy7:37
  • 8Like A Bull3:39
  • 9Lips On Fire Feat. Princess Superstar3:10
  • 10Les Violons Ivres6:10
  • 11Wrong Line4:35

enregistrement

Produit par Sebastien Devaud à Circle Room

line up

Neneh Cherry (chant sur la 3), Peter Murphy (chant sur la 7), Sebastien Devaud (voix, samples, machines, programmation), Princess Superstar (MCing sur la 9), Scalde (chant sur la 1 et la 6), Francesco Trisatno, Rami Khalifé, Sarah Fimm

remarques

artwork par Benjamin Brard http://www.benjaminbrard.com/

chronique

Styles
electro
techno
trip hop
Styles personnels
house / melting pot courageux

Loin, très loin de la chaise roulante en chocolat d'Aaron Funk, ce fauteuil vert n'en est pas moins
aussi important que le brûlot suscité. Le lyonnais Sebastien Devaud, alias Agoria, est un DJ/Remixeur officiant dans les soirées
techno aux quatre coins du monde, dont le premier album "Blossom" avait déjà été remarqué dans le milieu electro. Mais avec
"The Green Armchair", c'est plus qu'un bond en avant qu'il effectue, c'est un revirement à 180° vers un éclectisme sans bornes,
aux ambitions dignes des productions d'outre manche ! Ainsi, Agoria met les points sur les "i" (tout en attirant pas mal de regards sur son
disque, une des surprises de l'an passé) et se pose directement en bidouilleur savant fou, un peu comme Matthew Herbert ou Mark Bell...
Autrement dit, un artisan du son, plus qu'un simple "tueur de dancefloor". Il a choisi la voix difficile, et déjà, c'est tout à son honneur, avant même de parler
de la réussite éventuelle de son disque. Maintenant, parlons-en : Audacieux, mature, étonnant, maîtrisé, "Green Armchair" est un album qui a le son. Un son clean, 100% electronique (on sent qu'il est tombé dans la techno petit, quoi), touffu mais capable de
basculer en minimaliste à tout instant... Parlez moi de production léchée, et je vous parlerai d'Agoria ! La production est parfaitement homogène sur tout le disque, et les beats sonnent particulièrement bien.
Agoria a en fait pris le meilleur de la techno pour le plonger dans un dangereux mixer d'influences, habité par quelques prestigieuses voix
invitées pour l'occasion : Neneh Cherry, Princess Superstar, Scalde et Peter Murphy. Voilà, c'est tout. Pas mal, hein ? Oui, oui, c'est bien le Peter Murphy de Bauhaus
qui pousse un chant plaintif et extraterrestre sur "Edenbridge"... La piste avec Neneh Cherry, Million Miles, n'a rien à voir. Ici, on côtoie la moiteur du
Massive Attack des bons jours, malheureusement la mélodie a la voix est un peu perfectible. Quant à celle avec Princess Superstar, c'est l'un de ces featurings dont on se serait bien
passé ; racoleur a souhait, dans le style de la donzelle, mais sur fond d'une electroclash indigeste et bien caduque. Si Agoria a compris qu'avec la classe on pouvait se permettre
de croquer à tous les styles, il lui reste encore a avoir totalement la classe. Car ces lyrics un peu chaud lapin sur "Lips On Fire" (le dit featuring) ou sur le très
"dommage" final Wrong Line, ça fait plutot sourire qu'autre chose, et surtout ça fait un peu fausse note dans un ensemble aussi sérieux et profond. Enfin, pour le coup, c'est vraiment une question de goût, les morceaux restant super aboutis musicalement, quoique le beat
de "Wrong Line" est un peu une redite de celui de "Cecile"... Bref, une fin de disque ratée. Si l'on vient à parler des morceaux les plus techno du disque, ceux concoctés seul par Agoria, par contre, c'est un sans faute. Du dévastateur "Code 1026" au primitif "Like A Bull" en passant
l'imposant et éthéré "Europe", c'est une techno mutante qui est ici ébauchée, anxieuse, urgente. Ce même frisson d'inquiétude qui parcourt tout l'album, jusque dans les morceaux les plus funky, comme
ceux chantés par Scalde. Deux ovnis à la production totalement décalée, surtout sur "Your Inner Kiss", le sommet de l'album, incroyable de modernité, du TV On The Radio encore plus futuriste !
Une oeuvre imparfaite, donc, mais qui mérite définitivement que vous y jetiez une oreille. On en a pas fini avec Agoria, si vous voulez mon avis. Un gros 4 sur 6.

note       Publiée le samedi 31 mars 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The green armchair".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The green armchair".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The green armchair".

Zbider-Mane › lundi 12 octobre 2009 - 22:11  message privé !

Vu en boite sur Bruxelles... Voir des demoiselles glamours se trémousser sur les violons ivres ou Your inner kiss, c'est juste de toute beauté! Excellent album pour une soirée bourgeoise, accompagné de black dressed girls, verre de champagne à la main !

dariev stands › lundi 12 octobre 2009 - 21:40  message privé !
avatar

french touch go home !

Wotzenknecht › lundi 12 octobre 2009 - 21:38  message privé !
avatar

pouah, qu'est-ce que j'en ai soupé du Agoria à Lyon, matraquage chauviniste oblige ; il a même joué dans mon école, french touch prout prout

dariev stands › mercredi 16 mai 2007 - 14:27  message privé !
avatar
pour une chro de l'album de Scalde, génial chanteur de "baboul hair cuttin" et "your inner kiss" : http://www.thefrenchtouch.org/tft/objet.php?objet=742 bientot les chros des singles d'Agoria
tom › dimanche 1 avril 2007 - 10:26  message privé !
ah oui, énorme ce "your inner kiss"!, et cette prod, fouillée, et comme tu dis qui verse dans le minimaliste quand il faut, excellente découverte
Note donnée au disque :