Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBauhaus › Burning from the inside

Bauhaus › Burning from the inside

cd | 14 titres

  • 1 She's in parties
  • 2 Antonin Artaud
  • 3 Wasp
  • 4 King Volcano
  • 5 Who killed Mr Moonlight ?
  • 6 Slice of life
  • 7 Honeymoon croon
  • 8 Kingdom's coming
  • 9 Burning from the inside
  • 10 Hope
  • 11 Lagartija Nick
  • 12 Here's the dub
  • 13 Departure
  • 14 The Sanity assassin

enregistrement

Rockfield Studios, Pays de Galles

line up

Daniel Ash (guitare, saxophone), David J (David Jay) (basse), Kevin Haskins (batterie), Peter Murphy (chant)

chronique

Ce quatrième et dernier album marque une certaine rupture par rapport aux trois premiers . La noirceur brute s’est apaisée malgré quelques sursauts vivaces (‘Antonin Artaud’, possédé et chaotique ou ‘Burning from the outside’, véritable exorcisme musical) et Bauhaus semble expérimenter davantage pour créer des climats malsains, surprenants, peut-être même dérangeants. Peu de surprise avec ‘She’s in parties’, efficace mais assez classique avec sa rythmique rampante et ses guitares sifflantes. La véritable surprise débute avec un ‘King Volcano’ entonné comme un chant rituel primitif qui pourrait tout à fait servir de prélude à un sacrifice. ‘Who killed Mr Moonlight ?' avec ses quelques touches de piano et quelques bribes de saxo mourantes dégage une mélancolie nocturne assez terrifiante. ‘Slice of life’, ballade énergique rassure sous certains aspects mais ne dissipe nullement l’étrange et sulfureuse atmosphère qui semble s’être installée. Difficile de se poser trop de questions, ‘Honeymoon croon ‘reprend des structures plus rock, plus électriques avant que la touche d’étrangeté ne ressuscite avec une autre étrange ballade décalée, ‘Kingdom ‘s coming’. Les titres supplémentaires de la version cd livrent quelques chansons plus classiques mais très réussies comme les superbes et possédés ‘Sanity assassin’ et ‘Lagartja Nick’. En résumé, un album étrange et envoûtant, moins noir mais empli d’un charme sulfureux et maladif, sans être pour autant aussi décousu que 'Sky's gone out'.

note       Publiée le mardi 24 décembre 2002

partagez 'Burning from the inside' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Burning from the inside"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Burning from the inside".

ajoutez une note sur : "Burning from the inside"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Burning from the inside".

ajoutez un commentaire sur : "Burning from the inside"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Burning from the inside".

TribalCrow › mardi 15 décembre 2009 - 17:45  message privé !

"Bauhaus semble expérimenter davantage pour créer des climats malsains, surprenants, peut-être même dérangeants." Le message essentiel. Des chansons basées sur la guitare acoustique ("Kingdom's Coming", "Slice Of Life", "King Of Volcano" avec sa rytmique paienne) propice à nous emmener dans un monde étrange, du Dub et du Reggae dévorés et digérés à la noirceur ("Honey Moon..." "She's In Parties" et sa guitare sifflante de génie !) et toujours des morceaux de pure folie et puissants ("Antonin Artaud","The Saniry Assassin"). Sans oublier la balade sous le clair de Lune gelée...

Note donnée au disque :       
Solvant › dimanche 4 janvier 2009 - 22:23  message privé !

J'en vois qui hésitent entre 5 & 6/6 c'est uniquement parcequ'il y existe les albums-étalons : "In the flat field" & "Mask" que l'on reste humblement à 5.

Note donnée au disque :       
Gaylord › mercredi 4 juillet 2007 - 19:50  message privé !
Peut-être leur meilleur album.
Note donnée au disque :       
Aiwass › samedi 9 septembre 2006 - 21:08  message privé !
(...) "Who Killed Mr Moonlight ?", quand à lui, n'est ni plus ni moins que le plus désenchanté des titres de Bauhaus. Cette violence sourde, qui monte, monte, puis redescend sans cesse... ces crescendos pianistiques et synthétiques, fesant monter le frisson, puis le trahissant coup après coup en se laissant retomber, un peu comme un ivrogne vautré corps et saoûl dans le canal, qui essaierait à chaque tentative d'atteindre le bord, mais, une fois arrivé au but, retomberait comme une merde à l'eau, car les parois sont trop glissantes. Dans l'eau, le reflet de la Lune bien sûr... Et que dire du frissonant "Honeymoon Croon", aux accents amers, aux accélérations soudaines, comme les coups de bitte effrénés d'un puceau le premier soir, couplés à l'impuissance d'un vieillard. Le spleen sous un réverbère, sous acides... Cet album n'est pas seulement la quintescence, c'est un ultime poème arraché aux ténèbres de la rue, recraché sur le pavé, tel quel, déchiqueté par les rats, piétiné par les catins, tutoyant la syphilis et l'absinthe. Une poésie des plus sombres... un tissu de velours noir et de perles sales.
Note donnée au disque :       
Aiwass › samedi 9 septembre 2006 - 21:07  message privé !
Je suis de ceux qui ne jurent que par la lumière quand celle-ci se présente dans un environnement des plus obscurs... Ici, bien sûr, pas de lumière au sens ou beaucoup l'entendraient de mauvaise oreille ou de mauvaise volonté. Non. Il s'agit-là d'une lumière noire. Celle qui révèle parfois des couleurs secrètes, dissimulées par le jour... "She's In Parties", ou le titre le plus abouti du répertoire Bauhaus, malsain plus que de raison, trip surréaliste dans sa première giclée, délire distordu et retourné en vrac sonore dans sa seconde. Une pute à deux visages. Un miroir qui se brise au gré de la fellation que le corbeau fait au renard (...)
Note donnée au disque :