Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSole › Bottle Of Humans

Sole › Bottle Of Humans

cd • 16 titres • 73:02 min

  • 1Dismantling Of Sole's Ego
  • 2I Don't Rap In Bumper Stickers
  • 3Tourist Trapeze
  • 4Famous Last Words
  • 5Bottle Of Humans
  • 6Man And Woman
  • 7Center City
  • 8Furthermore
  • 9Save The Children
  • 10Suicide Song
  • 11Year Of The $exxx $ymbol
  • 12Very Important Message
  • 13Sole Has Issues
  • 14Our Dirty Big Secret
  • 15Bottle Of Leftlovers
  • 16Home

line up

Alias (MC, mix, production), Why? (MC), Sole (MC), Controller 7 (production), Matt (production), Jel (production), Daddy Key (mix, production), Odd Nosdam (production), DJ Mayonnaise (mix), Panik (production), Dose One (MC), The Pedestrian (MC), Jon Wyman (mix), Moodswing9 (co-production), Scott Matelic (production), Andy Raggedy (production), Wes Bonifay (production)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
alternatif > emo

Tiens, l’autre jour je discutais avec mon facteur et on parlait de Sole, le co-fondateur d'Anticon, manager et écrivain à ses heures, qui a un jour décidé de ne plus faire que du gratte-papier et de se lancer dans le emceeing. Je le dis d'emblée: Sole n'est certainement pas un grand rappeur, il peut être très relou dès qu'il ouvre son clapet, mais j'ai beaucoup d'affection pour cette tête à claques. Mon postier et moi-même tergiversions donc sur le fait que l'artiste, en plus d’avoir un joli patronyme dans sa langue natale mais le nom d’un poisson ridicule en français (La Limande que je l’appelle même), était souvent raillé pour son label qui tourne en rond selon certains et se la joue prétentieux (Ant-icon ou Anti-con du reste ?) ; pour ses airs pédants aussi, son attitude de poète péteux, ses lyrics tarabiscotés. Pas mal le trouvent imbuvable à cause de son caractère verbeux et intello justement, et puis son côté philosophe, sa prose très littéraire. So… what the fuck ? Clair qu’elle aime jacter la Limande, et pas qu’un peu, elle est du genre tchatcheuse. Mais elle le fait avec sincérité et émotion, elle s’investit vraiment, en frétillant de la nageoire avec passion. Ce que Sole évoque dans ses albums solo – et en particulier sur ce Bottle Of Humans, qui est en fait une compilation de titres réalisés entre 1993 et 1999 déguisée en album - se résume souvent à quelque chose de pessimiste, avec une pointe d’idéalisme et de combativité (contradiction propre à pas mal de rappeurs), celle du gusse qui est rétamé sur le macadam les chicots en vrac mais a encore la force de castagner un peu en moulinant avec ses bras. Car quoiqu’il advienne, même en faisant abstraction des lyrics hyper chiadés, la noirceur de ce disque est évidente, elle saute aux oreilles : samples de violons dramatiques, boucles enivrantes, beats concassés ; dès la première piste, lugubre comme un chiotte de gare, on est pris à la gorge assez rapidement ; et l’emprise ne lâchera que rarement, au détour de quelques pistes plus légères et enlevées mais pas moins superbes comme ce "Year Of The Sexxx Symbol" avec sa mélodie de guitare espagnole bien accrocheuse, ou le jazzy "Tourist Trapeze". Le flow de Sole a souvent été considéré comme son point faible : pas très original, un flow de blanc-bec assez rapide et saccadé, frêle, mais à mon sens avec suffisamment de tripes derrière. On retrouve un joli paquet d’invités autour de la Limande (les potes habituels : Why ?, Dose One, Odd Nosdam, et puis d’autres lascars), de multiples productions, mais une cohérence sans faille du début à la fin. C’est long 73 minutes, bouh que c’est long, mais jamais l’attention ne relâche, sauf peut être – à mon goût - sur le feat "Our Dirty Big Secret", assez agaçant malgré (ou à cause diront certaines mauvaises langues) la présence de Pedestrian et Alias. En prenant le disque dans son entier, on constate que Sole navigue de pièce en pièce, traverse des moments plus lumineux avant de replonger dans les zones d’ombre, dans la tourmente intérieure, à l’image des morceaux les plus noirs comme "Famous Last Words", avec son sample de piano dissonant et pesant, ou des pistes les plus vaporeuses et hantées, comme "Man And Woman" ou le brumeux "Save The Children", très proche d'un Clouddead dans l'atmosphère. Pour ce qui est des cuts insolites, on en trouvera surtout deux en particulier : le featuring "Center City" avec Why ? (mais est-ce vraiment une surprise ?) et le minimal "Suicide Song", longue prose appuyée par une mélodie de guitare sèche, interrompue de temps à autre par un bruit de page tournée. Entre toutes, la production de Alias reste à mon sens la plus percutante, sur le titre éponyme – le meilleur – salve sublime aux allures de tragédie, portée par un violoncelle bien tristouille et le flow rageur de La Limande. Les considérations intello propres à Anticon et à Sole en particulier, finalement, on s’en fout un peu beaucoup si vous voulez mon avis. De tous les disques produits sur le label à fourmi, Bottle Of Humans est justement l’un des moins arty, l’un des plus direct à l’os. Et puis étant donné que la musique prime toujours sur les mots – ou plutôt le sens des mots - c’est elle qui résonne le plus ici. Désolation, introspection, colère, mélancolie, névrose et paranoïa : voilà à quoi carbure Sole, et voilà de quoi est fait Bottle Of Humans.

note       Publiée le vendredi 18 avril 2008

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Bottle Of Humans".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bottle Of Humans".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bottle Of Humans".

merci pour le fusil... › jeudi 21 mai 2015 - 22:52  message privé !

Son flow d'indipoète-malinois emporté par les flots tape rapidement sur le système (même problème chez Yoni Wolf). Mais les instrus sont très chouettes.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 26 août 2013 - 18:32  message privé !

en concert ce jeudi 29 à l'espace B

SIKTH › mardi 6 mai 2008 - 14:30  message privé !
Ah enfin du Sole sur guts ! Pour moi c'est l'un des activistes les plus interressant en matière d'"hip hop sombre". La ce n'est que le dèbut, un bon début mais le gars ira carrement plus loin après ! Il y a beaucoup à écouter dans sa disco, il ne faut surtout pas s'arreter ici...
Damodafoca › samedi 19 avril 2008 - 09:58  message privé !
avec le skyrider band sur scène c'est assez incroyable. Sinon je ne connais pas ce disque, je n'ai que le dernier ainsi que live from rome. C'est du bon hip hop, indéni&blement, mais effectivement, c'est assez verbeux et l'investissement du mec dans ce qu'il chante peut paraitre aussi un peu surjoué.
juj › samedi 19 avril 2008 - 01:48  message privé !
les instrus sont pas mal, certains sont même bons
Note donnée au disque :