Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesccLOUDDEAD › cLOUDDEAD

cLOUDDEAD › cLOUDDEAD

cd • 12 titres • 73:30 min

  • 1Apt. A Pt. 16:25
  • 2Apt. A Pt. 25:52
  • 3And All You Can Do Is Laugh Pt. 15:34
  • 4And All You Can Do Is Laugh Pt. 25:51
  • 5I Promise Never to Get Paint on My Glasses5:45
  • 6I Promise Never to Get Paint on My Glasses6:01
  • 7Jimmybreeze Pt. 17:01
  • 8Jimmybreeze Pt. 25:32
  • 9Cloud Dead #5 Pt. 15:24
  • 10Cloud Dead #5 Pt. 26:00
  • 11Bike Pt. 17:12
  • 12Bike Pt. 26:53

enregistrement

Cincinnati, USA, 1998-2000

line up

Doseone (MC), Why? (MC), Odd Nosdam (samples, cuts, programmation)

Musiciens additionnels : Sole (MC), Mr.Dibbs (platines), DJ Signify (platines), Illogic (mc)

remarques

chronique

Styles
ambient
ovni inclassable
hip-hop
trip hop
Styles personnels
underground > abstract hip hop

Chef d'oeuvre ! Oui, chef d'oeuvre, et ça va bien vous trouer le cul à vous qui trouvez que le Progmonster est bien avare en bons points. Quel délice ultime, chers lecteurs, que d'accorder la note maximale, ici et maintenant, à un disque estampillé rap ! Laissez moi savourer cet instant. Là. Voilà... Attendez de l'écouter d'abord avant de hurler au loup ! Jamais, je dis bien : jamais vous n'aurez pu vous attendre à entendre un truc pareil. Du hip hop ambient ? Un descriptif expéditif mais qui pourrait bien résumer le problème ; le tempo est on ne peut plus lourd. Il est pesant. Et le plus étonnant reste encore cet emploi de nappes, comme ce tapis de nuage qui illustre la pochette, surplombant l'album qu'il couvre de son ombre mouvante et ô combien inquiétante. Une version inédite d'un Scorn ayant viré sa cuti ? Les Tribes of Neurot qui s'essayeraient aux platines ? Peut-être bien. Le premier disque de ce collectif de la galaxie Anticon est en réalité une collection de 6 maxis, les deux faces comprises, parus entre 1998 et 2000, et réunis ici pour en faire un album longue durée. Malgré les origines diverses des enregistrements, chacun mettant d'ailleurs en vedette des collaborations inédites (Mr.Dibbs, Illogic, DJ Signify et aussi Solé), on est surpris de découvrir un trait commun et une continuité dans l'enchaînement de ces morceaux qui établissent fermement leur personnalité. Sur les productions de Odd Nosdam, Why? et surtout Doseone s'affichent comme d'extraordinaires mcs, en parfaite adéquation avec l'univers brumeux dépeint sur leur disque. On me dira que les amateurs de rap old school seront typiquement de ceux à rejeter en bloc le travail de Clouddead. Peu m'importe ! C'est précisement sur des disques comme ceux-ci que se sont écrites les plus belles pages de la musique, quand elle a du se mettre à chercher de nouveaux espaces pour pouvoir s'exprimer. Clouddead ouvre une faille béante dans le hip hop actuel. Dans le hip hop tout court. Une faille qu'il ne tient qu'à vous de venir contempler. Et agrandir.

note       Publiée le lundi 31 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "cLOUDDEAD".

notes

Note moyenne        40 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "cLOUDDEAD".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "cLOUDDEAD".

(N°6) › dimanche 5 août 2018 - 16:22  message privé !
avatar

C'est un peu comme The Three EPS du Beta Band, pour le meilleur (et le moins bien aussi parfois).

Note donnée au disque :       
DesignToKill › dimanche 12 janvier 2014 - 04:25  message privé !

Plutôt d'accord avec Pampa, on le ressort du tiroir pour se faire plaisir, comme un bon vin qu'on a laissé mûrir un peu... Et pour poursuivre le débat précédent, je ne classe pas ce groupe comme "hip hop". Ce n'est pas parce que les artistes sont dans ce milieu qu'il faut les classer dedans. Enfin, ce n'est que mon avis.

Note donnée au disque :       
DesignToKill › samedi 14 décembre 2013 - 12:02  message privé !

C'est presque "trop" planant !

Note donnée au disque :       
zappymax › vendredi 21 juin 2013 - 17:41  message privé !

DIN-GO ! (et BRILLANT)(comme moi !)(je rigole ...)

Ignus › jeudi 31 mai 2012 - 10:01  message privé !

J'ai déjà mis un moment à comprendre Ten (que j'adore, n'en déplaise aux puristes). Là je viens -enfin- de mettre la main sur l'éponyme. Tellement foutraque et opaque qu'il me faudra à mon avis un bon moment avant de ne commencer qu'à cerner le bouzin. En tout cas c'est exigeant mais assez magique.