Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHelmet › Size matters

Helmet › Size matters

11 titres - 39:34 min

  • 1/ Smart (3:44)
  • 2/ Crashing Foreign Cars (2:31)
  • 3/ See You Dead (3:47)
  • 4/ Drug Lord (3:23)
  • 5/ Enemies (5:00)
  • 6/ Unwound (4:12)
  • 7/ Everybody Loves You (3:26)
  • 8/ Surgery (3:14)
  • 9/ Speak and Spell (3:31)
  • 10/ Throwing Punches (3:44)
  • 11/ Last Breath (3:02)

enregistrement

Cello Studios, NRG Studios et The Bakery, USA, 2004

line up

Frank Bello (basse), Page Hamilton (guitare, chant), John Tempesta (batterie), Chris Traynor (guitare, basse)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif qui a mal tourné

Est-ce la taille qui compte ? On pensait pourtant que Page Hamilton n'avait pas de soucis à se faire à ce propos - souvenez-vous de "Strap It On" - mais, de toute évidence, le sujet le préoccupe encore... Pour y répondre et en avoir le coeur net, le guitariste américain croit bon de réinsuffler la vie dans les poumons de sa créature maintenue en hibernation pendant sept longues années tout en prenant soin d'y greffer de nouveaux membres (Frank Bello, ex-Anthrax, John Tempesta, ex-White Zombie, et le guitariste Chris Traynor, ex-Orange 9mm, là, c'est déjà plus inquiétant). Le premier choc survient avec "Smart" ; si la production est clinquante et irréprochable, si on entend bien toutes les thunes qu'il y a derrière, on est aussi pris de court quand on entend le guitariste leader entonner la mélodie du morceau. Oui, vous lisez bien... Après tant d'années, Hamilton s'est enfin décidé à chanter ! Le problème, ce n'est pas qu'il s'y prend mal ; c'est surtout qu'on ne s'attend pas à avoir des refrains mid-tempos sur les titres d'un groupe qui jusqu'ici était avant tout reconnu et apprécié pour sa faculté à débouler à du trois cent à l'heure dans vos enceintes. C'est hélas ce qui se passe ici, et bien trop souvent ; c'est à dire quasiment partout, tout le temps. Prenez "Enemies" ; à part son intro joujou pour dégraisser les doigts du guitariste en manque d'effets noise, il s'agit d'une roucoulade indigeste, et impardonnable dans le chef de Helmet. On passe de titres en titres dans le maigre espoir d'entendre le groupe se ressaisir, mais c'est peine perdue ; "Size Matters" se crucifie tout seul plus on est amené à le découvrir. Reformer Helmet pour nous délivrer ça au final, le jeu n'en valait certes pas la chandelle. En se mettant/se rabaissant (biffez la mention inutile) au niveau des groupes emo qu'il a inspiré, Helmet trahit son désir inavouable de succès grande échelle. Par contre, on avait déjà tous remarqué qu'ils s'y prenaient super mal, et ce n'est clairement pas comme ça que ça va s'arranger.

note       Publiée le dimanche 22 juillet 2007

partagez 'Size matters' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Size matters"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Size matters".

ajoutez une note sur : "Size matters"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Size matters".

ajoutez un commentaire sur : "Size matters"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Size matters".

empreznor › dimanche 3 août 2008 - 03:17  message privé !
4...
Note donnée au disque :       
blub › dimanche 3 août 2008 - 03:15  message privé !
Fallait en rester au trois premiers...
empreznor › dimanche 3 août 2008 - 03:13  message privé !
argh, quelle misère. Ca boxe dans la catégorie Nickelback/creed aisément, ils se sont pris pour King's X mais tout le monde ne peut pas sonner heavy et etre aguichant. Pathétique.
Note donnée au disque :       
PAM › samedi 28 juillet 2007 - 14:05  message privé !
Super album, assez tordu, paradoxalement moins accessible que ses prédécesseurs. Rien d'emo là-dedans.
Note donnée au disque :       
jeansairien › dimanche 22 juillet 2007 - 23:25  message privé !
Pour faire ça...franchement...une honte !
Note donnée au disque :