Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCNick Cave And The Bad Seeds › The Boatman's Call

Nick Cave And The Bad Seeds › The Boatman's Call

cd | 12 titres

  • 1 Into My Arms [4:15]
  • 2 Lime Tree Arbour [2:57]
  • 3 People Ain't No Good [5:42]
  • 4 Brompton Oratory [4:07]
  • 5 There Is A Kingdom [4:53]
  • 6 (Are You) The One That I've Been Waiting For? [4:05]
  • 7 Where Do We Go Now But Nowhere? [5:46]
  • 8 West Country Girl [2:46]
  • 9 Black Hair [4:14]
  • 10 Idiot Prayer [4:22]
  • 11 Far From Me [5:34]
  • 12 Green Eyes [3:33]

line up

Blixa Bargeld (guitare, piano préparé), Martyn P. Casey (basse), Nick Cave (chant, piano, Hammond, vibes, Casio), Warren Ellis (violons, piano, accordéon), Mick Harvey (basse, vibes, guitare acoustique, guitare, Hammond, orgue basse), Conway Savage (piano, chœurs), Jim Sclavunos (melodica, batterie, cloches), Thomas Wydler (batterie, maracas)

chronique

Styles
blues
rock

Je lis avec effroi que No More Shall We Part serait un disque pour maison de retraite. Mais alors, que dire de The Boatman's Call ? Que dire de son synthétiseur affreux et usé jusqu'au métronome (l'abominable 'Brompton oratory' : si ce titre ne sent pas le sapin, je veux bien me faire fossoyeur), de ses ballades mièvres et tiédasses ('People ain't no good', 'There is a Kingdom') et plus globalement, de l'ennui abrutissant qu'il dégage ? C'est bien simple, je n'ai jamais pu l'écouter d'une traite. Après le seul vrai bon titre de l'album, '(Are you) the one that I've been waiting for?', on entre dans des territoires si flasques et nécrosés qu'il ne reste guère que la fonction "Eject" comme porte de sortie. On arguera que c'est un album de transition, entre la fin du blues rock et le début du blues gospel – mais là où la formule touchera juste sur le suivant, 'The Boatman's Call' a tout faux : Cave se prend pour un messie scarifié qui se voudrait amis des anges et des dieux, armé de son piano et de couplets d'inspiration religieuse, comme sur 'Into My Arms' dont le clip, je le rappelle, n'est qu'une succession de visages qui pleurent. Le pathos, pourtant d'habitude masqué sous des airs écorchés ou plus tard sublimé par des miracles d'écriture et de composition, apparaît ici dans sa forme la plus gênante : impudique et apathique.

note       Publiée le mardi 3 août 2010

partagez 'The Boatman's Call' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Boatman's Call"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Boatman's Call".

ajoutez une note sur : "The Boatman's Call"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Boatman's Call".

ajoutez un commentaire sur : "The Boatman's Call"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Boatman's Call".

Aladdin_Sane › jeudi 26 mars 2015 - 23:20  message privé !

Le peu que j'ai écouté de cet album ne m'a pas vraiment donné envie de persévérer. Par contre, le dernier (Push the sky away) qui me semble un peu dans la même veine minimaliste m'a laissé une trés bonne bonne impression (et la pochette est magnifique).

zugal21 › vendredi 9 mai 2014 - 21:48  message privé !

Je ne peux que croire que la note attribuée découle du principe ici appliqué souvent, "Qui aime bien châtie bien". Pour autant, perso, je trouve ce disque bien agréable.

Note donnée au disque :       
stankey › dimanche 7 avril 2013 - 12:20  message privé !

Exact, et la première fois que j'ai entendu 'Into my Arms' c'était sur France Inter à une Black Session de 1998 qui existe en CD pirate chez Sangatte Records. Indispensable. Pour 'Red Right Hand' aussi, et plein d'autres ;) D'ailleurs, si des Gutsiens connaissent des Black Sessions qui cartonnent, je suis preneur...

karaboudjan › dimanche 7 avril 2013 - 12:16  message privé !

Je l'aime beaucoup, celui-là. Lime Tree Arbour, Are you the one, Where do we go, notamment, sont magnifiques. Into My Arms est sans doute une des plus belles chansons de Nick Cave.

Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 3 août 2010 - 23:55  message privé !

Bof bof bof, ça passe mieux en fin de nuit.

Note donnée au disque :