Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDødheimsgard › Supervillain Outcast

Dødheimsgard › Supervillain Outcast

15 titres - 56:46 min

  • 01/ Dushman
  • 02/ Vendetta Assassin
  • 03/ The Snuff Dreams Are Made Of
  • 04/ Horrorizon
  • 05/ Foe X Foe
  • 06/ Secret Identity
  • 07/ The Vile Delinquents
  • 08/ Unaltered Beast
  • 09/ Apocalypticism
  • 10/ Chrome Balaclava
  • 11/ Ghostforce Soul Constrictor
  • 12/ All Is Not Self
  • 13/ Supervillain Serum
  • 14/ Cellar Door
  • 15/ 21st Century Devil

enregistrement

Audio assault carried into effects at Skrekk og Skru Studios during summertime '03, masterminded and crafted by Henning Bortne and Yusaf Parvez. Verbal propaganda put into commission at Strype Audio '05, supervized by Tom Kvålsvoll and Ingar Hunsgaard. Syndicate assembling (mixed) at DHG HQ Diktafon '06 executed by Yusaf Parvez, additional help by Tom Kvålsvoll and Ingar Hunsgaard. The last stand (mastering) by Tom Kvålsvoll, additional help from Yusaf Parvez.

line up

Kvohst (voix, paroles), Clandestine (Bass), Thrawn Hellspawn (Guitar), Vicotnik (Guitar / Programmation), Bliss (Programmation), Mort (Programmation)

Musiciens additionnels : Carl Michael Eide (batterie)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
post-black metal assagi

Dire que j'attendais "Supervillain Outcast" avec impatience serait un doux euphémisme... Les écoutes de "Satanic Art" et "666 International" s'étaient avérées plus que traumatisantes - le genre d'expérience sonore dont on ne revient pas vraiment indemne. C'est après huit longues années d'absence que DHG sort cet album dont j'attendais énormément, avec l'espoir de me reprendre une baffe aussi grosse qu'avec leur deux précédents chef-d’œuvres. Autant le dire tout de suite : sur ce point de vue, c'est raté. Pourtant, les multiples previews m'avaient franchement donné envie : les énormes "Vendetta Assassin" et "All Is Not Self" laissaient espérer quelque chose de vraiment énorme (normal : ce sont parmi les deux meilleurs titres de l'album), et la rehearsal qui tournait sur internet était absolument terrible - peut-être mes oreilles s'y sont-elles d'ailleurs trop accoutumées, car maintenant je préfère presque son écoute à celle de l'album final... C'est dire. Car entre les versions instrumentales sales et hargneuses de la rehearsal et "Supervillain", il faut croire que Vicotnik a fait une cure de javel. Ce disque sonne gros, formaté, homogène : le son est absolument énorme, calibré au poil pour cartonner du début à la fin. Putain, cette batterie plastique, cette voix en avant... On dirait presque du Zyklon, ça donne un côté très death froid et carton, au détriment de la folie moderne de "666 International" et de la crasse de "Satanic Art"... Mais DHG n'est pas un groupe qui stagne : il était inutile d'attendre une quelconque redite. Ici, le line-up a perdu deux de ses principaux atouts : Zweizz et Aldrahn, remplacés par l'inconnu Mort et l'anglais Kvhost (Void / Code). Le son DHG s'en trouve donc logiquement changé : à l'image du mix, "Supervillain Outcast" est un album très metal ; froid, propre, efficace. Je dois dire que même si la personnalité de Mr Svein Egil n'est plus là (adieu les magnifiques interludes de piano Erik Satien, adieu les traitements sonores industriels qui faisaient la spécificité et l’immense charme de "666 International"), l'électronique a perdu au change mais ne s'en sort malgré tout pas trop mal, tout en orientalisme et en classe - avec discrétion, peut-être trop. Pour ce qui est du chant, Aldrahn avait lui aussi une personnalité énorme : Kvhost n'a sûrement pas sa carrure mais s'en sort relativement bien dans le même registre, tout en rajoutant son chant clair Codesque ici et là ("The Snuff Dreams Are Made Of", "All Is Not Self", les interludes acapella classieux). Malheureusement, il passe plus de temps à imiter son illustre prédécesseur qu'autre chose (qui l'épaule d'ailleurs discrètement sur "Foe X Foe" et l'énorme "Ghostforce Soul Constrictor"), sans pour autant faire preuve de la même folie : le mimétisme avec Aldrahn se fait même souvent franchement agaçant. Pour ce qui est de la partie instrumentale, Czral nous livre ici sa dernière performance à la batterie avant sa paralysie : fidèle à lui même, ultra-brutal (les blasts sont vraiment rapides) et précis mais tout en finesse. Quant aux harmonies de Vicotnik, elles n'ont rien perdu de leur personnalité, toujours distillées avec classe sous formes d’arpèges bandants / riffs qui n'en finissent plus. L'alchimie si spéciale du duo Czral / Vicotnik est donc heureusement bel et bien présente en filigrane, mais cela ne fait pas tout ; si "Supervillain Outcast" est indéniablement un album bien au dessus de toute la masse des sorties, il n'en reste pas moins que c'est un album vraiment moyen de DHG à mes yeux. En perdant la folie des deux précédents albums pour se concentrer sur un (black) metal plus puissant et accessible, DHG ont pondu des morceaux aux riffs pas forcément inoubliables au feeling niais rockisant et dansant ("Foe X Foe", "Unaltered Beast" / "Apocalypticism" ou encore l'outro ridicule "21st Century Devil") qui me gâchent inévitablement le plaisir de l'écoute, et au final, me taper ce disque en entier m'agace. Le cynisme et l'excentricité laissent trop souvent place à la niaiserie, la sauvagerie malsaine à la brutalité froide et calculatrice, et mon plaisir d'écoute pur au scepticisme et à la critique. Comme dit plus haut, certains morceaux sont vraiment terribles, mais seulement la moitié de l'heure m'accroche réellement, sans pour autant me faire juter as fukk. Ce que l'entité DHG gagne en homogénéité et en efficacité, elle le perd en impact final : "Supervillain Outcast" ne fourmille pas de détails bandants comme a pu le faire "666 International", album parfait, varié mais sans aucun temps mort. J'en attendais sûrement trop, et nul doute que ce disque plaira aux gens plus objectifs que moi qui sauront faire abstraction du passé, et à tous ceux qui découvriront DHG avec cet album. Mais celui-ci ne me laissera définitivement pas un souvenir inoubliable. Un groupe aussi traumatisant que DHG n'avait tout simplement pas le droit à l'erreur, et "Supervillain Outcast" n'est un disque qu'à moitié réussi, et à l'arrière-goût tenace d'aseptisé.

note       Publiée le mardi 24 avril 2007

partagez 'Supervillain Outcast' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Supervillain Outcast"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Supervillain Outcast".

ajoutez une note sur : "Supervillain Outcast"

Note moyenne :        29 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Supervillain Outcast".

ajoutez un commentaire sur : "Supervillain Outcast"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Supervillain Outcast".

Powaviolenza › mardi 10 mars 2015 - 22:18  message privé !
avatar

le nouveau est trèstrès bon ! pas de la trempe de 666 mais vraiment excellent !

Note donnée au disque :       
H2O › vendredi 13 février 2015 - 16:39  message privé !

On dirait la vraie suite de 666 internationnal

Fryer › vendredi 13 février 2015 - 15:06  message privé !

Oui, ça fourmille de trucs, c'est super dense en idées. J'avoue avoir souri comme un benêt en entendant le saxo.

Nerval › vendredi 13 février 2015 - 14:52  message privé !

Wow ça sonne vraiment beaucoup, beaucoup mieux que Supervillain Outcast. Aldrahn est de retour, le piano est de retour, l'ambiance aussi. J'ai hâte d'écouter le reste.

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 13 février 2015 - 14:28  message privé !