Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDødheimsgard › Kronet til konge

Dødheimsgard › Kronet til konge

10 titres - 54:47 min

  • 1/ A slakte gud 0.59
  • 2/ En krig a seire 6.09
  • 3/ Jesu blod 4.58
  • 4/ Midnattskogens sorte kjerne 4.51
  • 5/ Kuldeblest over evig isode 6.47
  • 6/ Kronet til konge 4.13
  • 7/ Mournful, yet and forever 4.35
  • 8/ Nar vi har dolket guds hjerte 7.05
  • 9/ Starcave, depths and chained 4.47
  • 10/ When heavens end 3.41

enregistrement

Enregistré en février 1995 par Bard Norheim. Produit par Dodheimsgard.

line up

Aldrahn (guitare, principale performance lyrique), Fenriz (basse, voc.), Vicotnik (batterie, chœurs)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Si «666 international» parut impensable, c’est aussi parce que le groupe qui l’osa était une légende du black métal norvégien. Une légende avec ses illustres figures : Fenriz, Alver, Galder entre autres musiciens, ont fait partie de la horde ; Aldrahn, Vicotnik puis Apollyon en étant les maîtres d’œuvre. Deux albums seulement avant ce 666… mais cela avait suffit. Cette légende a commencé comme les autres, dans un cimetière, la nuit… très au nord, dans le froid. Celui où s’éveilla Dodheimsgard se nomme «Kronet til konge». Poussez ses grilles lugubres… et vous voici immédiatement dévasté par tous les maudits d’un True Norvegian black metal comme il en existe peu. Très peu même, car pour se hisser aux sommets et gagner le respect de ses pairs et le culte de ses disciples, le groupe, comme les autres maîtres de l’époque, a du faire preuve d’allégeance aux règles établies du black funéraire, tout en y trouvant les lueurs et tombeaux dans lesquels dévoiler la singularité de son visage. L’intro franchie, ce déluge d’épouvante qui ouvre «En krig… » nous plonge directement au cœur du rituel. Le son, la haine, la bête, la noirceur des riffs… tout est là et surtout, Dodheimsgard le furieux semblait soudain le seul à avoir hérité des arcanes de la fureur Mayhémique. Déjà, Dodheimsgard savait aller vite, très vite, et cela ne se démentira jamais. Pas de lune ici, elle est couverte de nuages, l’ambiance de l’album est ainsi extrêmement sombre, très vénéneuse, mais aussi épaisse et lourde. Dodheimsgard pratique aussi bien la lourdeur que la vitesse, la haine, la nuit, la souffrance, la mort, les hurlements et le satanisme, il parle en norvégien et en ces années 94-95, ne sort que par les nuits sans lune. Comme seul autre Burzum, Dodheimsgard trouve alors les chemins mêlés de la vraie fureur et du désespoir, pour ne pas dire de la tristesse. Certains riffs de ce «Kronet til konge» touchent réellement à la perfection, à l’absolu du true black metal. Le groupe enchaîne les courses démoniaques et les accents rythmiques dans une ambiance de suie encore noircie par le son dense des guitares, les harmonies terrifiantes de la basse claquante de Fenriz, mixée très en avant, et dont l’attaque de corde et la fureur n’ont rien à envier au comte lui-même. Les vocaux d’Aldrahn sont uniques et fascinants, énervés, sombres, mettant dans sa gorge une colère toute particulière qui le distinguait, déjà, des autres vocalistes. Les roulements et rugosités de la langue norvégienne, les cassures, les riffs soudain clairs, sinistres, les reverb’ d’outre tombe… et enfin une variété rythmique jouissive, qui permet au groupe des thèmes de guitares toujours plus remarquables, la force carrée de «A blaze… », et donne à ce true black pure race les reflets fabuleux du maître Dissection. «Kronet til konge», pour ceux qui ne le connaissent pas, n’est pas un n-ième album de trou black norgish. Il est un des rares piliers du genre, comme la maudite trinité, le «Dark medieval…», le «De mysteriis… »… Comme eux, il est l’incarnation d’un style, d’un état d’esprit, d’un univers sonore, musical et visuel. Mais comme eux il est unique, d’abord et avant tout.

note       Publiée le dimanche 9 février 2003

partagez 'Kronet til konge' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Kronet til konge"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Kronet til konge".

ajoutez une note sur : "Kronet til konge"

Note moyenne :        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kronet til konge".

ajoutez un commentaire sur : "Kronet til konge"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kronet til konge".

Dead26 › lundi 23 mars 2015 - 23:46  message privé !

Kronet Til Konge pour moi a le mérite de figurer parmi les meilleurs albums de black metal Norvégien jamais sorti dans les années 90. Je trouvais juste qu'à l'époque les vocaux n'étaient pas assez agressifs à mon gout mais avec le recul ça le faisait bien niveau ambiance. Un son parfait comme je l'aime, ambiance profonde d'une telle beauté me rappelant évidement le bon vieux Darkthrone ou bien Gorgoroth. Dodheimsgard un bien grand groupe avec une évolution des plus saisissantes et qui a su garder un certain publique même si différent des débuts.... C'est beau, c'est culte !

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mercredi 22 octobre 2014 - 22:05  message privé !

Je l'aime bien lui, beaucoup mieux branlé que le Satanic Art.

Note donnée au disque :       
Spektr › dimanche 18 décembre 2011 - 19:18  message privé !

J'étais totalement passé à côté de cet album, je m'étais arrêté à Monumental Possession et 666 International en ce qui concerne le groupe, ce n'est que maintenant que je le découvre et ça fait vraiment plaisir de tomber sur une petite perle du black norvégien ;) Surtout que j'ai l'impression d'avoir fait le tour du bon vieux black norvégien depuis le temps, et forcément ça fait un gros vide dans ma vie :'(

Note donnée au disque :       
vargounet › vendredi 16 décembre 2011 - 14:21  message privé !

Un album surprenant avec du recul puisque même s'il emprunte grandement à la scène Norvégienne avec un côté mélancolique Burzumien clairement moins poussé, on y trouve pas mal d'éléments de la scène Grecque de l'époque Ama. Je pense principalement au son de guitare cristallin digne des anciens Septic Flesh et à cette basse omniprésente qui impose son rythme à la Necromantia. On sent dès le premier riff qu'on à affaire à un classique du Black Metal, y'a pas à chier le riff diabolique ça ne s'invente pas.

Note donnée au disque :       
Sigur_Langföl › dimanche 10 octobre 2010 - 19:38  message privé !

Ambiance incroyable… un groupe de malade, un vrai miracle. Et ce son raw, on dirait une nuée… c'est peut-être ça aussi, le Black Flux... and it swarms deserted away…

Note donnée au disque :