Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDødheimsgard › Monumental possession

Dødheimsgard › Monumental possession

9 titres - 37:12 min

  • 1/ Intro 1.27
  • 2/ Utopia running scarlet 3.23
  • 3/ The crystal specter 3.50
  • 4/ Bluebell heart 4.16
  • 5/ Monumental possession 5.44
  • 6/ Fluency 3.37
  • 7/ Angel death 3.54
  • 8/ Lost in faces 4.56
  • 9/ The ultimate reflecton 6.05

enregistrement

Enregistré aux S.R.F. Studios, 15-17 décembre 1995. Ingénieur : Bard Norheim et Kai Halvorsen. Produit par Dodheimsgard.

line up

Aldrahn, Vicotnik, Apollyon, Alver

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Attention, car voici un des plus grands objets de l’histoire du black metal. «Monumental possession» de Dodheimsgard est incontestable, complet, impitoyable, pur et (pour une fois ce terme ne sera pas galvaudé ) ultime. En parler est extrêmement difficile tant la quintessence atteinte ici relève de l’alchimie. Le son est rude, norvégien et puissant à la fois ; sans effets inutiles, rien qu’en brut et savoir, pas d’échos sous la lune, de reverb’ funéraire, de lugubre d’Épinal : comme son nom l’indique, ce rituel n’a pas lieu parmi les tombes et sous le ciel… mais en vous. La haine est organique, la violence brûlante, la démence abrutissante cogne contre les murs de votre crâne. L’équilibre entre primitif et sophistication touche ici la perfection ; les vitesses se succèdent, les accents changent de place mais visent toujours la gueule, les guitares connaissent tout, comme une bible maudite. Vitesse, rupture, brutalité et dimension harmonique, tout est mis à sa place pour dessiner les riffs les plus jouissifs qui soient, asséner des enchaînements aussi malins que meurtriers, déchaîner des fureurs à la force noire épouvantable. Riffs infernaux, blastés, mélodiques ou empruntant au punk metal comme jadis Mayhem, ou Taake dans «…bjoergvin… » aujourd’hui. La musique prend possession et on balance la tête dans tous les sens, on saute sur place, on gonfle le torse, on roule des yeux… on montre les dents et l’on paganise comme des fous dangereux. Ce mélange, cette succession, cette fusion black metal laisse exsangue, extatique… ce n’est plus de l’efficacité, c’est une mise à mort. Vicotnik, Aldrahn et Appolyon prêtent tour à tour leur visage à la bête, et vous n’avez jamais vu ça. Vicotnik le pendu qui s’égosille au bout de sa corde, Aldrahn le fou furieux… et le plus noir gosier, la plus sombre des âmes entendues jusqu’ici : Apollyon frère de Dead. La lourdeur maléfique, épaisse et sans issue… l’un vous tient à terre, le pied sur la gueule, tandis que l’autre en pleine démence hurle et crache toute sa haine sur blasts aux riffs de feu, en faisant hystérique des bonds incantatoires autour de son autel. «Monumental possession» a la densité rythmique et mélodique de «Nemesis… », la pureté de «A blaze… », la fureur brute et roots perdue depuis Mayhem, et Dodheimsgard est maître comme aucun à l’époque. Une des plus grandes pièces du black metal, une référence dans laquelle on ne finira sans doute jamais de puiser, comme une sculpture étalon, un silmarils du nord. Et ce n’est sûrement pas Satyr, celui de «Rebel» et jusqu’à «Volcano» qui dira le contraire, lui qui assistera d’ailleurs à la suite du parcours de la horde depuis un peu plus près. Vous n’irez pas dans les cimetières, les forêts, au bord des lacs… mais vous allez les voir, les sentir au milieu de ce sabbat malsain… tous les repaires du diable passeront devant vos yeux dans une danse de cauchemar… et lorsqu’elle le décide, cette folie destructrice qui s’agite dans vos veines vous submerge et vous noie, vous dépasse. On n’écoute pas «Monumental possession», on le subit, avec ses mélodies misanthropes orgasmiques, ses gouffres atroces, aussi primaire que cultivé, aussi puissamment monolithique que multiple, avec ses descentes de manches apocalyptiques, ses soli reptiles, ses épaisseurs suffocantes. Impitoyable, agressive, violente, séductrice, intelligente, surprenante, changeante et irrésistible, elle a plusieurs voix et plusieurs visages… ainsi plus qu’aucune autre, cette musique est à l’image du diable.

note       Publiée le dimanche 9 février 2003

partagez 'Monumental possession' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Monumental possession"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Monumental possession".

ajoutez une note sur : "Monumental possession"

Note moyenne :        33 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Monumental possession".

ajoutez un commentaire sur : "Monumental possession"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Monumental possession".

Dead26 › vendredi 17 avril 2015 - 15:54  message privé !

Tout simplement jouissif, avec Monumental Posession Dodheimsgard ont réussi à se renouveler et ainsi éviter l'auto plagiat en sortant un album riches de riffs bien thrash dans un esprit années 80 des plus salutaires. L'esprit black metal toujours présent mais d'une manière plus subtile dans les passages rapides. J'adore le parcours de ce groupe!

Note donnée au disque :       
Sigur_Langföl › mercredi 10 septembre 2014 - 00:41  message privé !

Le plus Venom de leur discographie? Bon on s'en fout entre nous. Mais vin d'yeux, je trouve qu'ils veillissent bien les deux premiers.

Note donnée au disque :       
Jesuis › dimanche 30 mars 2014 - 13:19  message privé !

https://www.youtube.com/watch?v=0EAnsmd_bQ8 J'ai retrouvé le communiqué et si c'est ça le nouveau dhg c'est une déception totale, je voulais retrouver l'esprit de 666 international moi .

Jesuis › dimanche 30 mars 2014 - 13:08  message privé !

Norway’s Dødheimsgard sign with Peaceville Records

Peaceville Records are proud to announce the signing of Norway’s finest bunch of demonic delinquents, Dødheimsgard (DHG). One of the truly great boundary-pushers & visionaries of the mid-90’s Norwegian Black Metal evolution, & having released 4 full-length albums to date since their inception, DHG are widely hailed as masters of dark & psychotic psychedelia-tinged extremity.

Head henchman Yusaf “Vicotnik” Parvez comments:

“DHG are pleased to announce we have inked a deal with Peaceville Records. Proud to arrive here, plus it also bears a significant historical value for me since I grew up with a lot of Peaceville releases in my collection, & at present I have nothing but the deepest respect for the label. Finally joining a co-op where the artist is the artist and the label is the label is a big burden off my chest. We will release two records. The first installment will arrive on the shelves in October. Then one year later the second record will join, and complete the first one.

But what better way is there to shed a light on six years of absence than through your art-form. Of course we have been around, stirring up shit in your neighbourhoods, peeking into your windows, but we have not done anything worthwhile artistically since "Supervillain Outcast”. I rebooted DHG, reshaped it with a dull razor. It was time for a blood-transfusion. Now, here we are, a new band with brand new songs, letting something unconscious and dormant become the conscious and the awake.

In addition, we will also finish the re-reissuing of our past titles on Peaceville Records, since they’ve done such a good job taking care of the other material. This means that “Satanic Art”, “Monumental Possession” and “Kronet til Konge” will again be available to the masses at some point in the near future. I also plan to release a lot of additional psychopharma in relation to the next couple of releases, as treatment for the over-average crazy patient at the worldwide DHG asylum. Stay tuned for more news from the devil’s favourite band."

Powaviolenza › lundi 17 mars 2014 - 16:26  message privé !
avatar

dixit aldrahn sur facebook les prises de voix ont été finalisées le mois dernier, son retour dans le groupe a retardé le tout.. mais c'est vraiment imminent. avant 2016 j'imagine.. pour la direction : "suite logique de 666" toujours selon ses dires. nouveau morceau joué au glazart en octobre, c'était effectivement bien plus 90s que les deux morceaux supervilains joués plus tôt..

Note donnée au disque :