Vous êtes ici › Les groupes / artistesFLuc Ferrari (1929-2005) › Patajaslocha

Luc Ferrari (1929-2005) › Patajaslocha

18 titres - 62:35 min

  • PATAJASLOCHA (27:52) - 1/ Paso-doble - 2/ Tango - 3/ Java - 4/ Slow - 5/ Cha-cha-cha - 6 à 18/ L'ESCALIER DES AVEUGLES (34:21)

enregistrement

Studio La muse en circuit, France, 1984.

line up

Ensemble Le Banquet : Olivier Dejours (direction), Jean-Pierre Baraglioli, Antoine Bellec (saxophones), Mariannick Dagois (contrebasse), Sylvain Frydman (clarinette), Bruno Krattli (trompette), Christine Lagniel, Eve Payeur (percussions), Michel Maurer (piano), Claire Talibart (batterie), Xavier Legasa, Donatienne Michel-Dansac, Michel Musseau (voix).

remarques

"L'escalier des aveugles", la pièce principale de ce disque, est chroniquée à part.

chronique

"Patajaslocha"... Quelle mystérieuse divinité hindoue, quel étrange rite satanique, se cache derrière ce titre énigmatique ? Eh bien il s'agit de la juxtaposition des premières syllabes de "Paso-doble", "Tango", "Java", "Slow" et "Cha-cha-cha". Oui, Luc Ferrari a toujours eu le sens de l'humour. Et en plus, il a dû à peu près s'essayer à tout, de manière souvent imprévisible, mais toujours le sourire sur le coin des lèvres. Ainsi, lorsque le ministère de la culture lui commande en 1984, à lui le compositeur électro-acousticien des "Presque rien" et autres "Tautologos", une musique à danser, il n'hésite pas une seule seconde : il se lance dans l'écriture d'une suite de danses pour orchestre de poche qui rendrait hommage aux bals populaires de sa jeunesse. Bien sûr, il y avait déjà eu les "Danses organiques". Mais, ici, nous sommes dans un exercice de style qui relève davantage encore de la loufoquerie post-moderne. Quand Ferrari compose de la musique acoustique "normale", il préfère la tonalité, les harmonies consonnantes... Pourquoi se serait-il privé en plus de récupérer ces rythmes rétros délicieux, d'en fournir une ré-interprétation mi-ironique, mi-attendrie ? Le Paso-doble, qui ouvre le bal, est un exercice obligé rythmé aux castagnettes. Ce qui procure le petit "décalage" par rapport au réel, c'est d'abord certaines résonnances anormales, puis l'intervention intempestive d'un speaker. Au bout d'un moment, la danse s'interrompt carrément pour laisser place à du bruit. Puis vient le Tango et sa pointe d'humour dans des paroles débiles. Après un second interlude bruitiste, on en arrive à une java à base de bêlements et de klaxon, musique entraînante et grotesque. Le Slow est un épisode aux couleurs modales assez sombres et inquiétantes, immédiatement suivi d'un Cha-cha-cha final qui nous renvoie à l'ambiance du début, et qui va en se détraquant. Les paroles, récitées ou chantées, renvoient, à leur manière, à un autre aspect bien connu de l'univers du compositeur : "J'aime les femmes, j'aime les palper, j'aime les embrasser. J'aime les femmes, j'aime les entendre, j'aime les apprendre... j'aime les mélanger, j'aime les baiser. J'aime les femmes, et pourtant, elles me démolissent, elles me détraquent, elles me font souffrir, si ça continue je vais devenir homosexuel." Allons donc... Une oeuvre fantaisiste et agréable.

note       Publiée le dimanche 18 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Patajaslocha".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Patajaslocha".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Patajaslocha".

CeluiDuDehors › dimanche 18 septembre 2005 - 19:00 Envoyez un message privé àCeluiDuDehors
Niquel! :-)
Note donnée au disque :       
Trimalcion › dimanche 18 septembre 2005 - 17:10 Envoyez un message privé àTrimalcion
avatar
c fait
Note donnée au disque :       
CeluiDuDehors › dimanche 18 septembre 2005 - 16:47 Envoyez un message privé àCeluiDuDehors
Luc FERRARI (1929-2005) RIP! (ça serait bien de mettre sa date de mort a coté de sa date de naissance!)
Note donnée au disque :