Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFLuc Ferrari (1929-2005) › Tautologos and other early electronic works

Luc Ferrari (1929-2005) › Tautologos and other early electronic works

  • 2002 • Emf CD 037 • 1 CD

14 titres - 60:42 min

  • 1/ ETUDES AUX ACCIDENTS (2:19)
  • 2/ ETUDES AUX SONS TENDUS (2:56)
  • VISAGES V (10:41)
  • 3/ Part 1 (2:15)
  • 4/ Part 2 (4:17)
  • 5/ Part 3 (4:09)
  • TETE ET QUEUE DU DRAGON (9:21)
  • 6/ Part 1 (4:39)
  • 7/ Part 2 (4:42)
  • 8/ TAUTOLOGOS 1 (4:27)
  • TAUTOLOGOS 2 (15:02)
  • 9/ Part 1 (2:12)
  • 10/ Part 2 (5:12)
  • 11/ Part 3 (7:38)
  • UND SO WEITER (15:29)
  • 12/ Part 1 (4:39)
  • 13/ Part 2 (8:45)
  • 14/ Part 3 (2:05)

enregistrement

GRM, Paris, France, de 1958 à 1966.

line up

Luc Ferrari (réalisation sonore), Gérard Frémy (piano sur "Und so weiter").

remarques

chronique

Ce disque regroupe les travaux de jeunesse les plus importants de Luc Ferrari, de 1958 à 1966. Cela donnait des choses passionnantes avec Pierre Henry ("Les années cinquante") parce que l'essentiel de sa syntaxe était déjà là, avec des pièces parfois très accomplies ("Voile d'Orphée", "Haut-voltage"). Il n'en va pas du tout de même pour Luc Ferrari : comme celui-ci l'admet lui-même, il est impossible de reconnaître ici le compositeur des "Presque rien" et autres travaux "anecdotiques", ceux qui racontent une histoire, ou carrément une mémoire. (Ce n’est qu’à partir d’Hétérozygote qu’il trouvera le chemin qui le rendra célèbre.) Non, travaillant encore de concert avec Pierre Schaeffer au sein du GRM (Groupe de Recherche Musicale : laboratoire dépendant alors de l'ORTF, permettant aux compositeurs-expérimentateurs de l'époque de bénéficier de technologies de pointe), Luc Ferrari est encore beaucoup trop tributaire du solfège des objets sonores conçu par le père fondateur de la musique concrète. (Car contrairement à ce que le titre du disque annonce, la musique ici est beaucoup plus concrète qu’électronique). Les premières "Etudes" font foi de cette influence majeure ; elles rappellent fortement les "bidules" de Schaeffer. "Visages V" et "Tête et queue du dragon", qui présentent quelques sons récurrents donnant une cohérence à l'ensemble, n'ont toutefois pas de caractère bien défini - les sons, très brefs, souvent tronqués ou accélérés, s'enchaînent avec virtuosité, c'est tout. On s'ennuie rapidement dans ce qui ressemble davantage à une série d'onomatopées digne d'un comic strip ou d'un Tex Avery abstrait. Même chose pour les deux Tautologos, à l'exception peut-être de la troisième partie de "Tautologos 2", qui présente le bourdonnement continu d'une basse synthétique caverneuse, donnant un aspect plus atmosphérique à ces criaillements de souris électroniques. ‘Und so weiter’ est un cas à part. C’est une pièce pour huit pianos amplifiés (tous joués par Gérard Frémy en re-recording, quel courage…) et bande magnétique. Le but, c’est de fracasser les touches des huit pianos en même temps et de rajouter quelques sons supplémentaires, pour faire le maximum de bordel possible, et ce avec la régularité d’un bélier contre la porte d’une forteresse. Dans le deuxième mouvement, ces passages pour le moins agités alternent avec des chants d’oiseaux imités par des ondes. Comprenne qui pourra… Certes, le piano est l’instrument ‘réel’ de prédilection du compositeur, et il en usera avec maestria dans des œuvres postérieures (‘Cellule 75’, ’36 enfilades’…) mais là, c’est trop d’un coup, dirais-je… Un disque à réserver aux historiens de la musique électro-acoustique et autres cinglés fanatiques de tous poils.

note       Publiée le dimanche 29 mai 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tautologos and other early electronic works".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tautologos and other early electronic works".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tautologos and other early electronic works".

Solvant › mardi 16 juin 2009 - 18:07  message privé !

Pour moi c'est la troisième partie de "Tautologos 2" qui est (la seule?) intéressante. C'est au-dessus d'un simple exercice. Je n'ai pas encore de recul pour jauger Tautologos 2 dans l'Oeuvre Eléctronique du maître, mais ça viendra et je pense que cette 3ème partie aura droit à sa boule ici.

saïmone › vendredi 11 juillet 2008 - 13:39  message privé !
avatar
Je trouve que Visage V est une tuerie sans nom !
CeluiDuDehors › lundi 29 août 2005 - 19:01  message privé !
Luc FERRARI (1929-2005) RIP!