Vous êtes ici › Les groupes / artistesFBrigitte Fontaine › S/t

Brigitte Fontaine › S/t

  • 1972 • Saravah SHL 1034 • 1 CD

11 titres - 29:55 min

  • 1/ Brigitte (2:13)
  • 2/ Pour le Patron / Moi Aussi (3:17)
  • 3/ Famille / L'Auberge (5:13)
  • 4/ Premier Juillet (1:52)
  • 5/ Le Dragon (2:05)
  • 6/ Vingt Secondes (0:23)
  • 7/ Eros (2:43)
  • 8/ Une Minute Cinquante-Cinq (1:56)
  • 9/ Où Vas tu Petit Garçon ? (3:46)
  • 10/ Marcelle (3:44)
  • 11/ L'Éternel Retour (2:43)

enregistrement

Studios Saravah, Paris, France, 1972

line up

Areski Belkacem (chant, guitares, percussions), Jean-charles Capon (violoncelle), Julie Dassin (accordéon), Brigitte Fontaine (chant), Jacques Higelin (guitare), Olivier Bloch-Lainé (guitare), Georges Arvanitas (piano, orgue), Philippe Maté (saxophone ténor), Louis Guilbert (basse), Benoît Charvet (batterie)

remarques

chronique

Styles
pop
Styles personnels
avant garde > chanson française

Le troisième Brigitte Fontaine, album sans titre, paru en 1972, est paradoxalement le fruit d'un vrai travail collectif, et accessoirement aussi le dernier témoin avant que le triangle amoureux Areski/Fontaine/Higelin ne se disloque pour chacun suivre sa propre voie. L'Art Ensemble n'est peut-être plus là pour soutenir leurs compositions, mais qu'à cela ne tienne, l'essentiel, ces textes à l'onirisme limite et dangereux, est préservé. Un grand nombre de titres sont co-signés et tout le monde se bouscule pour donner à Brigitte un socle à partir duquel elle pourra déclamer ses élucubrations délirantes dans un florilège d'ambiances ouvertement expérimentales. Aux influences orientales toujours bien présentes, que cela soit dans les vocalises ("Une Minute Cinquante-Cinq") ou les mélodies ("Moi Aussi", chanté en partie en kabyle), s'ajoutent ici toute une série d'instruments divers qui viendront tous donner un éclairage différent à cette collection de poèmes mis en musique ; l'orgue et le violoncelle sur la seule composition de Jean-Charles Capon, le très musique de chambre "L'Auberge", l'accordéon de Julie Dassin qui fige dans l'effroi de sa lourde respiration les revendications anarchistes de "Marcelle", ou encore le saxophone de Philippe Maté hoquetant sur le faussement puéril "Où vas-tu petit Garçon ?". Coincées entre "Brigitte", à la guitare acoustique, et "L'Éternel Retour", refermant ce nouvel album sur ce qui s'avère être sans doute la note la plus pop de leur encore jeune carrière (cette fois basse, batterie et synthétiseur les accompagnent), les onze titres de son troisième album épatent par l'intelligente gestion des contrastes, comme ce fût déjà le cas sur "Comme à la Radio". Il faut peu d'éléments en définitive pour que cet univers étrange puisse s'exprimer, le silence alentours installant une atmosphère particulièrement propice à leur écoute. Brigitte Fontaine, s'apparentant plus que jamais à une espèce de Françoise Hardy accro aux champignons, passe aussi pour une sorte de Mylène Farmer indépendante, gaucho et arty avant l'heure.

note       Publiée le lundi 4 juillet 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "S/t" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "S/t".

nicola › jeudi 14 mai 2020 - 09:35 Envoyez un message privé ànicola

J’irai pas, j’irai pas.

WZX › mercredi 13 mai 2020 - 21:26 Envoyez un message privé àWZX

Je m'étais jamais aventuré au-delà de "Comme à la radio". Ma première écoute de cet album me dit que j'avais tort !