Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFBrigitte Fontaine › Les palaces

Brigitte Fontaine › Les palaces

  • 1997 • Virgin 72438451062 6 • 1 CD

11 titres - 42:43 min

  • 1/ Ah que la vie est belle (5:52)
  • 2/ La cour (3:24)
  • 3/ Les palaces (3:04)
  • 4/ Chat (3:12)
  • 5/ Le musée des horreurs (3:14)
  • 6/ City (3:22)
  • 7/ L'île (3:03)
  • 8/ Ali (3:45)
  • 9/ C'est normal (4:39)
  • 10/ Délices et orgue (3:11)
  • 11/ La symphonie pastorale (6:23)

enregistrement

Studio PABM, 1997. Cordes enregistrées au Studio Abbey Road. Grand Orgue enregistré au CNSM de Paris. Piano enregistré au Studio Gimmick.

line up

Areski Belkacem (percussions), Yann Cortella (batterie, percussions), Jean-paul Flores (guitare), Brigitte Fontaine (voix), Tox Geromini (guitare), Didier Malherbe (instruments à vent), Jean-pierre Pilot (piano, grand orgue, claviers, programmations), Guy Insangue (basse)

remarques

chronique

Styles
chanson
electro
pop
Styles personnels
chanson française

Brigitte Fontaine s'est ‘trouvée’ une première fois dans sa période ‘classique’ (les débuts), puis s'est retrouvée dans son tournant expérimental, world... suite à quoi elle s'est perdue, pour renaître de ses cendres avec ‘Genre humain’, enregistré en 1995. ‘Les palaces’, deux ans plus tard, devait donc être le disque-vérité : la grande dame excentrique allait-elle pouvoir confirmer ce retour surprise au plus haut niveau ? Sorti dans une plus grande discrétion en 1997, cet album, pour beaucoup d'amateurs éclairés (et je sais qu'il y en a parmi vous), compte parmi ses chefs-d'œuvre. Conçu comme d’habitude en étroite collaboration avec Areski Belkacem, ce disque me laisse pourtant sur ma faim en raison du virage électro qui domine les arrangements, couplé au souffle un peu symphonique et grandiloquent des compositions (qui fait tout de même mouche sur le titre qui clôt l’album) : le beat de ‘Ah que la vie est belle’, qui hélas ouvre les hostilités, est carrément insupportable ; souvent, ce sont les nappes de synthétiseur qui dominent (‘La cour’, ‘Ali’), renforcées par de doux arrangements de cordes ; ‘Délice et orgue’, avec son orgue et sa boîte à rythmes, ne me convainc pas non plus. Bon, d’aucuns ont trouvé que ces musiques étaient de parfaits écrins pour les textes de Fontaine (sur ‘La cour’, ‘Les chats’ ou ‘La symphonie pastorale’, je serais plutôt d’accord) ; d’autres ont crié à la banalité la plus crasse (‘City’, ‘L’île’, leur donnent raison). Je suis entre les deux, désolé. D’autant plus désolé que les mélodies, superbes, finissent tout de même par se ressembler. Les textes, quant à eux, sont splendides. Jamais Brigitte Fontaine ne s’était autant rapproché de Baudelaire : spleen, nostalgie de l’enfance, apologie du luxe, de l’aristocratie des chats, images monstrueuses et malsaines, le tout exprimé avec des vers d’une précision et d’une élégance suprêmes. Du coup, ‘City’, rock urbain en duo avec Alain Bashung (étrangement le plus mauvais titre de l’album), ainsi que ‘C’est normal’ (reprise d’un titre plaisant tiré de ‘Je ne connais pas cet homme’), font un peu tache au milieu du reste. Sur l’ensemble, il est également plus que probable que Brigitte Fontaine a trouvé une nouvelle source d’inspiration dans le premier album studio de Juliette (qui elle-même, bien évidemment, doit beaucoup à Brigitte Fontaine), ‘Irrésistible’, et son univers à la fois émouvant et décalé, qui date de 1993. Ainsi, ‘Le musée des horreurs’ semble faire écho à ‘La baraque aux innocents’. Voilà, d’autres que moi se feront sans doute de bien meilleurs avocats pour cet album, qui continue à me laisser mi-figue mi-raisin.

note       Publiée le jeudi 7 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Les palaces".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Les palaces".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Les palaces".

Arno › jeudi 7 juillet 2005 - 02:59  message privé !
"Le musée des horreurs... est un palais maudit, où s'accouple la fleur... carnivore et la truie..." J'aime tout dans cet album... C'est peut-être le seul album d'Areski/Brigitte où la musique est aussi déroutante que les textes... Et puis, "Mon île" est une petite merveille jusqu'au-boutiste... Pour moi le chef-d'oeuvre de Brigitte Fontaine...
Note donnée au disque :