Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWDer Weg Einer Freiheit › Finisterre

Der Weg Einer Freiheit › Finisterre

cd | 5 titres | 45:31 min

  • 1 Aufbruch [09:49]
  • 2 Ein letzter tanz [13:49]
  • 3 Skepsis Part I [05:04]
  • 4 Skepsis Part II [05:36]
  • 5 Finisterre [11:13]

enregistrement

Enregistré aux Ghost City Recordings

line up

Nikita Kamprad (chant, guitares), Nico Ziska (basse), Tobias Schuler (batterie)

Musiciens additionnels : Sascha Rissling (guitares), Gabriel Kamprad (chant [1])

remarques

La version Digipack est sortie sous forme d'une Box avec patch et pin's et contient un bonus track, la ré-enregistrement de leur titre "Neubeginn"

chronique

Je n'arrête pas de vous en parler dans des termes élogieux tant les allemands de Der Weg Einer Freiheit ont réussi à créer leur univers et leur style et qu'ils sont l'un des groupes les plus intéressants de cette dernière décennie. Ils poursuivent leur bonhomme de chemin avec un quatrième album, "Finisterre", sorti l'été dernier chez Season Of Mist. Je me suis dit qu'il allait bien y avoir un moment où la formation allait régresser. "Stellar", le précédent disque proposait une musique plus diversifiée, plus riche, plus mature, avec beaucoup d'ambiances différentes, des parties calmes plus présentes pour un résultat excellent. J'ai eu peur que le successeur soit trop dans cette veine moderne de post-black metal à outrance en oubliant ou en laissant petit à petit le caractère black metal brutal de leur musique. Je m'attendais vraiment à une transition vers une musique plus calme, à l'image de l'évolution qu'a connu Solstafir. Et là, "Finisterre" arrive... Par où commencer ? Oui, les parties calmes sont présentes, en grand nombre, c'est vrai. Mais non, il ne s'agit pas du tout d'un virage. L'album est incroyablement brutal. Franchement, je suis sur le cul. Der Weg Einer Freiheit enfonce le clou encore plus loin. Non, le groupe ne s'est pas reposé sur ses lauriers, il n'a pas non plus vendu son âme. Ce "Finisterre" est une bombe phénoménale ! Je pèse mes mots. La maturité est là, les compositions sont tellement maîtrisées, tout en évolution et en haine féroce. Le chant de Nikita est toujours aussi criard, gueulard, peut-être même comme rarement il l'a été jusqu'à présent. Le jeu sur les contraste est saisissant et tellement maîtrisé. "Skepsis" (morceau coupé en deux parties - l'une instrumentale et pas l'autre) est absolument fabuleux ! L'accroche est directe et les enchaînements sont parfaits, comme si tout coulait de source, tout en gardant cette hargne et cette brutalité hallucinante. Quel morceau ultra-intense qui résume à lui tout seul l'album : un concentré de brutalité et de justesse ! A nouveau, Tobias Schuler à la batterie fait des merveilles, je reste scotché devant une tele technique alliant dextérité, touché et brutalité. Der Weg Einer Freiheit frappe une nouvelle fois fort et juste, ce "Finisterre" confirme à nouveau le talent immense de la formation allemande. Ils réussissent encore à nous étonner et à ajouter des cordes à leur arc. Je vous le dis, en terme de black metal brutal, c'est le groupe le plus intéressant de ces dix dernières années, du très grand art !

note       Publiée le samedi 10 février 2018

partagez 'Finisterre' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Finisterre"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Finisterre".

ajoutez une note sur : "Finisterre"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Finisterre".

ajoutez un commentaire sur : "Finisterre"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Finisterre".

Aranbeer › vendredi 2 mars 2018 - 16:40  message privé !

Pour moi c'est l'album black de l'année. J'avais déjà adoré Stellar ... Et en live, quelle tartine.

Note donnée au disque :       
torquemada › mardi 20 février 2018 - 21:31  message privé !

En première partie de Primordial en avril, on va voir ce que ça donne !

saïmone › vendredi 16 février 2018 - 14:15  message privé !
avatar

"F de souche ?" - "non, F de pute !"

dimegoat › vendredi 16 février 2018 - 07:15  message privé !

Je cite Laurent Olivier, conservateur du musée de Saint-Germain-en-Laye: "Le fait, indéniable, qu'il a existé une culture celtique ne signifie pas nécessairement que les gens qui l'ont produite se définissaient comme des Celtes ... La multiplicité des espaces politiques et des langues n'empêche pas l'émergence d'un fonds spirituel commun qui s'exprime par un style relativement homogène". En somme, le "peuple" Celte n'existe pas, de même que le Gaulois, sauf dans l'esprit des observateurs antiques grecs et romains face à ce qu'il y a par là-bas à l'ouest.

yog sothoth › jeudi 15 février 2018 - 16:25  message privé !
avatar

(en gros - certains gaulois sont celtes, et certains celtes sont gaulois)