Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFBrigitte Fontaine › L'incendie

Brigitte Fontaine › L'incendie

13 titres - 31:22 min

  • 1/ Le 6 Septembre (2:12)
  • 2/ Ragilia (2:12)
  • 3/ Il Pleut sur la Gare (2:23)
  • 4/ Déclaration de Sinistre (2:14)
  • 5/ Les Murailles (2:19)
  • 6/ L'Engourdie (2:40)
  • 7/ Nous avons tant parlé (2:30)
  • 8/ Les Borgias (3:15)
  • 9/ Les Petites Madones (0:58)
  • 10/ L'Abeille (2:19)
  • 11/ Après la Guerre (3:24)
  • 12/ La Tête Bandée (2:47)
  • 13/ Le Chant des Chants (2:09)

enregistrement

Hérouville, France, 1974

line up

Areski Belkacem (chant, claviers, guitares, percussions), Brigitte Fontaine (chant), Jean Querlier (hautbois, piano électrique, flûte, bandonéon), Guem (percussions), JF (basse), Claude Pavy (guitare)

chronique

Styles
pop
world music
folk
Styles personnels
chanson française

"L'incendie" est le seul album que le duo enregistra pour le label Byg. Cette infidélité n'eut pour autant aucune conséquence néfaste sur leur musique qui sonne ici plus introspective que jamais. Les disques que Brigitte Fontaine et Areski Belkacem enregistrent à cette époque possèdent cette fraîcheur absolue que l'on retrouve chez les plus grands et qui confine à l'intemporalité. "L'Incendie", malgré un titre qui ferait frémir, est en réalité un album bien calme, apaisé, voire équilibré. La folie comme voie royale vers une sérénité éternelle. Telle une brise chaude qui viendrait nous caresser la nuque, les cheveux ébouriffés, le regard rivé sur la ligne d'horizon que vient brûler un soleil ocre. Percussions, guitares, piano électrique marchent au pas et veillent à ne jamais brusquer l'architecture ambiante ; ils se posent sur la musique pour lui donner toutes ces nuances. Contrairement à "Je ne connais pas cet homme", "L'Incendie" semble avoir comme préoccupation première la volonté farouche de faire toute la lumière sur des textes pourtant obscurs par essence. On s'étonnera donc de l'absence remarquée des paroles dans le livret rachitique qui accompagne sa réédition sur support cd. Incompréhensible. Formellement, le tandem reconduit la formule de leur précédent disque, à deux voix, la forte présence d'Areski au chant rendant la poésie du couple peut-être moins loufoque que de coutume, et plus romantique. Quant à l'instrumentation, on revient à des proportions plus humaines, où les cultures méridionales ("Borgias" et sa rythmique emballante, les échos lointains de "La Tête Bandée") rencontrent le folklore local ("L'Abeille", presque plus séduisant qu'un Alan Stivell). Avec le wah wah discret d'une guitare électrique en souffrance, "L'Engourdie" demeure l'unique exception pop d'un album qui ne cherche pas à faire l'unanimité à tout prix mais préfère compter sur l'authenticité de son discours dans le but de s'ouvrir un chemin vers quelques âmes esseulées. Un disque intime à écouter près de l'âtre.

note       Publiée le lundi 4 juillet 2005

partagez 'L'incendie' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "L'incendie"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "L'incendie".

ajoutez une note sur : "L'incendie"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "L'incendie".

ajoutez un commentaire sur : "L'incendie"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "L'incendie".

Alfred le Pingouin › mercredi 31 juillet 2013 - 16:09  message privé !

Le premier Brigitte Fontaine que j'ai écouté, et je le trouve juste merveilleux. Rien de trop, tout en concision, en finesse, et les deux voix se marient super bien.

Note donnée au disque :