Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNoir Désir › des Visages des Figures

Noir Désir › des Visages des Figures

  • 2001 • Barclay 589 275-2/LC00126 • 1 CD digipack

cd • 12 titres

  • 1L'enfant roi
  • 2Le grand incendie
  • 3Le vent nous portera
  • 4Des armes
  • 5L'appartement
  • 6Des visages des figures
  • 7Son style 1
  • 8Son style 2
  • 9A l'envers à l'endroit
  • 10Lost
  • 11Bouquet de nerfs
  • 12L'europe

enregistrement

Studios Recall, Vega, Ferber, Watermusic, Greene Street, Air Lindhurst, Manoir, Sorcerer, Sound.

line up

Bertrand Cantat (chant, guitare, moriyn khuur, harmonica, trompette de poche, didgeridoo, synthé, percussion vocale, piano), Serge Teyssot-gay (choeurs, guitares, synthé, sampler), Denis Barthe (batterie, percussions, p'tit sampler, choeurs, tambour marocain, crotales, vibraphone, xylophone, tambourin, orgue), Jean-Paul Roy (choeurs, basse, synthé, synthé basse, gumbri, orgue), M.Lewis (choeurs), N.Sansano (claviers), B.Coke (gardon, tambourin, tronçonneuse, cruche)

Musiciens additionnels : Manu Chao (guitare), Brigitte Fontaine (voix), Akosh Szelevényi (clarinette métal et basse, kalimba, saxophone soprano et tenor, sifflet, kaval)

remarques

chronique

"Notre manière de respecter le public, c'est de faire ce qu'on veut, et non pas ce qu'il attend qu'on fasse..." ; "La première question a été : est-ce qu'on a encore envie de faire quelque chose ensemble...?" ; "On veut se sortir de nos propres carcans..." ; "Ceux qui n'aimaient dans notre musique que le fait que ça hurle et que ça sature de partout risquent d'être déçus..." Ces quelques messages que nos quatre "Noirdésiriens" ont voulu faire passer à la sortie de ce nouvel album tant attendu résument bien l'esprit qui s'en dégage. Après cinq années de recherches, de participations aux albums d'autres (B. Fontaine, A. Bashung, Les Têtes Raides) et la sortie d'une compilation (remix) de leurs titres revisités par d'autres, le groupe a retrouvé l'envie de faire de la musique ensemble, en l'enrichissant de diverses collaborations. La production est double : Nick Sansanon, producteur entre autres de Sonic Youth et Public Enemy, intervient sur les titres enregistrés à New York (titres 1-2-9-10-11) ; Jean Lamoot intervient lui sur tous les autres titres. Le jazzman Akosh Szelevényi participe aussi au single "Le vent nous portera", et on sait déjà tous que c'est Manu Chao qui tient la guitare sur ce titre qui apporte une touche de légèreté et d'optimisme à un album plutôt sombre. Le groupe a également invité Brigitte Fontaine sur le titre fleuve "L'Europe", ainsi que Szelevényi pour participer à la composition du morceau. De plus, Noir Désir utilise de nouveaux instruments qui viennent étoffer la traditionnelle base guitare-basse-batterie, ce qui donne au tout une dimension nouvelle.
Novateur, repoussant les carcans et jetant des ponts entre les genres, "Des visages des figures" illustre la volonté du groupe d'explorer de nouvelles couleurs musicales, de la chanson française dépouillée au rock électrisé qui les caractérisait à leurs débuts ("Son style 1"), en passant par la modernité des accents trip-hop qui ponctuent cet album plus urbain que rock. La recherche de nouveaux paysages est omniprésente ; elle donne une unité à un album qui propose douze compos plus ou moins proches les unes des autres. "L'enfant roi" annonce de suite la couleur avec un son plus blues que rock, un riff hypnotique qui revient en boucle sur une rythmique tribale très feutrée. Certains titres sont plutôt mélodiques ("Le vent nous portera", "À l'envers à l'endroit") ; d'autres sont aux antipodes ("Le grand incendie", "L'Europe") et nous offrent des décrochages puissants et imagés (un piano s'emballe sur "Le grand incendie", un saxophone déraille dans "L'Europe") ; d'autres encore, plus acoustiques ou dépouillés, nous imprègnent d'ambiances intimistes ("Bouquet de nerfs", "Le vent nous portera", "Des armes") qui mettent en avant les textes et le talent de leur interprète.

Dans "Des visages des figures", la voix de Cantat s'aventure dans des gammes encore jamais explorées. Retenue, elle conte et interprète les textes plus qu'elle ne les chante ("Le grand incendie", "Des visages des figures"), et monte parfois dans les aigus et se fragilise ("L'appartement", "Bouquet de nerfs"). Comme sur les albums précédents, on retrouve toujours Bertrand Cantat à l'écriture (aidé de Brigitte Fontaine pour "L'Europe"), sauf sur "Des armes", superbe texte de Léo Ferré qu'il n'a pas eu le temps de mettre lui-même en musique (Ce titre est à mon sens un des plus beaux et des plus puissants de l'album). Une constante qu'on retrouvait déjà dans les albums précédents : le message politique de plusieurs des titres ; les paroles de Cantat revendiquent une société sans privilège, ni injustice, une économie qui servirait tous les hommes et pas seulement la poignée qui la dirige. Des morceaux comme "Le grand incendie" et "À l'endroit à l'envers" sont anarchistes ; "Le grand incendie", illustré par une photo de la statue de la liberté encerclée par les flammes, de façon troublante et presque prémonitoire, ne peut que nous rappeler les attentats qui ont mis le feu à New York le 11 septembre dernier et nous donne l'image d'un monde loin de l'idéal qu'on aimerait atteindre.

"L'Europe", titre le plus long de l'album (près de 24 minutes ; 3 pages de textes) est un vrai concentré de recherches, d'expérimentations, voire de divagations musicales et textuelles. La collaboration de Brigitte Fontaine (à l'écriture et au micro) n'est sans doute pas étrangère à ce résultat. Tout commence avec un vrombissement sourd digne d'un vaisseau spatial qui décolle. On embarque alors pour un voyage déroutant, au travers du morceau sans doute le plus "barré" qu'ait sorti le groupe depuis ses débuts. Vous y côtoierez un saxo fou couplé à une trompette plutôt sympa, des samples vocaux, deux interprètes au discours parfois difficilement compréhensibles qui font l'analyse (géo)politique de l'évolution de notre cher continent dans le monde, le tout se terminant sur un bourdonnement, rappelant vaguement un essaim de guêpes qui s'affolent, et des percus redondantes qui donnent un côté tribal à la conclusion de l'opus.

Titres plutôt longs qui prennent le temps de poser les ambiances, d'intégrer des changements de rythmes opportunistes, des changements de tonalité surprenants, des nappes de cordes ou de cuivres qui expérimentent des chemins peu empruntés, et des arrangements aux inspirations trip-hop qui donnent de la matière en servant de lien aux compos,... ces douze titres ont de quoi plaire aux oreilles actives et curieuses, avides d'explorations musicales, gourmandes et patientes, qui sauront prendre le temps de s'imprégner de toutes les richesses concentrées dans l'opus. Et comme le dit si bien Brigitte Fontaine sans "L'Europe" : "Si vous ne trouvez rien, cherchez autre chose !"

note       Publiée le dimanche 30 septembre 2001

chronique

Que de temps il aura fallu attendre entre les deux derniers albums studio du groupe ! "Des Visages Des Figures" sort le 11 septembre, LE 11 septembre, les signes ne trompent pas. Pour preuve ce "Grand Incendie" qui illustre à merveille un avion sans une tour ou "l'Europe" qui détruit l'Europe à grands coups de textes engagées (duo avec Brigitte Fontaine!). Cette bombe de 12 titres est remarquable sur un grand nombre de points. Les compositions sont travaillées comme jamais, l'inspiration est bel et bien là, les instruments (très divers!) se logent partout sans pour autant énerver l'auditeur pendant qu'il boit les paroles de monsieur Cantat. Akosh S nous gratifie même quelques apparitions sous différents instruments avec la virtuosité qu'on connaît et admire. Notons Manu Chao (pourtant très critiquable) sur un titre très calme et une mise en musique d'un texte de Léo Ferré. Ça respire la liberté... laissez-vous emporter...

note       Publiée le jeudi 31 janvier 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "des Visages des Figures".

notes

Note moyenne        72 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "des Visages des Figures".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "des Visages des Figures".

Klarinetthor › mercredi 1 janvier 2020 - 22:38  message privé !

ça pose problème, pour évaluer la musique la plus récente, cet album.

Note donnée au disque :       
Masca › mardi 10 janvier 2017 - 00:15  message privé !

Ahlala... Sans doute une de mes premières grandes amours musicales. Sauf qu'il a perduré ce disque, et que je l'écoute encore, que même ses faiblesses me sont attachantes ("Le vent nous portera", wéwéyé ! "Bouquet de nerfs", oh ! mon cœur saigne...).

Et l'Europe, la chanson qui me faisait arrêter le disque quand j'avais 11 ans et qui maintenant m'y fait revenir juste pour l'écouter...

Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 24 mai 2014 - 14:45  message privé !
avatar

Oui mais l'europe ! Alors l'europe ? Plutôt d'actualité...

Note donnée au disque :       
(N°6) › samedi 24 mai 2014 - 14:06  message privé !
avatar

"Le vent nous portera" et les inévitables titres casses-couilles de Louise Attaque auront été la bande-son subie du début de ces années 00. L'horreur.

H2O › vendredi 29 novembre 2013 - 16:33  message privé !

Après une écoute de "Detroit" sur Deezer plutôt positive je vais me procurer l'album. Ça reste un peu dans la veine de ce "Des visages des figures" (en moins constant dans la qualité ?), et cet album est exquis !

Note donnée au disque :