Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPink Turns Blue › Aerdt

Pink Turns Blue › Aerdt

cd • 10 titres

  • 1Waiting for the son
  • 2Seven years
  • 3Catholic Sunday
  • 4Andy
  • 5Aerdt
  • 6The gods are smiling
  • 7Christian chemistry
  • 8Order of the day
  • 9Genuine
  • 10Impasse Satan

enregistrement

Tivoli Recording Studios, Ljubljana, Yougoslavie, janvier-février 1991

line up

Mick Jogwer (chant, guitare), Ruebi Walter (basse, clavier), Reini Walter (clavier), Reinhold Schobert (batterie)

remarques

chronique

Après la noirceur écorchée de 'Eremite', on pouvait légitimement se demander comment Pink turns blue surmonterait pareil exorcisme. La réponse est venue sous la forme de 'Aerdt' que je considère pour ma part comme une continuité de son noir prédécesseur. En effet, la première constatation qui s'impose à son écoute est que le processus d'exorcisme n'est pas achevé, Mick Jogwer semble simplement avoir déplacé le propos dans une autre dimension.'Eremite' apparaît en effet plus' terrestre', plus 'corporel' comme s'il avait permis aux musiciens d'évacuer leurs pulsions les plus immédiates. Après cette première phase, vient le temps d'affronter les méandres de l'esprit, les interrogations plus générales et c'est là qu'intervient 'Aerdt'. La composition reste marquée par le dépouillement des lignes et le minimalisme de l'écriture. Chant et rythmique restent les deux composants essentiels et on peut constater l'évolution du son de la batterie qui se rapproche beaucoup de celui d'une boîte à rythmes. S'ajoutent des claviers mélancoliques, aux sonorités parfois profondes, presque mystiques (l'excellent 'Gods are smiling', le déséspéré 'Christian chemistry'). Mick semble se poser beaucoup de questions sur la religion et cette réflexion est apparemment douloureuse d'où un profond sentiment de spleen ('Genuine') aux frontières du désenchantement ('Impasse Satan') et du déséspoir ('Seven years'). Un brin moins écorché et urgent que son prédécésseur, 'Aerdt' n'en demeure pas moins, lui-aussi, une plongée au coeur des ténèbres de l'être et la seule chose que l'on souhaite est qu'il ait définitivement permis au groupe de se débarrasser de ses démons. On sent en effet qu'il ne supporterait pas sans séquelle un troisième disque dans cette voie.

note       Publiée le jeudi 17 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Aerdt".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Aerdt".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Aerdt".

Procrastin › vendredi 28 février 2020 - 17:15  message privé !

Je commence à décrocher à partir de celui-ci, même si ça reste pas mal. Par contre la suite ne m'a vraiment pas fait une forte impression.

Note donnée au disque :       
stankey › samedi 22 novembre 2014 - 20:30  message privé !

Avec un peu de recul, je le trouve assez peu audacieux au niveau de la voix, j'aurais voulu être surpris. La musique reste très efficace malgré son aspect aéré, mais le disque aurait pu s'en retrouver grandi.

Note donnée au disque :       
Kronh › samedi 16 juin 2012 - 15:36  message privé !

Décidément, ce groupe dégage quelque chose d'unique et de magnifique. Plus posé que son prédécesseur, Aerdt n'en demeure pas moins profond et déroutant.