Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPink Turns Blue › Tainted

Pink Turns Blue › Tainted

  • 2021 • Orden OR 118 • 1 CD

cd • 10 titres

  • 1Not even trying
  • 2There must be so much more
  • 3I'll never give up
  • 4So why not save save the world
  • 5I'm gonna hold you
  • 6It fades away
  • 7Never give up
  • 8Summertime
  • 9Brave new world
  • 10You still mean too much to me

extraits vidéo

informations

Studio 802.

line up

Mick Jogwer (chant, guitare), Ruebi Walter (basse), Paul Richter (batterie)

chronique

Situation contradictoire parfois quand des groupes que l’on a presque adulés se mettent à décoller sans qu’on ne parvienne à suivre pleinement cet enthousiasme. Pink turns Blue a tellement représenté durant mon adolescence… Une vraie descente aux enfers artistique à l’image des Cure, une remontée des ténèbres suivie d’une traversée du désert avant la résurrection. Pourtant, à mon sens, les Allemands ont laissé quelque chose de leur ADN dans le monde d’en dessous, un zeste de désespoir tel le safran dans une recette. Attention, tout ce qu’ils ont sorti depuis ‘Phoenix’ est bon mais cet éclat de rage adolescente s’est perdu à jamais. Normal, ce ne sont plus des gamins. Effectivement. Pink turns Blue est une formation professionnelle qui sait composer des morceaux, un peu à l’instar de Clan of Xymox (en sérieusement mieux tout de même) et le succès international (mérité) qu’ils rencontrent aujourd’hui en témoigne. ‘Tainted’, c’est clairement la grisaille de ‘If two worlds kiss’ (pas une coïncidence s’ils ont conservé son visuel pour leurs t-shirts) mais version adulte, désenchantée. Plus question des petits tremblements dans le timbre, on est allé voir de l’autre côté et on sait que cela ne sert rien donc la grisaille, on la laisse couler sans même essayer de la teinter de noir. La pochette peut sembler puérile mais en réalité elle exprime beaucoup à une époque où l’on se fait tatouer les dessins tout moches du petit neveu Gaston qui a 2 ans parce que c’est trop fun, où l’on écoute du death metal en portant un t-shirt rose avec une licorne parce qu’on est si super et qu’on a tellement de recul ironique sur les choses. L’âge des licornes qui se font bouffer à toutes les sauces, symboles de de l’ironie blasée d’une époque où si l’on n’est pas un militant professionnel à 200%, on estime que rien ne vaut vraiment la peine. C’est comme ça et on espère qu’un miracle viendra modifier la donne sans qu’on ne sache trop comment. Une licorne en deuil qui verse une larme… Pink turns Blue jouent un post punk gris, dépouillé, désenchanté mais sans drama. ‘Not even trying’, tout est là… Comme c’est beau et étouffant l’absence d’illusions… En est-on revenu au début ? Tout va repartir ? Non, on ne serre plus les poings, on verse juste des larmes, ça on sait toujours le faire… Alors, oui, les Allemands ont perdu à jamais un petit quelque chose dans les profondeurs de l’enfer mais il faudra s’y faire. Nous sommes devenu(e)s des adultes, pas vrai ? C’est cela ‘Tainted’ et sa licorne versant une larme, des années d’espoir bousillés, des rêves avortés et aucune solution apportée si ce n’est de constater qu’on est toujours là. Tous et toutes ne peuvent en dire autant hélas…’You still mean too much to me’, le chant qui retrouve une fugace salve émotionnelle… Un manifeste pour le futur ? Pourquoi tous les titres semblent-ils ne former qu'un seul et unique texte ?

note       Publiée le mercredi 20 décembre 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Pink Turns Blue - If two worlds kiss

Pink Turns Blue
If two worlds kiss

The Cure - Seventeen seconds

The Cure
Seventeen seconds

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Tainted" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Tainted".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Tainted".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Tainted".

GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Je suis conquis. Tous les titres sont bons, même si j'ai une préférence pour le premier et le dernier titre.

Note donnée au disque :       
Chris Envoyez un message privé àChris
avatar

Ce truc est un piège. Qui se referme lentement : on pourrait s'échapper, mais finalement non...

Note donnée au disque :       
pokemonslaughter Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar

je suis TRES fan de cet album, malgré sa répétitivité (volontaire ?).Il s'en dégage une melancolie et une atonie moelleuse je dirais. On s'y sent bien dans sa douleur, dans son abandon. Certains hits sont imparables, d'autres moins, mais il y a toujours de l'élégance. Ce n'est pas donné à tout le monde.

Note donnée au disque :