Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPink Turns Blue › Phoenix

Pink Turns Blue › Phoenix

  • 2005 • Orden orden 111 • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1The lost son (phoenix)
  • 2Now's the time
  • 3Wanderers
  • 4Dynamite
  • 5Good times
  • 6True love
  • 7Underground
  • 8Animal life
  • 9The crusade
  • 10Can love survive ?
  • 11Feel my soul

line up

Mic Jogwer (chant, guitare), Brigid Anderson (clavier, chant), Reini Walter (basse), Louis Pavlou (batterie)

remarques

chronique

Pink turns blue ne pouvait choisir meilleur titre pour son nouvel opus car c'est bien une seconde naissance, amorcée par 'Re-union', que le groupe est en train de s'offrir. Ayant débuté comme une formation new wave/cold wave influencée par les Cure et Joy Division avec l'album 'If two worlds kiss', leur carrière avait rapidement suivi une évolution assez similaire à celle de la bande à Robert Smith. L'album 'Meta' et ses climats gris et mélancoliques amorçaient une période d'intense créativité marquée par moult questions sur Dieu et la religion qui entraînèrent Pink turns blue au bord du gouffre avec deux brillants mais ô combien désespérés albums, 'Eremite' puis 'Aerdt', véritables exorcismes sonores. Puis, contre toute attente,'Sonic dust' se présenta comme un album, certes pas très gai, mais faisant une plus belle part aux guitares et surtout teinté d'influences brit pop. Tir confirmé sur le disque suivant, l'indigeste 'Perfect sex' qui semblait tourner pour de bon la page sombre de Pink turns blue...puis plus rien...jusqu' à la parution d'un double best of, puis une reformation annoncée pour la scène...confirmée puisque Mick Jogwer se présentait sur la scène de Leipzig accompagné d'une nouvelle formation. Et voici donc 'Phoenix', nouveau travail studio marquant la renaissance de Pink turns blue. La bonne nouvelle est que nos Allemands ont encore quelque chose à nous dire musicalement. La page brit pop semble définitivement tournée, les atmosphères renouent avec des climats cold wave/dark wave à coups de batteries hâchées, basses plombées et guitares aériennes (le morceau 'Dynamite' qui ravira les fans des Cure), d'autres un brin plus musclées ('Lost son', 'Now's the time'). Mick a toujours un chant profond, grave, mais plus 'apaisé', triste certes mais moins désenchanté, sans rien avoir perdu de sa passion pour autant. Il est parfois accompagné par une voix féminine, un brin déshumanisée ('Wanderers','Feel my soul') qui colle à merveille aux climats secs et froids du disque. En un mot comme en cent, tout semble bien reparti pour Pink turns blue, les mélodies sont efficaces, prenantes, et 'Phoenix' augure du meilleur quant à cette seconde partie de carrière.

note       Publiée le lundi 26 février 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Phoenix".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Phoenix".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Phoenix".