Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeicide › Insineratehymn

Deicide › Insineratehymn

cd | 10 titres | 31:10 min

  • 1 Bible Basher [02:23]
  • 2 Forever Hate You [03:08]
  • 3 Standing in the Flames [03:33]
  • 4 Remnant of a Hopeless Path [02:59]
  • 5 The Gift That Keeps On Giving [03:02]
  • 6 Halls of Warship [03:03]
  • 7 Suffer Again [02:19]
  • 8 Worst Enemy [02:48]
  • 9 Apocalyptic Fear [03:21]
  • 10 Refusal of Penance [04:34]

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé au Morrisound Recording, Tampa, Floride. Produit par Deicide.

line up

Glen Benton (basse, voix, paroles), Eric Hoffman (guitare), Brian Hoffman (guitare), Steve Asheim (batterie).

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
migraine

La doxa dit : « Deicide bien jusqu’à Serpents of the Light, à la rigueur. Après, caca ». Est-ce que je vais m'y conformer ? Roulements de tambour… non, attendez, on prend son temps. Il est vrai que ce groupe, son nom, la tronche de Benton, ses propos blasphématoires de biker bourrin ont pu toucher toute une génération de gens énervés, c’est vrai qu’il a engendré ensuite mécontentement dans la même génération, les autres arrivant derrière semblant s’accorder avec le propos général, exemple rare d’une compréhension entre vieux et jeunes. Deicide, le groupe qui réunit les générations dans le mécontentement ! Faut dire, Legion quoi. « Deicide quoi ». DEAD BY DAWN enfin ! On prend donc son temps - l’entame de l’album titille directe, super riff, drôle de son, mais bon. C’est la suite qui va devenir bizarre… non mais il y a des mosh parts ! Hein ? Oui, bon, des mosh parts typés Deicide, vraiment étranges sur cet album, parfois avec des solos bien décousus par dessus. Des bouts de riffing repris aussi au black metal sur des intros notamment. Et très rapidement on sent que notre cher Glen a voulu prendre le train de la liaison hardcore / metal, c’était vendeur a priori, et puis il a déjà vendu son âme au Diable, s’en branle le Glen. Bon, OK, il y a des titres qui ressemblent un peu à ce qu’il a fait auparavant (« Standing in the Flames », même si le refrain qu’on dirait des fois un peu, quand même, quelque chose de trop métissé avec d’autres scènes pour être du pur death qui pue ; le suivant « Remnant of a Hopeless Path », assez falot). Alors, j’aime bien quand le hardcore et le metal se mélange, finalement les sources sont à peu près les mêmes, on peut relier les points avec talent, je le rabâche assez dans ces chroniques de Gehenna. Mais là euh… le phrasé n’est pas très compris et la fadeur des riffs sera fatale pour ma patience et le bon moment que je veux passer normalement à l’écoute d’un album de Deicide, antienne qui sera le joug du groupe depuis ce ventre mou commençant ici, et s’étalant malheureusement, plus ou moins jusqu’à aujourd’hui - car même les morceaux qui se voudront estampillé "Deicide" me feront bailler ou donner de la sueur désagréablement stressante. Et puis, bon, c’est vrai que ça n’a jamais été leur spécialité, mais je crois que c’est sur celui-là que les solos ont commencé à me gonfler : des descentes de gammes bêtes à bouffer de la crotte, et cette impression nette d'énorme flemme (les trois notes tenues à la fin de Worst Enemy, arrrrhhh). On se sort donc moyennement les doigts du fion chez Deicide - putain, écouter l’intro reprise ensuite plusieurs fois de « The Gift That Keeps on Giving » est un supplice ! Le morceau vraiment le plus chiant de l'album (ça tombe bien il est pile au milieu) ! Paye ton cd qui saute, et c’est même pas une blague à la Peter Steele… enchainé à des mosh parts à deux de tension comme on le déplorera dans toute cette scène deathcore à la noix de coco ! Dans ce monde qui maintenant voit le blasphème anti-chrétien comme un hobby d’adolescent inoffensif, tellement cette posture fut mixée et remixée pour même en faire un business de T-shirts moches avec slogans débiles, Deicide est vite devenu le vieux con qui radote, qui essaye de se rajeunir mais nan ça passe pas, tels ces grigous qui vont s’encanailler dans des festivals de jeunes (quoi, me regardez pas comme ça !). Alors on dit merci quand même à Glen pour ce qu'il a apporté à la contestation des religions, mais euh, moyennement merci pour les moyens mis en œuvre depuis, allez, les années 2000 ?

note       Publiée le mercredi 20 décembre 2017

partagez 'Insineratehymn' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Insineratehymn"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Insineratehymn".

ajoutez une note sur : "Insineratehymn"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Insineratehymn".

ajoutez un commentaire sur : "Insineratehymn"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Insineratehymn".

dariev stands › jeudi 21 décembre 2017 - 16:45  message privé !
avatar

Ces groupes de death metal alors, ça joue les durs mais dès qu'on peut se faire mousser sur une B.O., j'te jure. Sans parler des royalties... J'parie qu'il y avait du Prodigy et du Manson, aussi ? tss tss...

saïmone › jeudi 21 décembre 2017 - 15:34  message privé !
avatar

Bible Basher, bon sang c'était une des BO de ma dépression, c'est chaud

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 20 décembre 2017 - 09:08  message privé !
avatar

reload.

Note donnée au disque :       
› samedi 22 mars 2008 - 12:22  message privé !
le plus mauvais Deicide avec In Torment in Hell. ici que du riff basique à deux balles sans rien de la technicité qui faisait la force de ce groupe. Heureusement ils ont relevé la tête après...
Note donnée au disque :       
Painkiller › vendredi 21 mars 2008 - 01:26  message privé !
Très bon cet album.
Note donnée au disque :