Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeicide › Amon: Feasting the Beast

Deicide › Amon: Feasting the Beast

cd | 10 titres | 29:52 min

  • 1 Lunatic of God's Creation [02:50]
  • 2 Sacrificial Suicide [02:57]
  • 3 Crucifixation [03:50]
  • 4 Carnage in the Temple of the Damned [03:07]
  • 5 Dead by Dawn [04:01]
  • 6 Blaspherereion [04:17]
  • 7 Feasting the Beast [00:51]
  • 8 Sacrificial Suicide [02:58]
  • 9 Day of Darkness [02:13]
  • 10 Oblivious to Nothing [02:48]

enregistrement

"Sacrificial" (pistes 1 à 6) : enregistré et mixé par Scott Burns au Morrisound Studio, Tampa, Floride, décembre 1989. "Feasting the Beast" (pistes 7 à 10) : enregistré au garage, aout 1987. Remixé par Scott Burns au Morrisound Studio, aout 1992. Masterisé par Chris Gehringer à The Hit Factory, New York.

line up

Glen Benton (basse, voix), Steve Asheim (batterie), Eric Hoffman (guitare), Brian Hoffman (guitare).

remarques

Compilations des deux premières démos de Deicide ("Feasting the Beast" et "Sacrificial"), quand ils s'appelaient "Amon" - ils ont dû changer de nom sur pression de Roadrunner pour des histoires de droits sur une chanson de King Diamond (?). Enfin, c'est la version officielle... Sorti en cd, cassette, lp. Réédition cd par Metal Mind en 2002.

chronique

Bonjour ! Ici, c’est Amon, le Deicide avant qu’il s’appelle Deicide, dont le label a gentiment édité les deux premières démos après les deux premiers albums qui ont, je vous rappelle, cartonné, et laissé une empreinte sulfureuse sur le metal extrême - le livret nous dit que c’est sur la pression insistante des fans que le groupe voulut bien rééditer ses démos, ça tombe bien, on va pouvoir donc écouter le premier album avec un son dégueulasse ! Enfin, c’est pas aussi simple, sinon je ne mettrais pas une grosse note aussi facilement… On retrouvera donc ici des morceaux qui furent présent sur le premier, version fauchée, avec quelques petites perles niveau 7 différences, notamment avec les pistes extraites de « Feasting the Beast » bien plus « gargouillées » que celles qui sortiront plus tard. Tout cela vomi donc avec un son encore plus cru (enregistré dans un garage en 1987, ça s’entend, mais c’est cool - j’imagine pas la tronche du garage et celle des voisins quand ils entendaient les cris de hyènes qui en sortaient !). Les deux EPs se suivent avec au milieu une espèce de transition genre le mec qui se transforme en cyberminotaure entre les cartons de déménagement et la boite à outils, il a des épines vénéneuses qui lui sortent du bide. Et toujours cette sauvagerie. Et ces tubes. Donc oui, ça peut paraitre un peu bizarre de s’acheter deux fois le même album enregistré d’une manière différente, mais ces morceaux sont tellement bons ! Tellement démoniaques, jusqu’au-boutistes et puants et purement et simplement satanistes dans le sens : crise d’hystérie, les yeux qui roulent, de la bave plein les joues à poil au milieu du pentagramme à lever des bras plein de sang au ciel pour maudire tout ce qui est en haut, et chier par terre en hommage à tout ce qui est en bas. Dans le garage. Des hits, version son de démo, une sortie très axée sur la plus-value maximale sur le dos d’un groupe jeune et plein de gnaque, mais une compilation remplie de standards du death qui fait peur, et c’est bien ça qui compte. A recommander donc aux amoureux de « Deicide », le premier album. Dont je fais partie, donc grosse note, malgré le son, malgré la démarche pas très nette de Roadrunner à ce propos, rentabilisant à fond le succès d’un jeune groupe qui sut bien le médiatiser au moment le plus épique du metal qui sent pas bon le côté obscur de la force des guitares électriques, terrorisant les journalistes de M6 et les animateurs de talk show cherchant à comprendre pourquoi tous ces jeunes virent profanateurs de tombes et bruleurs d’églises. A noter en benêt que les frères Hoffman reformeront Amon après être partis de Deicide, et sortiront même un album sous ce nom en 2012.

note       Publiée le samedi 30 juillet 2016

partagez 'Amon: Feasting the Beast' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Amon: Feasting the Beast"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Amon: Feasting the Beast".

ajoutez une note sur : "Amon: Feasting the Beast"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Amon: Feasting the Beast".

ajoutez un commentaire sur : "Amon: Feasting the Beast"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Amon: Feasting the Beast".

nicola › samedi 30 juillet 2016 - 19:55  message privé !

Ha ha, moi ça a été le début de Poison free market de Comprendido… de Deutsch Nepal.

Dead26 › samedi 30 juillet 2016 - 15:02  message privé !

Chef d’œuvre absolu rien de plus. Ça me fait penser que pendant très longtemps j’ai eu sur mon répondeur l’intro de Feasting The Beast avec son mantra. Sinon ce cd reste un de mes grands classiques du death metal aoc. Franchement les versions des titres qu’il a sur ces 2 démos je les trouve supérieurs à celles sur l’album éponyme. Un meilleur son, des compos plus fluides, plus brutal et rentre-dedans avec des vocaux qui à mon sens n’ont jamais été aussi bons. Sur la 2ème partie c’est du pur débouche-lavabo made in hell. (Satan m'habite)

Note donnée au disque :