Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeicide › Once upon the cross

Deicide › Once upon the cross

9 titres - 28:12 min

  • 1/ Once upon the cross
  • 2/ Christ denied
  • 3/ When Satan rules his world
  • 4/ Kill the christian
  • 5/ Trick or betrayed
  • 6/ They are the children of the underword
  • 7/ Behind the light Thou shall see
  • 8/ To be dead
  • 9/ Confessional rape

enregistrement

Morrisound studios, tampa, floride.

line up

Steve Asheim (batterie), Glen Benton (chant, basse), Eric Hoffmann (guitare), Brian Hoffmann (guitare)

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Beaucoup parlent de trilogie quand il s'agit de qualifier la meilleure période de Deicide. Ma foi, on peut bien dire qu'ils n'ont pas tort car ce troisième album "Once upon the cross" est... énorme. D'ailleurs, cette chronique figurera ici à titre d'hommage, car ce disque là, tout le monde connaît hein... Deicide s'est ici appliqué à écrire un album rempli de gros hits death metal. Il a pour cela (je considère le groupe comme une entité vivante oui lol) simplifié ses structures, diminué les breaks en tout genres tels qu'on les trouvait sur "Legion", appuyés ses refrains, le tout pour une efficacité et accroche maximale. Et bloody hell ! Que c'est réussi ! 28 minutes de pur death metal, remplis de refrains incantatoires et tous plus blasphémateurs les uns que les autres. On notera d'ailleurs l'excellente performance de Benton sur ce disque. Bref, difficile de s'attarder longtemps sur ce "Once upon the cross". Il marque un premier changement pour Deicide, qui décide d'appliquer une recette plus conventionnelle du death metal, mais le fait avec une réussite, je le répète, réellement incontestable. Je vous le dis "Once upon the cross", "Christ denied" "Trick or betrayed", "Kill the Christian" ce ne sont plus des morceaux, ce sont des hymnes ! C'est d'ailleurs avec ce disque que le groupe a réellement cartonné, et on comprend largement pourquoi. Le groupe accroche plus les non fans du style, capte mieux l'attention aux premières écoutes. Les puristes quant à eux hurleront à la conformisation... Mouais, reste que je prend mon pied avec cette galette, et que son statut actuel de disque "culte" et "référence" n'est vraiment pas démérité.

note       Publiée le samedi 19 février 2005

partagez 'Once upon the cross' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Once upon the cross"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Once upon the cross".

ajoutez une note sur : "Once upon the cross"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Once upon the cross".

ajoutez un commentaire sur : "Once upon the cross"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Once upon the cross".

Dead26 › vendredi 27 février 2015 - 08:30  message privé !

Album attendu comme le messie à l'époque et j'ai pas été déçu, des compos plus dépouillées pour un album court mais intense. Le seul truc que je reproche est le son de l'ensemble que je trouve un peu trop étouffé par rapport à l'éponyme et Legion. Me suis jamais remis du coup du drap sur le petit Jésus, moi qui croyais que G.Benton allait crucifier tout ces putains de censeurs amerloques de merde, Satan l'habite !? Mon cul ouais....

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 11 juin 2014 - 02:12  message privé !

Sur la Croix pour l'Eternité

Note donnée au disque :       
metalgrave › lundi 18 juin 2012 - 16:27  message privé !

leur meilleur cd un tres bon melange entre le son aiguisé de DEICIDE et la complexité de LEGION . la prod est a la limite du parfait , well !! c'est du scott burns . dommage ! 28 min ça fait court pour une merveille de cette trempe

Note donnée au disque :       
TWB › jeudi 8 septembre 2011 - 15:27  message privé !

KILL THE CHRISTIAN !!! *paf paf paf paf*

kama › samedi 29 mars 2008 - 16:19  message privé !
Malheureusement, Legion est le seul qui tienne vraiment la route. En ca, leur réputation est surfaite oui, surtout quand on voit le nombre de merdes qu'ils sortent a coté, surtout quand on voit le nombre de groupes qui les ecrasent, encore dans l'ombre.