Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeicide › Till Death Do Us Part

Deicide › Till Death Do Us Part

cd • 10 titres • 42:07 min

  • 1The Beginning of the End03:39
  • 2Till Death Do Us Part04:14
  • 3Hate of All Hatreds03:53
  • 4In the Eyes of God04:42
  • 5Worthless Misery05:00
  • 6Severed Ties04:01
  • 7Not as Long as We Both Shall Live05:05
  • 8Angel of Agony03:29
  • 9Horror in the Halls of Stone06:23
  • 10The End of the Beginning01:41

enregistrement

Enregistré par Jim Morris au Morrisound Studio, Tampa, Floride. Mixé par Jim Morris et Glen Benton. Masterisé par Jim Morris et Glen Benton. Produit par Steve Asheim.

line up

Jack Owen (guitare, guitare solo [6-8, 10]), Glen Benton (basse, voix, paroles), Steve Asheim (batterie, guitare rythmique, guitare solo [1,6,8,9]), Ralph Santolla (guitare, guitare solo [1-9]).

remarques

Sorti en cd, vinyle, fichiers téléchargeables sur le bandcamp d'Earache. L'illustration est un extrait de "La mort et la jeune fille" par Hans Baldung.

chronique

Après le Deicide Deicide, après le Deicide chiant, voici le Deicide qui tartine. Deuxième album avec Ralph Santolla à la guitare, enfin, plus "session" que réellement partie prenante dans le groupe (tout un feuilleton les relations entre Santolla et Deicide), après le départ (l’éviction ? je sais plus / pas) des Hoffman brothers. Vous sortez donc les tutos pour retranscrire les solos et vous échauffer les poignets à la maison. Je ne suis pas allergique aux infusions de true heavy dans le true death, mais la vérité ne serait-elle pas ailleurs, dans le trueland par exemple ? Ou dans un trou ? En tout cas, l’introduction est rendue rêveuse par des petits tricots de guitare pas déplaisants, et ça passe tout de suite bien, une petite atmosphère de saleté démoniaque arrive à sortir du conduit hifi. Un premier morceau chanté assez lent, et qui enchaine les solos à potasser pour passer le niveau B2 - et bon, ils ne sont pas si mauvais que ça. Car c’est comme dans Batushka, vous voyez, les « orthodoxes » chroniqués ici il y a peu ? Il faut aimer les pièces rapportées, les chœurs religieux chez les polonais, et… les solos de Santolla dans Deicide. Si ça passe bien, ça passe - car derrière, ça ne casse pas non plus des briques… car ça reste du Deicide qu’on a déjà entendu, pas sympa et droit dans ses bottes à sabot, avec Steve Asheim qui tape à fond la caisse, Benton qui growle que Jésus c’est pas cool, Satan mieux (et, apparemment, en PS : "divorce = Pas Bien Non Plus"). Enfin, après les quelques heures d’ennui qu’on a passé en écoutant cet énorme ventre mou suite aux « quatre premiers albums » (c’est comme les stars mortes à 27 ans les quatre premiers albums bons), "Till Death Do Us Part" sent encore le remplissage car même si on reste dans le sombre et le gras, avec des accès de speed (« In the Eyes of God », spéciale dédicace à Steve Austin ?), la satiété arrive à son optimum assez rapidement, et, comme par magie, c’est quand on sent que le morceau commence à s’essouffler que Santolla arrive avec son manche doré pour passer le temps. Donc oui, la voix de Benton est toujours un aboiement agréable à écouter, des instants de furie sont à noter mais un peu beaucoup de sentiment de linéarité m’envahit, voire même un certain stress notamment avec "Horror in the Halls of Stone" à la sauce très allongée en fin d'album, un peu comme ces églises baroques qui en rajoutent beaucoup pour épater la galerie, mais en fait c'est moche, le tout conclu par un instrumental qui ressemble vraiment à un bout de chute de studio qui ne rentrait pas dans un autre morceau. BWOAF. Donc même s'il y a du tricotage de guitare qui pourrait ajouter un peu plus de sel au Deicide dit "chiant", eh bien, "ce n'est pas suffisant", comme dirait les agences immobilières à la réception de votre dossier. Et ça ne touche pas encore, bien sûr, la cheville du maintenant bien révolu Deicide avec un grand D.

note       Publiée le mercredi 3 août 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Till Death Do Us Part".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Till Death Do Us Part".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Till Death Do Us Part".

Rastignac › mercredi 3 août 2016 - 14:16  message privé !
avatar

ah nan, pas attendri (je savais même pas, en fait les lyrics chez Deicide je passe vite vu les redites et la plume en plomb souvent). Mais de toute façon c'est pas non plus "Blood on the Tracks" niveau émotivité ! En fait il ressemble beaucoup au précédent et au suivant, donc il pourrait parler d'élevages de fourmi, finalement... il reste toujours au même niveau, comme un Steven Seagal au niveau de la gestion de l'expression émotionnelle.

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 3 août 2016 - 08:41  message privé !

Donc ça ne t'a pas attendri plus que ça de savoir que ce disque parle surtout de son divorce (si je me rappelle bien) ? Moi je le trouve effectivement un peu à part, cet album, mais bon, il y en a peu dans la disco que je connais réellement.

Note donnée au disque :