Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNecro › The Sexorcist

Necro › The Sexorcist

cd 1 • 22 titres • 56:03 min

  • 1Who's Ya Daddy?
  • 2Pussy Is My Weakness
  • 3Whore
  • 4Edge Play
  • 5Suckadelic
  • 6Ron Jeremy (Skit)
  • 7You Bitchees Love To Get Fucked In The Ass
  • 8Piss
  • 9Katsumi (Skit)
  • 10Out The Pocket
  • 11Brittany Andrews (Skit)
  • 12She's Got A Great Ass !
  • 13I Wanna Fuck
  • 14Van Styles (Skit)
  • 15We Fuck Virgins
  • 16Horny Honeys
  • 17Ron Jeremy vs. Jerry Butler (Skit)
  • 18I Remain Stiff
  • 19The Sexpert
  • 20I Degrade You
  • 21Vaginal Secretions
  • 22Ron & Jerry (Outro)

line up

Necro (MC, production)

Musiciens additionnels : Goretex (MC), Ill Bill (MC), Sabac (MC), Katja Kassin, Mitch Matlock, Jenny Van Houten, Katsumi (a.k.a Katsuni), Jenny Krenwinkle, Avy Lee Roth, The Other Manson Whores, Jerry Butler, Eve Lawrence, Antwon Lamar Robinson, Debbie Mercado, Dick Nasty, Alexis Malone, Ron Jérémy (voix)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
necro pimpin'

Enregistré avec le concours d'actrices et acteurs porno (des chœurs parfois chatoyants mais aussi des skits tout pourris comme celui de Katsuni), The Sexorcist a tout pour être l'album le plus méprisable de Necro... Ce serait donc, en toute logique, le meilleur, ou plutôt le moins pire ? Necro y joue la carte du rap de marlou coquin, dans un état d'esprit sensiblement moins badin qu'un Francky Vincent. Le fait de regarder des films d'horreur à longueur de nuits n'est pas incompatible avec la bagatelle : Necro veut le faire savoir et sort donc The Sexorcist dans un esprit à la fois "pussycred" et cartoonesque. Hache/Tag 'Balance Ton Gore'. Habillé plus funk/soul que d'habitude, et très influencé par Kool Keith (ne serait-ce que dans ces faussets ridicules sur "You bitches love to get fucked in the ass"), Necro s'en donne à cœur joie dans la surenchère de lyrics dignes de son alias outrancier, "trollesque" et grotesque, qui fait un peu l'effet d'un croisement entre Iceberg Slim et le Professeur Choron intégrant le casting d'American Dad. Même s'il subsiste un doute nauséeux quant à la teneur en sérieux et en satirique de Necro, debilus bourrinus confirmé, qui ne lèvera aucune ambiguïté en riant comme un Slim Shady à la fin de "Kill You". Toujours assoiffé de sadisme... et surtout de misogynie, au vu des poésies très imagées qu'il aligne ici. La femme n'est pas un être inférieur aux yeux du Mack-ro : ce n'est pas un être tout court. Tout au plus un morceau de viande avec des trous, voué à servir de réceptacle à foutre. On sera donc étonné de découvrir une certaine coquetterie, voire une relative sensualité dans The Sexorcist, à l'image de cette façon très mélodieuse de chanter le tendre mot d'amour "Whore". Et d'y guincher volontiers du mono-neurone, bien que la track-list se pète le frein vers le milieu ("Out in the pocket"), trouvant dans ce cru 2005 une petite usine à tubes necro-sexistes, cohérente, odorante, de la junk food hip-hop qui donne la sensation de croquer dans un gros burrito made in "le premier kebab ouvert sur mon chemin", dégoulinant de mauvaises graisses fondues et de sauce mayo. Un Necro juteux oui, avec une prédilection pour les samples sixties/seventies au bon fumet de polar à rouflaquettes ou de blaxploitation, et plus que jamais ce parfum de beats de contrebande, mais un côté un peu moins "2D"-linéaire que ses prods horrorcore habituelles, plus organique et cosy (comme "Suckadelic", sur laquelle n'aurait pas craché un MF Doom), garni de bonnes lignes de basse pour mettre un peu de moelleux dans son boom bap amateur et frelaté... Et même si deux-trois tourneries sordides viennent s'inviter, c'est surtout une ambiance parodique (ah ce sample bien senti du cabotinage éhonté de Pacino dans Heat sur "She's got a great ass!"), un rap moche et accrocheur de pimp underground qui prédomine. À l'image de cette reprise crétinissime de Twisted Sister ("I wanna fuck") : tout sur Sexorcist pue la facilité, la médiocrité... Mais grâce aux mélodies, glisse dans l'oreille comme popaul dans l'orbite d'une pute borgne. C'est frais, c'est fin. À son écoute, je me sens un peu dans la peau d'un gros beauf hybride, fan de Cannibal Corpse mais ne chantant à tue-tête qu'une seule chanson sous la douche, "Femme like you" de K-Maro, en mélangeant les paroles avec celles de son groupe favori. La grande classe quoi.

note       Publiée le mercredi 17 mars 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Sexorcist".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Sexorcist".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Sexorcist".

nowyouknow › jeudi 18 mars 2021 - 09:39 Envoyez un message privé ànowyouknow

The Sexorcist est aussi un de ceux que j'ai le plus écoutés. Le concept cracra me plait bien, tout comme la couleur du projet, plus légère-funky et délavée des ambitions sombres et metal. Je prend surtout mon pied (hummm) sur le début de l'album (Whore, Edge Play) mais l'ensemble s'écoute sans peine. Bon peut-être pas cette reprise dégueulasse de Vangelis en fin de disque.

Note donnée au disque :