Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsyche › Mystery hotel

Psyche › Mystery hotel

cd • 13 titres • 54:02 min

  • 1Make no mistake04:10
  • 2Insatiable04:41
  • 3Wake the flood unconscious02:54
  • 4The Outsider04:27
  • 5You're the only one03:27
  • 6Uncivilized03:41
  • 7Ride on02:48
  • 8Dreamstreet05:18
  • 9Nocturnal passenger (extended)06:07
  • 10Eternal04:15
  • Bonus Tracks
  • 11Uncivilized (instrumental)03:40
  • 12Black Panther03:51
  • 13Prisoner to desire (version 1)04:37

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré aux Garage Studios, Paris, France ; "Uncivilized" et enregistrements sonores additionnels effectués aux studios Synsound, Bruxelles, Belgique

line up

Darrin Huss (chant), Stephen Huss (claviers, programmation)

Musiciens additionnels : Dan Lacksman (production titres 1 à 8, 10 et 11 ; Stephan Krämer (production titres 2, 4, 6, 10)

remarques

1988 : 1xLP 12" dix titres, pochette cartonnée ; il existe une version double avec un mini-LP live sorti séparément à la même époque.
1988 : 1xCD avec titres bonus
2016 : remaster CD avec track-list légèrement modifiée et titres bonus.

chronique

Après la rage punk et l'émulation des pionniers Européens (Fad Gadget notamment) sur "Insomnia Theatre", le venin new wave romantique du sublime "Unveiling the Secret" qui charmait par sa célébration des sens et du corps (Cronenberg, Lovecraft etc.), Psyche s'incarne, en cette fin des années 80, en une entité définitivement new wave futuriste et délicate. Comme mon collègue Corbeau l'a déjà précisé dans ses éminentes chroniques, les frangins Canadiens savent accoucher de climats typés science-fiction urbaine tout en gardant sous le coude une irrésistible saveur dancefloor, croisant EBM et darkwave avec une facilité déconcertante. On ne dira jamais assez de bien de Stephen Huss (paix à son âme) dont l'inspiration ici rend compte de son indéniable capacité à se faire croiser Vangelis et Moroder tout en posant des climats d'une mélancolie du plus bel effet comme sur "Dreamstreet", exceptionnelle pièce instrumentale dont la fausse naïveté prend à la gorge à chaque écoute. "Mystery Hotel", troisième album du duo, est sans conteste leur œuvre la plus raffinée, peut-être plus légère en raison d'une approche plus directe du "songwriting". C'est également l'album des tubes les plus commerciaux, "Insatiable" et "Uncivilized" en tête, dont le calibrage parfait ne les déleste fort heureusement pas de leur efficacité. "Wake the Flood Unconsious" et "Ride On" nous dévoilent à contrario un aspect blues étonnant (le côté rampant du premier est à ce titre une réussite) qui démontre la capacité de Psyche à éviter de se cloîtrer entre quatre murs. Darrin n'est pas en reste, son registre vocal bénéficie ici d'une amplitude plus large, du crooner goth ("The Outsider" et "Eternal", deux chefs-d’œuvre du catalogue Psyche) au rocker/bluesman angélique sous le timbre duquel subsiste toujours un élément de danger ("Make No Mistake"). Dernier véritable album inspiré de la période Stephen Huss (ce dernier, atteint de schizophrénie, ne tournera plus mais collaborera avec son frère sur le moyen "Daydream Avenue" et l'onirique "Intimacy"), "Mystery Hotel" exulte de ce son 80s si intemporel et se fait l'expression d'une sensualité à fleur de peau dans un décor urbain décrépit et pourtant d'une subtilité émouvante, comme si le Deckard de Blade Runner se la jouait Sam Spade et tentait de séduire une Rachel éthérée dans l'atmosphère enfumée d'un bar où les aberrations d'un Cronenberg seraient tapies dans l'ombre.

note       Publiée le dimanche 11 août 2019

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mystery hotel".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mystery hotel".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mystery hotel".

Raven › dimanche 11 août 2019 - 14:49  message privé !
avatar

"comme si le Deckard de Blade Runner se la jouait Sam Spade et tentait de séduire une Rachel éthérée dans l'atmosphère enfumée d'un bar où les aberrations d'un Cronenberg seraient tapies dans l'ombre." > Nuff said !

Note donnée au disque :       
Marco › dimanche 11 août 2019 - 11:48  message privé !
avatar

allons allons, la lumière rouge est là pour que personne ne soit pris au dépourvu ! :D

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 11 août 2019 - 11:43  message privé !

Je signale immédiatement cet article pour racolage actif sur la voie publique.