Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsyche › Insomnia Theatre

Psyche › Insomnia Theatre

cd • 15 titres • 64:52 min

  • 1Mr. Eyeball Ooze05:09
  • 2Maggots04:29
  • 3Children carry knives05:01
  • 4Wrench03:51
  • 5Psychic vampire04:25
  • 6Brain collapse04:09
  • 7Eating violins02:45
  • 8On the edge05:11
  • 9Why should I?05:06
  • Bonus tracks
  • 10Contorting the image05:33
  • 11The brain collapses (live)05:23
  • 12Suffocation02:53
  • 13Consuming life (live)03:49
  • 14Nocturnal wasteland (live)03:17
  • 15Halloween theme (live) 03:51

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Psyche et Richard Blohm, Canada, 1984-1985. Produit par Aaron Pasieka et Richard Blohm.

line up

Evan Panic (Darrin Huss), Anthony Red (Stephen Huss)

remarques

Le premier pressage, édité par le groupe, ne comporte que les titres 2, 3, 5, 6, 7, 12 + deux autres titres non repris jusqu'à la réédition de 2016.
La version 2xLP 12"(45 tours) New Rose comporte une track-list légèrement différente du pressage original.
La version CD New Rose comprend le EP 4 titres "Contorting the Image"
Le remaster SPV reprend la version CD New Rose (moins "Thudershowers") et comprends des bonus live (version chroniquée ici)
Le remaster 2016 par Artoffact reprend l'intégralité des track-lists principales+ bonus d'époque.

chronique

Le statut culte du premier album des frangins Canadiens n’a jamais été démenti, et ça n’est pas demain la veille que cela changera. Histoire d’une volonté sans faille et d’une passion pour la musique électronique, la pop et les films d’horreurs, l’aventure Psyche (titre d’une des meilleures chansons du Killing Joke première époque) trouve ses racines à Edmonton, Alberta, où les frères Huss décident de créer des performances mariant théâtre horrifique et assauts électroniques afin de secouer le public Canadien dans l’esprit de l’illuminé Fad Gadget (Darrin lui piquera d'ailleurs l'habitude de chanter couvert de mousse à raser de la tête au pieds). Consolidé en trio fin 1982 avec l’arrivée d’un certain Dwayne Goettel dont le génie apportera direction et cohésion au groupe, Psyche expérimente, compose et enchaîne concerts après concerts, ouvrant même pour Alien Sex Fiend en 1984. L’expérience de l’album se fait de plus en plus pressante, et après un déménagement à Waterloo (Ontario) les frangins s’attellent à la tâche désormais sans Goettel afin de graver dans la cire leurs obsessions. Le succès (certes relatif) est au rendez-vous tant est si bien que le mythique label Parisien New Rose signe le duo et publie "Insomnia Theatre" agrémenté de nouvelles compositions, marquant le début d’une très belle aventure entre les frangins et l’Europe. Tout Psyche est en essence déjà apparent sur ce premier opus : new wave EBMisante ("Mr. Eyeball Ooze"), dancefloor viral ("Brain Collapse", "Children Carry Knives"), simili Fad Gadget ("Maggots", "Psychic Vampire") et soucis d’atmosphère riches (l’instrumental "Eating Violins" , "On the Edge") démontrent déjà un savoir-faire et une approche que l’on retrouve notamment à l’époque chez les artistes du catalogue Mute Records (on se demande d’ailleurs comment Daniel Miller a pu passer à côté des Canadiens !). Si le chant de Darrin est encore à ce stade en roue libre, on ne peut que noter la gymnastique que le jeune chanteur effectue entre séduction et agressivité, entre venin hérité du punk et crooning fragile. Et tout cela donne à "Insomnia Theatre" cet aspect rêche de joyau aux imperfections visibles et serti de lames de rasoir, mais au cœur duquel se loge une lueur hypnotique. Et l’auditeur, tel le pauvre papillon, de ne pouvoir s’empêcher de se brûler les ailes.

note       Publiée le jeudi 21 mai 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Insomnia Theatre".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Insomnia Theatre".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Insomnia Theatre".