Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsyche › Strange Romance

Psyche › Strange Romance

cd • 15 titres • 66:22 min

  • 1You Ran Away
  • 2Lonely one
  • 3Tears
  • 4Insecurity
  • 5Ghost Child
  • 6Trouble In Mind
  • 7Remember
  • 8Searching
  • 9Silence Was A Melody
  • 10Guilt
  • 11Stay By Me
  • 12Goodbye Horsesreprise de Q Lazzarus
  • 13Teeth And Claws
  • 14Dreaming My World
  • 15Tears (Version)

enregistrement

Darrin C. Huss (chant), Per-Anders Kurenbach (instruments)

remarques

chronique

Styles
dark wave
pop
electro
Styles personnels
synth-pop

On discutait de choses et d’autres… de fil en aiguille, on en est venus à parler du Silence des Agneaux, et de la musique qui passe au moment ou Buffalo Bill se travestit la queue entre les jambes. Une petite voix toute chétive et androgyne, une mélodie bien sex et soul, bref on cherchait le nom de l’artiste qui chantait ça, parce que c’était intriguant et que cette chanson est excellente, et pis surtout parce que j’adore redécouvrir un morceau que je connais depuis des années sans savoir qui l’interprète. En supprimant tous les possibles artistes de la B.O. (genre The Fall), j’en suis venu à la conclusion qu’il s’agissait de "Good-bye Horses", le tube d’une certaine Q Lazzarus. Bingo ! Recherche de ladite chanson à l’achat – mais là, pas de succès. La seule version que j’ai dégoté, c’est celle de Psyche, ce que j’ai toujours pris pour un simple duo de synth pop – deux lascars dont j’avais déjà entendu parler à "l’époque" où j’écoutais ce genre de merde à longueur de journée (Wolfsheim, Melotron, Schiller, entre autres). Non pas allemands comme beaucoup de leurs immondes camarades, mais Canadiens, les deux gugusses de Psyche sont en fait – en tout cas au moment de ce disque – les deux seuls membres d’une formation créée en 1982, qui a traversé une décennie en changeant mille fois de line-up et en expérimentant pas mal de styles (à en croire la fiche discogs et l’article wikipédia que j’ai sous les yeux), se frottant à l’indus comme à la pop minimale façon Suicide. Psyche était-il donc sombre et expérimental dans les années 80 ? Manque de bol Anatole, je ne connais aucun de leurs vieux disques et je me suis quand même procuré celui-ci pour la simple reprise de "Good-Bye Horses", assez superbe il faut l’avouer, et en espérant que mon instinct souvent infaillible fasse encore mouche au rayon des surprises à risques. Eh bah c’est c’qu’on appelle un plat en natation. Dans le genre synth pop chétive sous vide, ça se pose là. Les trois quarts des morceaux sont du genre mauvais Soft Cell coupé aux premiers Depeche Mode / Erasure, bref des mélodies pouet-pouet et débiles, des sonorités de synthétiseur révélatrices du budget et des beats calibrés pour le générique d'une sitcom. Seul atout possible dans cette mixture au goût de petit suisse : la voix de Darrin, (celui qui a une tête de quenelle sur la photo du livret, je crois), une sorte de Gary Numan du pauvre influencé par la soul et Annie Lennox (d’ailleurs reprise avec "Stay By Me"), qui chante souvent comme une aguicheuse de trottoir mais qui a son petit charme vocal, notamment sur la cover de Marianne Faithfull, "Guilt" (un titre plus folk, avec guitare sèche et chant au naturel). Abstraction faite de ce petit détail cosmétique, parlons quand même de la matière, si matière il y'a: les "tubes" de ce disque n’en ont que la vocation en fait, mais ils sont vides, sans âme et sans personnalité, sans vrai charisme surtout, ou alors très faible (encore que "Trouble In Mind" soit assez cool). Les mélodies puent la naphtaline et sont aussi marquantes qu’un marqueur sans encre dedans (ouais, j’ai pas d’inspiration pour les métaphores ces derniers temps), tout cela est ma foi aussi radiokitschesque que possible, sans la saveur insolente qu’on est en droit d’attendre de vrais hits synth pop… maaaaaiiiiiiiis : si on fait exception des "Guilt" et "Good-Bye Horses" précités, deux morceaux surnagent nettement dans cette tambouille fadasse : "Ghost Child" et "Remember", deux ballades au charme naïf, obscures et très envoûtantes, qui semblent retenir en elles toutes les ténèbres absentes du reste de l’album. Les morceaux dansants restent les plus ridicules, et les deux artistes, semblant par instants réaliser la petite chose inoffensive qu’ils pondent et s’apprêtent à vendre, s’essayent vainement à plusieurs ‘styles’ (cabaret sur "Searching" par exemple), s’enfonçant davantage encore dans leur manque d’originalité en voulant bien faire. On aurait limite un faible pour ce côté niais et ces paroles stupides, n’empêche... c'est sincère, après tout, et y'a des moments touchants, fort beaux mêmes... mais je sais pas, sois c'est trop soit c'est pas assez, avec le putassier, je suis du genre capricieux et je préfère le gras au maigre. Voilà, je pense avoir fait le tour de la question. Hein, quoi, le résumé ? Vite fait alors, parce que je dois aller manger : un album de synth-pop putassier, cheap et kitschouille et par moments très envoûtant, avec une poignée de perles à l'intérieur. Mimi.

note       Publiée le dimanche 6 avril 2008

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Strange Romance".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Strange Romance".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Strange Romance".

mangetout › mercredi 23 octobre 2013 - 18:44  message privé !

Pareil que novy à l'époque j'avais vraiment flashé sur "Unveiling the secret" (commandé chez New Rose) avec son "tube" "Prisoner to desire" et qui contenait des sons étrangement très proches de mon Korg Poly 800 II d'alors !

novy_9 › mercredi 23 octobre 2013 - 16:06  message privé !

Commencer par cet album de Psyche c'est partir sur la mauvaise voie ... Ils ont écrit des incontournables pour qui aime la musique electronique 80ies underground et Dark. Comme "Unveiling The Secret", "The Influence", "Mystery Hotel" ou "Insomnia Theatre" leur album cult, ils avaient 16 ans à l'époque et un peu comme Rozz et "Only Theatre Of Pain" ils ont écrit un album cult et intemporel.

Note donnée au disque :       
Raven › vendredi 21 septembre 2012 - 00:45  message privé !
avatar

dac-o-dac ! en fait je viens de vérifier dans ma pile new wave et j'ai quand même sept albums d'eux, dedieu... pas dans l'immédiat les chros, mais ça se fera, Psyche j'ai toujours gardé ça en coin

Note donnée au disque :       
Twilight › jeudi 20 septembre 2012 - 22:38  message privé !
avatar

Non, vas-y alors car ça fait un moment que j'ai pas écouté. Il faudrait que je me replonge dedans avant de chroniquer...

Raven › jeudi 20 septembre 2012 - 22:32  message privé !
avatar

depuis j'ai découvert leurs vieux albums + quelque récents; il y a du bien meilleur, quelques curiosités, en fait j'avais pressenti que je les sousestimais des le début ces petits gars, même si c'est toujours resté un groupe de seconde zone ; j'en ai cinq-six sur le feu, en fait, mais priorité à Twilight s'il le souhaite ;)

Note donnée au disque :