Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMColette Magny › Thanakan

Colette Magny › Thanakan

vinyl 33t | 9 titres | 17:41 min

  • 1 Lettre au Docteur Jean Dequeker ["Lettres Ecrites De Rodez", Tome 11] [0:27]
  • 2 L’évêque de Rodez [Tome 9] [0:55]
  • 3 Suppôts et supplications [Tome 14, Volume 2] [3:16]
  • 4 Odedi... ["Artaud le Mômo", Tome 12] [0:18]
  • 5 Contre-Mère et Patron-Minet ["Artaud Le Mômo", Tome 12] [3:00]
  • 6 Menendi... [Tome 12] [0:44]
  • 7 Rien qui ressemble à l'amour [Tome 1 Vol 2] [2:27]
  • 8 Ti Largar [Tome 14 Vol 2] [1:25]
  • 9 Les nouvelles révélations de l’être [Tome 7] [5:04]

enregistrement

Enregistré aux Studios Solaris en juillet 1981 par Arnaud Frydman.

line up

Colette Magny (voix)

Musiciens additionnels : Antonin Artaud (textes)

remarques

LP monoface. "Cet enregistrement devait constituer une face d'un disque dont la seconde eut reproduit un texte de Sylvie Dubal, mais Artaud est "protégé" par les Éditions Gallimard, représentant les "ayants-droits". Il ne saurait - disent-ils - être accouplé à d'autres poètes que ceux - disent-ils - qu'il aimait : Lautréamont, Gérard de Nerval, etc. Nous avons donc été contraints d'innover sur le marché du disque : une seule face gravée !"

chronique

Styles
spoken word / lecture / poésie
Styles personnels
lecture vivante

Pour Louis Aragon, qui avait tant côtoyé avec bonheur l’anar céleste Léo Ferré, la mise en chanson d'un poème devait être perçue comme une forme supérieure de critique littéraire. Qu'aurait-il pensé de la férocité de ce Thanakan ? Magny, qui chanta son Richard II Quarante en 1964, raconte sur ce LP monoface (à l'origine couplé au "Cahier d'une tortue" de Sylvie Dubal) un autre roi de douleurs, le tragique Antonin Artaud. En prêtresse-chirurgienne, Colette Magny sélectionne des mots comme pour découper son âme au scalpel, face à son micro – mettant à nu la personnalité complexe et écorchée de ce poète maudit parmi les maudits. On y retrouve l'hystérie de sa lecture lumineuse du "Jabberwocky" de Lewis Carroll, avec tout le dénuement caractéristique du document sonore. Usant du spectre entier de sa voix, souvent terrible et implacable, elle transforme a cappella chaque ligne tracée en appel ou en cri. Collage de ronflements buccaux, couinements et cordes vocales en sourdine. À mesure que son diamant attaque les sillons, tournant autour du cadavre de l'écrivain, l'imposante chanteuse fait front, seule. Une main tendue dans le vide, dans un délire rappelant sans mal la lutte d'Artaud pour tenter d'agripper une réalité qui lui échappait encore et toujours. Après un blues qui s'essouffle à chaque mesure et le chant mystique de "Ti Largar", Magny conclut la séance en posant une lecture parfaite d'un extrait des Nouvelles révélations de l'être. La voix fragile, presque chevrotante, nous pénètre de la détresse d'un personnage ayant subi le drame de la perdition et les ravages de l'internement psychiatrique. Un texte hypnotique et touchant d'où ressort une grande clarté, celle de la force dans l'épuisement de l'esprit en spirale ; nous ne sommes ni dans l’ostentation ni la prétention, mais bien dans l’hommage. Puis un dernier vertige, avant que la pointe de lecture soit définitivement séparée du disque, comme un fantôme qui, enfin, s'évanouit - et plus rien. Sinon un long silence de mort aux relents opiacés.

note       Publiée le vendredi 30 décembre 2016

partagez 'Thanakan' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Thanakan"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Thanakan".

ajoutez une note sur : "Thanakan"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Thanakan".

ajoutez un commentaire sur : "Thanakan"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Thanakan".

DukeOfPrunes › mardi 7 février 2017 - 11:31  message privé !
avatar

Ouais. Artaud, c'est costaud...

Note donnée au disque :       
Masca › mardi 7 février 2017 - 02:10  message privé !

La classe absolue. "j'ai un corps qui subit le monde, et dégorge la réalité. J'ai assez de ce mouvement de lune qui me fait appeler ce que je refuse et refuser ce que j'ai appelé. Il faut finir. Il faut enfin trancher avec ce monde qu'un Être en moi, cet Être que" Aïe aïe aïe aïe.

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › samedi 31 décembre 2016 - 11:49  message privé !
avatar

En effet, pas facile de les trouver en CD - il y a pourtant des inédits très intéressants, type "Pena Konga" ou "Un juif à la mer". J'aimerais beaucoup qu'un coffret intégrale soit annoncé, en digipack, un peu comme pour Catherine Ribeiro. C'est dans l'ordre du possible, mais... on attend, on attend. Quant à "Visage-Village", c'est justement le prochain sur la liste. :)

Note donnée au disque :       
kouna › samedi 31 décembre 2016 - 08:30  message privé !

Le vinyl n'est sans doute pas facile à trouver, mais il a été réédité en CD, couplé avec le (superbe) "Visage-Village" SCALEN' DISC CMP CD02. Ceci dit, les CDs de Colette Magny ne sont pas, non plus, faciles à dégoter !

Dioneo › vendredi 30 décembre 2016 - 19:20  message privé !
avatar

Eh eh... S'attaquer à Artaud - en artiste/lecteur/articulateur ou en simple auditeur (et... oui, pour tenter de le chroniquer, aussi) - ça peut faire peur ! Sacrée maudite voix qu'il avait, l'Antonin. (Et... Eh bien encore un Magny que je ne connais pas oui. Elle en avait, de la ressource).