Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPunishment of Luxury › Laughing Academy

Punishment of Luxury › Laughing Academy

lp | 15 titres | 41:11 min

  • Face A
  • 1 Puppet Life [3:03]
  • 2 Funk Me [4:00]
  • 3 The Message [3:56]
  • 4 All White Jack [4:00]
  • 5 Obsession [4:40]
  • Face B
  • 6 Radar Bug/Metropolis [5:43]
  • 7 British Baboon [4:04]
  • 8 Babalon [4:02]
  • 9 Excess Bleeding Heart [2:40]
  • 10 Laughing Academy [5:02]
  • bonus du CD
  • 11 Secrets [A-side] [4:07]
  • 12 Brain Bomb [B-side Secrets] [2:44]
  • 13 Engine of Excess [A-side] [2:33]
  • 14 Jellyfish [B-side Engine of Excess] [2:58]
  • 15 Baby Don't Jump [B-side laughing Academy] [3:16]

enregistrement

Produit par Mike Howlett

line up

Nevilluxury (guitare, synthé, voix), Steve Sekrit (batterie, percussions, voix), Jimi Giro (basse, voix), Brian Bond (chant, synthé)

chronique

Punishment of Luxury… "Punilux" pour les intimes. Voilà un groupe comme j’aimerai pouvoir en écouter plus souvent. Pourquoi Punilux n’a-t-il jamais rempli de stades, pourquoi Punilux n’a-t-il jamais squatté les ondes TV et Radio, fait la une du top 50 pendant des semaines, pourquoi ne voit-on jamais Punilux faire la couverture des canards musicaux ? Punilux aurait-il un peu trop de caractère pour attirer les patrons de majors ? Est ce que ce sont les paroles déjantées à base de science fiction de série B, de dérives sexuelles, de non-sens typiquement anglais (la ‘Laughing Academy’… ça rappellerait presque le Ministry of Silly Walks des autres fous de Monty Pythons) ?… Parce que du potentiel tube, il y en a sur cet album. Dix, très précisément. Oui c’est simple : n’importe quelle chanson ici présente pourrait sortir en single, être martelée à la radio, faire danser les masses, et s’imprimer au fer rouge dans la tête. Mais les choix de marginalité du groupe les cantonne à rester à part. Punilux émane le Hard-rock bien FM, celui à la cool, celui qui transformait n’importe quel ado demeuré en générateur d’ondes charismatiques au milieu des années 80… Mais Punilux pue aussi le Glam-rock tardif. Celui qui éclaire les ruelles à coup de néons fluos, celui qui autorise à se balader débraillé, la gueule soufflant du chewing-gum, et le regard hagard… On pense au meilleur de Kiss (celui repris par les Melvins, de préférence), on pense à l’esprit mongoloïde emprunté à Devo et autres Boingo, on pense à ce sens de la dérision et de la satire facile qu’avait Frank Zappa, et on anticiperait même une pointe du premier Mr Bungle sur les riffs balourds/malsains et les costumes scéniques. Tout ce beau monde réuni sur un même disque... ça sonne trop beau pour être vrai, pas vrai ? Imaginez du funk sévèrement burné, du disco pilier de comptoir, du punk en Cadillac déglinguée, du glam de science fiction… en gros, un kaléidoscope de ce que les années 80 auront de meilleur à offrir pour le meilleur et pour le pire… Pas mal pour une rondelle sortie en 79 ! Comment ne pas gueuler des ‘Ouh-Ah’ comme un singe fou en écoutant Funk Me ? Comment ne pas prendre des poses d’Elvis devant sa glace, une brosse à cheveux dans la main en écoutant All White Jack ? Et puis il y a ce ‘Obsession’, grosse dose d’humour noir et sordide sous des claviers coulants de fard. Irrésistible, inclassable, hallucinant… Vous cherchiez une bande son pour votre prochain Halloween parce qu'il y en a marre de cette vieille compil des Residents ? une petite ballade avec Punilux ? En voilà une idée !

note       Publiée le vendredi 5 février 2016

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

partagez 'Laughing Academy' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Laughing Academy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Laughing Academy".

ajoutez une note sur : "Laughing Academy"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Laughing Academy".

ajoutez un commentaire sur : "Laughing Academy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Laughing Academy".

Klarinetthor › dimanche 3 juillet 2016 - 22:28  message privé !

Bon et bien, si ce n'est certainement pas aussi mongoloid qu'a leurs debuts ca continue a envoyer le paté, semoule et fruits de mer sur scene. Le chanteur est vraiment fait pour la scene.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 16 février 2016 - 03:10  message privé !

pas des manchots les gars pour une compagnie de theatre - on sait assez peu de chose d'eux finalement, ils sont floutés geographiquement, ils n'ont jamais vraiment arreté il semblerait. Sur le propos on pourrait s'attendre a un resultat ala Poison girls, Chumbawamba, mais ils dejouent le pronostic et trempent leur punk dans du hard fm. Tout ce que ca me rappelle est posterieur a 1979, les Cardiacs et Faith no More sur All white jack et Obsession; les Astronauts sur le pont de Puppet life. Il se foutent meme de Sting et sa bande des années en avance avec "I'm watching every breath you take every move you make" toujours sur Obsession. Des ptits genies.

Note donnée au disque :       
cyberghost › mardi 9 février 2016 - 11:52  message privé !

"Comment ne pas prendre des poses d’Elvis devant sa glace, une brosse à cheveux dans la main en écoutant All White Jack ?" Ahah, bien vu !!!

Note donnée au disque :